Ruines, dévoration végétale et cité magique : la ville comme miroir de l’enfant dans Le chant du troll

Cet article s’inscrit dans le 23e numéro de la revue Strenæ sur le thème
« La ville et l’enfant : images, récits, espaces » (dir. Christophe Meunier)

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Le chant du troll par Pierre Bottero
© Rageot 2010. Illustration de couverture et illustrations intérieures : Gilles Francescano.

Résumé :

Roman illustré destiné à la jeunesse, Le chant du troll, de Pierre Bottero et Gilles Francescano, met en lumière le voyage d’une fillette, Léna, qui abandonne progressivement le monde des vivants pour gagner un ailleurs. En raison d’un mystérieux « basculement », l’enfant voit la ville dans laquelle elle a vécu être sauvagement envahie par la nature. Cette dévoration végétale, qui contribue à créer des fissures dans les espaces, est signifiante : elle rend compte des déchirements des personnages et, en premier lieu, de celui de Léna. Si sa ville se fracture peu à peu, la petite fille trouve toutefois une voie de salut dans une cité magique. Ce sont ces différents espaces – urbains, naturels et merveilleux – que nous nous proposons d’étudier au prisme d’une analyse symbolique, révélatrice du jeu de miroir instauré dans l’œuvre.

 

 

Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse

Résumé :

Les Chroniques du bout du monde, La Passe-miroir, La Cité du ciel et Steam Sailors sont des cycles de fantasy jeunesse ultra contemporains. Si ces romans se déroulent tous dans des mondes imaginaires différents, ils ont pourtant une caractéristique commune : leur intrigue se joue, en totalité ou en partie, dans des villes flottant dans les airs. Ces cités présentent des façons d’habiter particulières : certaines villes sont amarrées à une planète, tandis que d’autres sont construites tout à la verticale. Entre espaces surplombants et espaces surplombés, l’habiter change radicalement puisqu’un rapport de domination est instauré. Sortes de planètes Terre miniatures, ces (v)i(l)les flottantes, espaces hétérotopiques par excellence, semblent idéales et eutopiques à première vue. Mais, elles sont surtout décrépites, dangereuses et autoritaires. Pour Spic, Ophélie et Sera, découvrir la ville et y habiter, c’est aussi grandir et perdre de sa candeur car le milieu influence les personnages. En ce qu’ils habitent la ville, ceux-ci se projettent et se fondent en elle de sorte qu’il est difficile de savoir si les protagonistes sont déterminés par leur milieu ou s’ils le déterminent. Sanctaphrax, Infraville, la Citacielle, Babel, Port‑Regal, la Cité du ciel ou Kaolin : tels sont les noms de ces espaces urbains aériens investis et recréés par les auteurs contemporains pour la jeunesse que nous nous proposons d’étudier dans une triple perspective géocritique, écocritique et mésocritique.

Cet article est paru en 2022 dans l’ouvrage collectif Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine. Utopies, dystopies, hétérotopies dirigé par Maude Deschênes-Pradet et Christophe Duret.

 

Image par ImaArtist de Pixabay

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search