« Qu’est-ce que vous êtes ? » : la sanctification d’Alina Starkov dans Shadow and Bone

Cet article s’inscrit dans le quatorzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Identités en mouvement », issu de la journée d’études « Construction et évolution de l’identité dans les séries TV de Fantasy ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

Dissimulées, imposées, acceptées ou rejetées, les identités des personnages de la série Shadow and Bone (2021- ) se dévoilent au fil des épisodes et interrogent tant les spectateurs et spectatrices que les protagonistes. « Qu’est-ce que vous êtes ? » est notamment l’une des questions récurrentes posées à l’héroïne, Alina Starkov. D’orpheline à figure d’élue, c’est un itinéraire typique de la fantasy qui s’accomplit dans Shadow and Bone. Toutefois, la jeune femme ne devient pas seulement l’élue, mais une véritable sainte porteuse des espoirs de l’humanité : Sankta Alina.
            Entre ce qu’elle est, ce qu’elle croit ou devrait être, et ce qu’elle devient, l’héroïne est aux prises avec de nombreux questionnements intérieurs. Si la notion d’identité est pour le moins intime, elle se traduit ici extérieurement, à l’écran, notamment par le biais de l’apparence d’Alina et des costumes qu’elle revêt. Les espaces qu’elle investit sont aussi révélateurs de l’initiation qu’elle vit et qui modifie en profondeur son identité. Au moyen d’une lecture symbolique, nous chercherons à comprendre comment les fluctuations identitaires d’Alina et son devenir de sainte se traduisent visuellement aux spectateurs et spectatrices.

 

Illustration de couverture : Véronique Thill.

Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Mélanie Lallet

(INA Éditions, 2020)

© INA Éditions. Illustration de couverture : Hélène Sauvagnat.

Continuer la lecture de Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Miroir, miroir, qui est la plus vaillante ? Héroïsme au féminin et princesses affranchies dans Once Upon a Time

Résumé :

À Storybrooke, la ville de la série Once Upon a Time, vivent de nombreux personnages de récits merveilleux. Les princesses y sont légion et leur histoire, comme leur représentation, subit d’importantes variations. Délaissant le rôle de « demoiselle en détresse » que l’on trouve bien souvent dans les contes et dans leurs adaptations, Emma, Blanche-Neige ou le Petit Chaperon rouge gagnent en indépendance et en liberté. Oui, mais… Les clichés ont la peau dure et les héroïnes s’inscrivent bien souvent dans des intrigues amoureuses stéréotypées qui semblent leur offrir la maternité comme seul destin possible. Entre reprises littéraires et mutations, nous nous proposons d’étudier ces figures féminines et leur itinéraire à travers deux formes : celle du conte et celle de la série.

Cet article est paru en 2022 dans le numéro 42 de la revue Iris.

  

  

Cerfs blancs à l’écran : résurgences et reconfigurations d’un motif médiéval dans quelques productions de fantasy

            « Cette nuit-là, le Cerf m’a choisie, moi »[1] déclare Alina Starkov au Darkling dans la série Shadow and Bone : La Saga Grisha (Netflix, 2021) en associant l’animal à une forme d’élection quasi divine. Loin de constituer un cas isolé, cette désignation symbolique d’un héros ou d’une héroïne, bien souvent élu·e, par un cerf se retrouve aujourd’hui dans de nombreuses œuvres, que l’on pense au dieu-cerf de Princesse Mononoké (Miyazaki, 1997) ou au « patronus »[2] de Harry Potter. Sa présence assidue en fait un animal emblématique du bestiaire de la fantasy et constitue un héritage de la littérature médiévale, en particulier lorsque le cerf est de couleur blanche. En effet, ces animaux merveilleux sont disséminés dans la littérature du Moyen Âge et apparaissent, par exemple, dans la plupart des récits qui mettent en scène des fées, comme nous le verrons. Récemment, les cerfs blancs ont investi les films et séries – constituant parfois des adaptations de romans – et apparaissent sur nos écrans. C’est dans ce cadre que nous souhaitons les étudier, en raison de leur fort impact visuel. Figures majestueuses, souvent de grande taille, les cerfs blancs permettent régulièrement des jeux de contraste et contribuent à révéler, voire à renforcer, les tensions entre ténèbres et lumière. Après avoir rappelé quelques fonctions et symboliques du cerf dans la littérature médiévale, nous consacrerons cette brève étude à des scènes issues de quatre œuvres (ultra)contemporaines qui nous serviront d’exemples, deux films et deux séries : Harry Potter (Warner Bros., 2001-2011), Blanche-Neige et le Chasseur (Universal Pictures, 2012), Shadow and Bone : La Saga Grisha (Netflix, 2021) et House of the Dragon (HBO, 2022).

Continuer la lecture de Cerfs blancs à l’écran : résurgences et reconfigurations d’un motif médiéval dans quelques productions de fantasy

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search