Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Mélanie Lallet

(INA Éditions, 2020)

© INA Éditions. Illustration de couverture : Hélène Sauvagnat.

    

Fruit d’une thèse en Sciences de l’Information et de la Communication soutenue en 2017, Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés est un ouvrage stimulant de 262 pages prenant pour sujets de nombreuses séries animées françaises destinées à la jeunesse et diffusées de 1950 à nos jours.
           En s’appuyant sur les Gender, Queer et Cultural Studies, l’autrice propose de parcourir ces séries de façon chronologique pour appréhender un enjeu crucial, celui des rôles et représentations genrés, en se focalisant plus particulièrement sur les personnages féminins. La division du livre en grandes périodes du dessin animé permet de saisir de façon très claire l’évolution des figures féminines et l’ouvrage ne manque pas de didactisme. Si le public cible est sans doute les chercheurs et chercheuses, Libérées, délivrées ? est d’un abord facile et peut viser un public plus large. Il ne manquera pas de séduire les amateurs et amatrices de ces médias, comme les néophytes en la matière.
           À travers des dessins animés phares, comme Bonne nuit les petits, Les Mystérieuses cités dor, Marsupilami, Totally Spies, Les Zinzins de l’espace ou encore Titeuf, Mélanie Lallet propose une étude fine des « rapports de pouvoir animés »[1]. On peut apprécier particulièrement les analyses des reprises de certaines séries dont les personnages reviennent sur nos écrans, parfois après de longues années (par exemple : Lucky Luke / Les Nouvelles Aventures de Lucky Luke). Ces analyses mettent en lumière les oscillations de certaines séries − et de leurs diffuseurs et réalisateur·rices − qui paraissent parfois faire un pas en avant et deux pas en arrière dans la façon dont ils et elles représentent les personnages féminins.
           La première partie de l’ouvrage, plutôt théorique, présente les différentes notions qui seront abordées et le positionnement de l’autrice. La deuxième, qui constitue plus de la moitié du volume, expose le corpus et les choix de sa composition tout en proposant des études statistiques ponctuelles et très révélatrices. De l’absence de figures féminines à leurs représentations stéréotypées, comme demoiselles en détresse ou mamans en devenir, les résultats de cette analyse sont tout à fait préoccupants, quoique pas véritablement surprenants puisqu’ils rejoignent ceux des études menées sur les littératures de jeunesse[2]. C’est avec un examen de quelques séries « girl power » et de leurs personnages féminins autres, s’inscrivant en marge des normes, que la deuxième partie se clôt en laissant (peut-être) présager un avenir meilleur. Enfin, la brève dernière partie est une enquête ethnographique réalisée auprès de professionnel·le·s de l’animation qui permet de mieux saisir le fonctionnement de ce milieu et ses contraintes.
           Souhaitons qu’une future étude des dessins animés puisse prolonger la réflexion et continuer à nous montrer non seulement une émergence, mais également un foisonnement de nouvelles héroïnes aux identités plus complexes, plus nuancées, plus justes. La voie est ouverte…

      

« Cette tendance à réduire le féminin à la présence d’un ou quelques personnages secondaires isolés dans un univers masculin correspond à ce que l’on désigne parfois par le “syndrome de la Schtroumpfette”. Pour autant, des changements positifs peuvent être constatés au fil du temps, en particulier la percée des héroïnes à partir des années 2000. »

Mélanie Lallet, Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés, Bry-sur-Marne, INA Éditions, 2020, p. 71. 

          


Pour continuer à s’informer…

DAFFLON NOVELLE Anne (dir.), Filles-garçons. Socialisation différenciée ?, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2006.

Genre en séries : cinéma, télévision, médias : revue semestrielle en libre accès créée en 2015 et éditée par les Presses Universitaires de Bordeaux. URL : https://journals.openedition.org/ges/

INNESS Sherrie A., Tough Girls. Women Warriors and Wonder Women in Popular Culture, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1999.

MONTARDRE Hélène, L’Image des personnages féminins dans la littérature de jeunesse française contemporaine de 1975 à 1995, Villeneuve-d’Ascq, ANRT Diffusion, 1999.


[1] : Nous reprenons ici les termes du sous-titre de l’ouvrage.
[2] : Voir, notamment, les études de Sylvie Cromer, Isabelle Cromer, Carole Brugeilles ou Anne Dafflon Novelle. Citons, par exemple : Carole Brugeilles, Isabelle Cromer et Sylvie Cromer, « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, vol. 57, n° 2, 2002, p. 261-292.

    

Pour citer cet article : Florie Maurin, « Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés », dans Fantasy jeunesse, 14 mars 2023, https://fantasyjeune.hypotheses.org/4674.

Miroir, miroir, qui est la plus vaillante ? Héroïsme au féminin et princesses affranchies dans Once Upon a Time

Résumé :

À Storybrooke, la ville de la série Once Upon a Time, vivent de nombreux personnages de récits merveilleux. Les princesses y sont légion et leur histoire, comme leur représentation, subit d’importantes variations. Délaissant le rôle de « demoiselle en détresse » que l’on trouve bien souvent dans les contes et dans leurs adaptations, Emma, Blanche-Neige ou le Petit Chaperon rouge gagnent en indépendance et en liberté. Oui, mais… Les clichés ont la peau dure et les héroïnes s’inscrivent bien souvent dans des intrigues amoureuses stéréotypées qui semblent leur offrir la maternité comme seul destin possible. Entre reprises littéraires et mutations, nous nous proposons d’étudier ces figures féminines et leur itinéraire à travers deux formes : celle du conte et celle de la série.

Cet article est paru en 2022 dans le numéro 42 de la revue Iris.

  

  

Soutenance de thèse «Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses»

Le samedi 19 novembre, j’ai soutenu ma thèse de Doctorat en Langue et Littérature françaises, réalisée à l’Université Clermont Auvergne sous la direction de Mesdames Françoise Laurent et Nelly Chabrol Gagne.

En attendant la mise en ligne de mon travail sur HAL, en voici une présentation :

Résumé : Le « livre-monde » de Pierre Bottero, vaste cycle de fantasy jeunesse constitué des œuvres se rapportant à l’univers de Gwendalavir (La Quête et Les Mondes d’Ewilan, Le Pacte des Marchombres, L’Autre, Les Âmes croisées, Le Chant du troll et Isayama), connaît un succès retentissant depuis le début de sa parution en France en 2003. Les figures féminines jalonnent ce cycle et viennent bouleverser la traditionnelle hégémonie masculine des œuvres phares du genre (qu’il s’agisse du Seigneur des Anneaux ou de Harry Potter). Dans les romans de l’écrivain français, les femmes sont presque toujours les héroïnes, mais aussi souvent des personnages secondaires ou, parfois, d’arrière-plan, et offrent aux (jeunes) lecteurs et lectrices une myriade de modèles auxquels s’identifier. Ces protagonistes se nomment Ewilan, Ellana, Alantha, Eejil, Shaé ou Éléa, sont d’origines et d’âges variés, et sont volontiers extraordinaires : magiciennes hors pair et guerrières émérites. Ces rôles familiers de la fantasy puisent leurs sources dans les textes de l’Antiquité et du Moyen-Âge dont héritent les romans de l’auteur. Ewilan et ses sœurs littéraires convoquent avec elles tout un imaginaire mythique et merveilleux : tour à tour fées, sorcières ou chasseresses, elles sont des femmes puissantes, Mélusine, Viviane, Médée et Amazones contemporaines. Notre étude vise à questionner ce legs et sa reconfiguration dans le cycle de l’écrivain. Le fort ancrage féminin dont témoignent les œuvres permet également d’interroger le discours véhiculé sur et par les femmes – comme ses limites – ainsi que leurs représentations tant textuelles que visuelles. La fantasy, en tant que genre potentiellement créateur d’une infinité de mondes et de possibles, est marquée du sceau de la liberté. Dans les sociétés imaginées par Pierre Bottero, les femmes semblent avoir la part belle de sorte que le cycle de Gwendalavir paraît marquer, sinon une éclosion, du moins un développement manifeste des figures féminines dans la fantasy jeunesse française.

Mots-clefs : Pierre Bottero (1964-2009) ; Fantasy ; Littératures de jeunesse ; Littératures de l’imaginaire ; Magiciennes ; Guerrières ; Fées médiévales ; Héroïnes ; Médiévalisme ; Gender Studies ; Représentations

Des femmes, des plantes et de la magie. Les herboristes en fantasy jeunesse

Parmi les personnages de mages, moines, chevaliers et autres guerrières typiques de la fantasy, une figure peut-être plus discrète et moins usuelle se fraye un chemin dans nos mondes imaginaires : celle de l’herboriste. Elle apparaît dans des médias variés et sur des supports pluriels, comme les jeux vidéo (Tomira dans The Witcher 3 : Wild Hunt ou l’apothicaire de Potion Craft), les bandes dessinées (la jeune héroïne de Mauve Bergamote de Flora Grimaldi et Cécile), les séries (Cassie dans Soupçon de magie), les mangas (Mao Mao dans Les Carnets de l’apothicaire d’Itsuki Nanao)… Cette prédominance des femmes dans les quelques exemples choisis nous pousse à nous interroger : la botanique serait-elle dévolue au genre féminin ? Et si oui, pourquoi ? Cette forte présence féminine traduit-elle une réalité en fiction ? Force est également de constater que la fantasy et le merveilleux au sens large semblent spécifiquement recueillir les figures d’herboristes. Dans ce genre, la botanique n’est toutefois presque jamais dénuée de magie et la littérature exploite volontiers les liens existants dans nos imaginaires entre les figures d’herboristes et de magiciennes. Ces dernières, après tout, sont régulièrement représentées comme des préparatrices de potions mélangeant poudres, phanères animaux… et plantes.
            Parle-t-on cependant d’herboristes, de botanistes, d’apothicaires, de guérisseuses ? Il est ardu de se retrouver dans l’imbroglio de ces substantifs qui s’entremêlent et dont le sens évolue bien souvent au cours des siècles. Par commodité, nous emploierons le terme d’herboriste pour désigner, conformément au sens que lui donne le complément du dictionnaire Godefroy, « celui qui connaît les vertus médicinales des arbres, plantes, etc. »[1] et, ajoutons-nous, qui les utilise, en les cueillant, les vendant, les transformant… Connaissance et utilisation, notamment dans un but thérapeutique, formeront les mots-clefs de notre définition, qui nous permettra de ne pas nous restreindre à l’individu exerçant le commerce des plantes, en particulier dans une officine.
            Après avoir donné quelques repères historiques mais surtout littéraires de ces figures, nous chercherons à dégager les caractéristiques de ces personnages et de leurs pratiques botaniques. Afin de proposer de premières pistes de réflexion, qui demandent à être approfondies, nous nous fonderons pêle-mêle sur quelques romans de fantasy jeunesse, notamment Biotanistes (Anne-Sophie Devriese, 2021), Les Héritiers de Brisaine (David Bry, 2021), L’Arpenteuse de rêves (Estelle Faye, 2021), L’Herboriste de Hoteforais (Nathalie Somers, 2020), Steam Sailors (E. S. Green, 2020-2021), L’Épouvanteur (Joseph Delaney, 2004-2022) ou encore Harry Potter (1997-2007).

Fées, sorcières et magiciennes ès lettres : des guérisseuses aux empoisonneuses

            Circé, Médée, Morgane, Yseut… Parmi les célèbres magiciennes des littératures antiques et médiévales, nombreuses sont celles qui usent des plantes et de leurs pouvoirs, parfois en association avec des incantations, et font dès lors acte magique. Leurs connaissances leur permettent de soigner, tel est le cas de Morgane qui a « étudié l’utilité de toutes les plantes médicinales pour soigner les corps affaiblis »[2] et qui vient au secours d’Yvain (Le Chevalier au lion), d’Erec (Erec et Enide) ou d’Arthur (Vita Merlini). Parmi les guérisseuses, nous pourrions également citer la blonde Yseut qui « connaît la magie des herbes »[3] et qui soigne les blessures de Tristan. Chez Sénèque, la Colchidienne Médée « particulièrement instruite dans l’art de préparer toutes les drogues »[4] fait quant à elle retrouver sa jeunesse à l’oncle de Jason en le plongeant dans un bain d’herbes. Cependant, cette dernière est plus volontiers présentée comme une empoisonneuse, usant mortellement de sa science des plantes. Elle tue ainsi sa rivale Créuse / Glaucé en empoisonnant une robe (chez Corneille) ou un voile et une couronne (chez Euripide) qu’elle lui offre. Les poisons sont aussi utilisés par Circé « aux mille drogues » qui métamorphose en monstre la nymphe Scylla. La scène est ainsi décrite dans Les Métamorphoses :

elle broie des plantes vénéneuses et aux sucs horribles qu’elle en tire elle associe des chants où elle fait appel à Hécate […] Il y avait une anse étroite, aux contours sinueux, où Scylla aimait à se reposer […] La déesse infecte à l’avance cet asile, elle le souille de ses poisons monstrueux ; elle y verse les sucs qu’elle a exprimés de racines vénéneuses et avec un obscur amalgame de mots inconnus elle compose un chant magique que sa bouche murmure trois fois neuf fois. Scylla arrive ; à peine est-elle descendue dans l’eau jusqu’à la taille qu’elle aperçoit autour de ses deux aines une hideuse ceinture de monstres aboyants. D’abord, ne pouvant croire qu’ils font partie de son corps, elle veut fuir.[5]

Les connaissances des plantes sont ainsi très ambivalentes et le pas est vite franchi entre guérisseuse et empoisonneuse. Morgane illustre également très bien ce phénomène : si elle sauve plusieurs héros grâce à ses onguents, elle devient également une inquiétante figure dans quelques textes, en particulier à partir du XIIIe siècle. Au moyen d’un vin herbé, elle endort ainsi Lancelot et l’enferme en prison[6] ; dans le roman d’Alexandre l’orphelin, elle aggrave l’état de santé d’Alexandre, alors blessé, avant de le guérir contre un serment d’allégeance[7].
            Qu’on les définisse comme fées, magiciennes, enchanteresses ou sorcières[8], ces figures féminines entretiennent bien souvent un lien particulier à la nature : elle est volontiers leur domaine, elle leur obéit et leur permet de réaliser de nombreux prodiges. Ajoutons enfin que le célèbre ouvrage de Michelet, La sorcière, présente également cette triple association nature/femme/magie qui continue, encore aujourd’hui, d’alimenter nos imaginaires, comme nous le verrons.

Les arbres, sous le vent du sud, font doucement la révérence. Toutes les herbes des champs, avec leurs vertus diverses, parfums, remèdes ou poisons (le plus souvent c’est même chose) s’offrent, lui disent : « Cueille-moi ».[9]

Plantes et herboristerie : une médecine de femmes ?

            Au vu des figures que nous avons convoquées, soigner par les plantes semble être une activité spécifiquement dévolue au genre féminin, en littérature tout du moins. Morgane ou Yseult sont des guérisseuses – en partie pour Morgane, comme nous l’avons précisé – mais les multiples personnages que nous avons mentionnés en introduction et au sujet desquels nous aurons l’occasion de nous étendre, sont aussi des filles, des adolescentes, des femmes. Effectuons ici un bref pas de côté et plongeons brièvement dans notre réalité pour questionner le caractère genré de cette activité. En effet, les romans contemporains que nous souhaitons étudier (proposant des figures d’herboristes/sorcières/guérisseuses) ne peuvent être appréhendés comme des créations ex nihilo et héritent nécessairement d’un imaginaire. Celui-ci est non seulement construit par des représentations fictives (les mythes, la littérature…), mais aussi par notre réalité, notre Histoire, ou ce qu’on croit en savoir. Dessinons à gros traits les contours d’un panorama sur les herboristes-guérisseuses.
            Sans doute l’immense majorité de femmes condamnées pour sorcellerie (70-80%)[10] a-t-elle contribué si ce n’est à forger du moins à développer l’image très féminine des guérisseuses. Bien sûr, cette activité était loin d’être le seul motif de condamnation lors des chasses aux sorcières, mais ceux et surtout celles qui usaient de breuvages, de remèdes, qui soignaient par les simples[11], qui accouchaient ou avortaient ont régulièrement fait l’objet d’accusations. Selon Ludovic Viallet :

Parmi les hommes et surtout les femmes qui, à partir du XVe siècle, furent accusés de sorcellerie, il faut donc faire une place toute particulière à ceux et celles qui étaient connus comme guérisseurs. Dans les communautés rurales, leur statut était semblable sur bien des points à celui des spécialistes de la magie, ces rôles étant souvent exercés par les mêmes personnes ; le glissement de fonctions considérées comme utiles vers l’accusation de magie diabolique était dès lors vite effectué. L’accoucheuse, en particulier, qui contrôlait aussi les pratiques d’avortement et de contraception, faisait une coupable idéale dans les cas d’enfants morts-nés ou décédant après la naissance.[12]

            Si des hommes, souvent diplômés de médecine (étude qui leur est longtemps réservée), ont rédigé des livres sur les plantes médicinales au Moyen Âge et à la Renaissance, notons que l’herboristerie est devenue, à partir de la fin du XIXe siècle, une profession de femmes, comme le montre Ida Bost dans sa thèse Herbaria : ethnologie des herboristes en France, de l’instauration du certificat en 1803 à aujourd’hui. Elle explique :

L’herboristerie entre alors dans une partition globale du monde du soin qui sépare d’un côté les médecins, les chirurgiens, les pharmaciens, métiers masculins par excellence, et de l’autre les sages-femmes, infirmières ou herboristes, métiers féminins, plutôt de l’ordre du paramédical, supposés nécessiter des compétences moindres, moins valorisés et moins valorisants.[13]

Une lignée semble ainsi s’esquisser, des guérisseuses du Moyen Âge qui pouvaient être accusées de sorcellerie, aux herboristes, qui sont aussi parfois des sages-femmes herboristes pratiquant l’avortement, comme le mentionne la chercheuse[14]. Afin d’expliquer ce lien des femmes à la nature dans les représentations, elle écrit, en s’appuyant sur l’ouvrage de Carolyn Merchant, The Death of Nature (1980) : « de la terre-mère nourricière à la femme sauvage et instinctive, les femmes, parce qu’elles donnent la vie, sont supposées être biologiquement plus près de la nature que les hommes »[15]. Rien de très étonnant, dès lors, à ce que cet imaginaire genré des herboristes et guérisseuses rejaillisse dans le domaine qui nous intéresse, celui de la fantasy jeunesse.

Portraits d’herboristes en fantasy jeunesse

            Si nous trouvons quelques exemples de guérisseurs hommes utilisant des herbes dans la fantasy (tel est le cas du roi thaumaturge Aragorn dans Le Seigneur des Anneaux, par exemple), les figures féminines sont bien plus fréquentes, comme en témoigne le corpus que nous avons rassemblé. Bien qu’elles n’exercent pas toutes une fonction liée au soin, toutes en revanche entretiennent un fort lien aux plantes : la plupart les cueillent, elles sont aussi nombreuses à les cultiver ou à les utiliser pour les transformer en potions, tandis que quelques-unes en font commerce. Prudence (Steam Sailors), Colombe (L’Arpenteuse de rêves), Alice (L’Épouvanteur), Eulalie, Iseult ou lapothicaire (Biotanistes), Pomona Chourave (Harry Potter), Brisaine (Les Héritiers de Brisaine) et Flore (LHerboriste de Hoteforais) partagent un intérêt pour les plantes ainsi quune grande connaissance des espèces et, généralement, de leurs pouvoirs. Précisons que dans le cas de ces romans de fantasy, les plantes recèlent non seulement des propriétés dirons-nous « réalistes » (elles peuvent être antiseptiques, urticantes, etc.), mais également magiques (elles rendent adulte, permettent de voler, etc.). Et, précisément, celles qui emploient ces plantes sont volontiers magiciennes, quelques-unes d’entre elles étant d’ailleurs qualifiées de sorcières.
            Leur sympathie pour le monde végétal s’inscrit parfois dans leurs noms mêmes, au cœur de leur identité (Flore, Pomona Chourave[16], mais nous pourrions aussi penser à la jeune Mauve Bergamote de la bande dessinée portant son nom). Elle se lit aussi dans leur apparence physique : les vêtements et ongles du Professeur Chourave sont ainsi « maculés de terre »[17].

Les vêtements de Pomona Chourave rappellent son lien aux plantes par leurs couleurs (vert, brun) et leur forme de feuille.
© COLUMBUS Chris (réal.), Harry Potter et la Chambre des secrets, Warner Bros, 2002.

Ce lien se traduit également par leurs accessoires : Colombe porte un tablier aux poches garnies de pousses et d’outils de jardinage, Prudence se déplace avec « une grande besace de cuir pourvue d’une foule de poches, qu’elle remplissait de divers flacons, pinces, lames et aiguilles »[17], Brisaine possède un talisman représentant un chêne, tandis qu’Alice porte sur elle un sachet de plantes médicinales qui semble s’enrichir au même rythme que ses connaissances en la matière.

Tirant de sa poche le sachet de cuir qui contenait ses herbes séchées, elle en défit le cordon. Elle s’en était déjà servie une fois très efficacement pour soigner ma main brûlée, mais je n’avais jamais vu une telle diversité de plantes dans sa collection. Sans que je le sache, elle avait consacré du temps à ses cueillettes. Nul doute que ses talents de guérisseuse s’affirmaient.[18]

La proximité des herboristes avec le règne végétal est caractéristique et les plantes, réelles ou sous forme de simulacres (comme le talisman de Brisaine), ne sont jamais très éloignées d’elles.
            Quasi fusionnelles, leurs relations à la nature se traduisent particulièrement dans les espaces qu’elles investissent et, notamment, dans ceux qu’elles habitent. Nous pouvons ainsi distinguer trois types de lieux : la forêt (associée aux cueillettes sauvages), le jardin (lié à a culture) et l’officine (représentant la fonction commerciale). Nous pourrions dès lors former trois groupes de protagonistes, qui dialoguent entre eux :

  • Les cueilleuses : elles glanent des plantes sauvages et vivent dans la forêt ou à proximité ;
  • Les jardinières : elles cultivent des plantes dans un espace dédié ;
  • Les commerçantes : elles vendent des plantes au sein d’une boutique (officine, herboristerie, etc.).

Des cueilleuses aux commerçantes, de la forêt à la boutique, c’est tout un itinéraire qui se dessine, allant d’un espace marginal (la forêt), en passant par un entre-deux plus ou moins policé (le jardin) à un lieu parfaitement civilisé (le commerce). Pour Audrey Dominguez, le jardin constitue « un lieu primordial pour cultiver des plantes et profiter de leurs bienfaits. Il implique encore l’activité humaine, puisque le jardin est considéré comme un lieu clos avec une nature entretenue par l’homme »[19]. Les protagonistes de notre corpus se répartissent dans ces trois catégories de manière assez claire, à l’exception de Flore, la seule à être explicitement nommée « herboriste » dans le texte, qui investit les trois espaces en se faisant à la fois cueilleuse (sa maison se situe dans la forêt), jardinière (elle cultive un jardin dans sa propriété) et commerçante (elle vend ses herbes sur un marché et a également travaillé dans une herboristerie à la capitale, en étant derrière un comptoir). Dès lors, elle semble se présenter comme un parangon d’herboriste.

            En ce qui concerne les autres personnages, nous rattachons l’apothicaire de Biotanistes à la fonction de commerçante et à l’espace de la boutique ; Colombe, Pomona Chourave et Eulalie cultivent des plantes au sein d’un jardin ou de serres ; Prudence, Alice et Brisaine appartiennent quant à elles à l’espace sauvage. Parmi ces dernières, Prudence vit « dans une cabane en dehors du village, légèrement enfoncée dans la forêt »[20] et la chaumière de Brisaine est située dans un espace marginal sur la carte du roman, à mi-distance entre le village de Trois-Dragons et le Bois d’Ombres, mais en dehors des remparts de la petite cité.

© Noémie Chevalier, Les Héritiers de Brisaine, t1 La Malédiction du Bois d’Ombres, Paris, Éditions Nathan, 2021, p. 9.


Quant à Alice, son cas est moins explicite : elle est une sorcière et, si elle ne vit pas à proprement parler dans la forêt, elle cueille en revanche des herbes trouvées dans la nature (elle n’est pas jardinière) et vit dans des lieux marginaux, notamment la maison de Chipenden, qui se situe en dehors du village, l’espace civilisé. Se définissant comme une sorcière de la nature, une sorcière de la Terre, Alice est au service du dieu Pan et son profond attachement à l’espace sauvage se manifeste par exemple dans la scène suivante, lorsqu’elle déclenche une éruption volcanique :

Elle leva les bras très haut, les doigts écartés. Pendant quelques instants, il se fit un grand silence. Puis j’entendis au loin, à peine audible, la musique de Pan. La légère mélodie de sa flûte magique. Alice émit alors un son strident que je pris d’abord pour un cri, avant de reconnaître en lui la voix des éléments – le sifflement du vent entre les rochers ou les hurlements de la tempête. Et son appel reçut une réponse. La terre cria.[21]

Non seulement Alice sait exprimer les pouvoirs des herbes, mais elle est elle-même dotée de magie, d’une magie élémentaire qui déborde le cadre végétal. Prudence, qui utilise aussi des plantes pour soigner dans Steam Sailors, est également une magicienne, une Alchimiste, plus précisément, et ses pouvoirs ne sont pas spécifiquement en relation avec la botanique. Aux espaces policés et clos de la boutique et du jardin correspondrait-il une magie « encadrée » ou « limitée », dédiée aux herbes, tandis que l’espace sauvage serait synonyme de magie sans limites ? Nous pouvons quoi qu’il en soit distinguer des herboristes usant d’une magie extérieure, celle des plantes, et des magiciennes dotées d’une magie qui leur est propre et se servant également des ressources de l’herboristerie.

Magie des plantes et plantes magiques : noms et usages

            Pour clôturer ce panorama des herboristes de fantasy, intéressons-nous enfin aux plantes utilisées et aux pouvoirs, magiques ou non, qu’elles confèrent. De manière générale, comme nous l’avons dit, les herbes servent à soigner : Prudence, par exemple, qui travaille pour le docteur Oktavus, prépare des potions avec des plantes « qui soulagent la douleur, […] qu’on utilise pour le rhume, […] pour les infections » et ces dernières sont qualifiées de « médicaments »[22]. Dans Biotanistes, de nombreuses plantes bien réelles sont citées et leurs propriétés sont mentionnées : le charbon végétal est ainsi employé comme anti-poison ; la ciguë, la digitale ou la belladone forment quant à elles lesdits poisons, tandis que les pigments de camomille ou d’hibiscus sont utilisés comme colorants naturels. Les herboristes, comme Eulalie, qui sont aussi des sorcières, utilisent non seulement les plantes pour leurs vertus médicinales ou pour teindre des tissus (des usages « réalistes »), mais les herbes entrent aussi dans la composition de potions spéciales. Destinées à plonger les sorcières dans un état propice au « prime saut », elles permettent de voyager dans le temps et l’espace (usage magique à partir de plantes communes).
            Certains romans entremêlent volontiers des plantes imaginaires (nerfolia pour L’Arpenteuse de rêves, bubobulb pour Harry Potter) à des végétaux communs (valériane ou menthe poivrée dans Harry Potter, orchidée et bambou dans L’Arpenteuse de rêves), tandis que d’autres se fondent complètement sur des plantes communes (Biotanistes) ou parfaitement imaginaires (L’Herboriste de Hoteforais). On trouve alors le plus souvent une dichotomie entre des herbes communes qui ne sont pas magiques en elles-mêmes mais qui peuvent entrer dans la composition de potions ou qui peuvent être enchantées pour devenir magiques une fois remaniées (c’est le cas des glands magiques qui permettent de se cacher ou d’échapper à un danger dans Les Héritiers de Brisaine) et des plantes imaginaires, qui sont magiques dans leur état initial (les mandragores d’Harry Potter ou le saule cogneur, la visionnite de L’Herboriste de Hoteforais qui stimule la télépathie).

En ce qu’il présente quelques singularités, arrêtons-nous quelques instants sur le roman de Nathalie Somers, L’Herboriste de Hoteforais. Nous l’avons précisé, tous les végétaux de ce livre sont imaginaires : ils s’appuient parfois sur des plantes existantes de notre monde (potato, iff, jujuba, shène…) ou constituent des créations originales (remémhor, rapidofoly…). Chaque végétal évoqué dans l’histoire d’Iwen et de sa mère Flore est illustré sur une page spécifique, qui rappelle les herbiers, et sur laquelle sont mentionnés son nom (son phytonyme) et ses propriétés, le plus souvent magiques. Citons-en quelques-unes : parler le langage des animaux, voler, se rappeler précisément tout ce qu’on a vu et vécu, décupler sa vitesse ou encore partager ses souvenirs avec quelqu’un. Quatorze pages « encyclopédiques », à valeur informative, entrecoupent et jalonnent la narration ; elles apparaissent à la fin d’un chapitre, lorsqu’un nouveau végétal ou un nouvel animal a été introduit. Si ces annexes présentent en majeure partie la flore de Hoteforais, la faune y trouve aussi, mais plus rarement, sa place. Ainsi, ces quelques pages descriptives se substituent au traditionnel glossaire final de nombreuses œuvres de fantasy et renouvellent quelque peu son fonctionnement.

© L’herboriste de Hoteforais, Nathalie Somers, Didier Jeunesse, 2020.
Illustration : Juliette Laude.


            Quelques mots, enfin, des phytonymes de ce roman : symboliques, très évocateurs, les noms des plantes imaginées en disent long sur leurs pouvoirs et permettent à un jeune lectorat (le roman est conseillé à partir de 9 ans par Didier Jeunesse) de les deviner. Nous constatons une grande diversité dans la construction lexicale des phytonymes : le « voipre », qui fait éternuer, fonctionne par anagramme avec la référence de départ (le poivre) ; mais nous trouvons aussi des créations par modifications orthographiques (« iff », « shène »), par dérivation par suffixation (« visionnite ») et quelques mots-valises, comme la « rapidofoly » ou la « zoopipelette ». Très riche, ce roman se prête particulièrement bien à une étude linguistique permettant de conjuguer leçons de grammaire et littératures de l’imaginaire. De manière plus large, il serait certainement tout à fait pertinent d’étudier les phytonymes d’un point de vue symbolique et linguistique ou, pour reprendre les termes d’Audrey Dominguez, d’étudier « la structure imaginante d’un nom »[23] dans le cadre de la fantasy.

        
            Bien que la forte présence de la nature (fantasmée ou non) ait souvent été notée dans les études sur les œuvres de fantasy et que les analyses des figures féminines de ce genre se multiplient depuis quelques années, les personnages d’herboristes – au demeurant, nombreux – semblent encore peu examinés en France. Quelques travaux, que nous indiquons en bibliographie, portent sur les herboristes d’un point de vue ethnologique ou historique, ou se fondent sur un ouvrage particulier d’herboristerie, mais rares sont ceux à traiter de la figure qui nous intéresse dans le cadre de la fantasy. Notre billet a donc vocation à dégager quelques pistes, à esquisser quelques contours d’une réflexion volontairement générale. À regret, nous n’avons pu développer certains points : la question de l’association du genre féminin à cette fonction de guérisseuse-herboriste serait à creuser et il serait intéressant d’interroger le caractère essentialiste ou éco-féministe de cette figure, pour reprendre les termes de notre collègue Angélique Salaün[24]. La déclinaison au masculin de ces rôles pourrait également faire l’objet d’une étude pertinente : Iwen (L’Herboriste de Hoteforais) vient par exemple interrompre la lignée féminine de l’herboristerie en succédant à sa mère Flore, qui a elle-même succédé à une maîtresse herboriste, tandis que Neville succède au Professeur Chourave dans Harry Potter. Quittant les rôles secondaires (comme celui de Pomona Chourave ou ceux des PNJ[25] vendant des plantes dans les jeux vidéo), les herboristes semblent s’affirmer aujourd’hui et sont parfois (et de plus en plus souvent, pensons-nous) les héroïnes des œuvres. La mise en lumière de ce personnage et, plus généralement, des pouvoirs des plantes s’articule volontiers à des thématiques écologiques : sans doute faut-il voir dans cet intérêt croissant un reflet des enjeux écologiques actuels et la traduction d’une tendance dans les aspirations contemporaines, celle du retour à la nature.


Pour aller plus loin…

Anne BESSON, « Le retour du thaumaturge : la guérison comme pouvoir en fantasy », dans Jérôme GOFFETTE et Lauric GUILLAUD (dir.), L’imaginaire médical dans le fantastique et la science-fiction, Bragelonne, 2011, p. 157-175. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01120819

Ida BOST, Herbaria : ethnologie des herboristes en France, de l’instauration du certificat en 1803 à aujourd’hui, Thèse de doctorat de lUniversité Paris Nanterre, 2016. URL : https://www.theses.fr/2016PA100006

Jean-Patrice BOUDET, Entre science et nigromance. Astrologie, divination et magie dans l’Occident médiéval (XIIe-XVe siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2006.

Audrey DOMINGUEZ, Histoires des noms des plantes : le Jardin médicinal dAntoine Mizauld, Thèse de doctorat de lUniversité Grenoble Alpes, 2020. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02928999

Carnet de recherche de Tassanee Alleau, Histoires naturelles : https://histoiresnat.hypotheses.org/

[1] : « Arboriste » dans Complément du dictionnaire de lancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Frédéric Godefroy, 1895-1902. URL : http://micmap.org/dicfro/search/complement-godefroy/arboriste
[2] : GEOFFREY DE MONMOUTH, Vie de Merlin, traduction et annotations par C. Bord et J.‑C. Berthet, dans WALTER, Philippe (dir.), Le Devin maudit : Merlin, Lailoken, Suibhne. Textes et étude, Grenoble, ELLUG, 1999, p. 125-126.
[3] : Philippe WALTER, Dictionnaire de mythologie arthurienne, Paris, Éditions Imago, 2014, p. 395.
[4] : APOLLONIOS DE RHODES, Argonautiques, tome II, chant III, texte établi et commenté par F. Vian, trad. par E. Delage et F. Vian, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 72-73.
[5] : OVIDE, Les Métamorphoses, éd. de J.-P. Néraudau, Paris, Éditions Gallimard, 1992, p. 447. Livre XIV, 45-70.
[6] : Le Val des amants infidèles : Lancelot du Lac tome IV, trad. par M.-L. Ollier, texte établi par Y. G. Lepage, Paris, Le Livre de Poche, « Lettres gothiques », 2002, p. 399.
[7] : À ce sujet, voir Laurence HARF-LANCNER, Les Fées au Moyen Âge : Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, Honoré Champion, 1984, p. 272-275.
[8] : Le terme de « sorcière » étant plus spécifiquement dédié à la magie noire.
[9] : MICHELET, La Sorcière, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 102.
[10] : « Sur la base des travaux de ces dernières décennies, la proportion que l’on peut retenir est de 70 à 80% » (Ludovic VIALLET, La grande chasse aux sorcières. Histoire dune répression (XVe-XVIIe siècle), Paris, Armand Colin, 2022, p. 131).
[11] : « Plantes médicinales utilisées telles qu’elles sont fournies par la nature » (« Simple » dans le Trésor de la Langue française informatisé. URL : www.cnrtl.fr/definition/simple)
[12] : Ludovic VIALLET, La grande chasse aux sorcières…, op. cit., p. 73-74.
[13] : Ida BOST, Herbaria : ethnologie des herboristes en France, de l’instauration du certificat en 1803 à aujourd’hui, Thèse de doctorat de lUniversité Paris Nanterre, 2016, p. 71-72.
[14] : Ibid., p. 133.
[15] : Ibid., p. 331.
[16] : Pomona est une divinité des fruits. « Chourave » rappelle quant à lui le légume, ce nom étant une traduction de sprout qui signifie, en anglais, « germe ».
[17] : J. K. ROWLING, Harry Potter et la Chambre des Secrets, trad. J-F. Ménard, Paris, Gallimard Jeunesse, 1999, p. 76.
[18] : E. S. GREEN, Steam Sailors, t.1 L’Héliotrope Nantes, Gulf Stream éditeur, 2020, p. 30.
[19] : Joseph DELANEY, L’Épouvanteur, t.5 L’erreur de l’Épouvanteur, Paris, Bayard Jeunesse, 2009, p. 297-298.
[20] : Audrey DOMINGUEZ, Histoires des noms des plantes : le Jardin médicinal dAntoine Mizauld, Thèse de doctorat de lUniversité Grenoble Alpes, 2020, p. 9.
[21] : E. S. GREEN, Steam Sailors, t.1, op. cit., p. 28.
[22] : Joseph DELANEY, L’Épouvanteur, t.15 La résurrection de l’Épouvanteur, Paris, Bayard Jeunesse, 2018, p. 237-238.
[23] : E. S. GREEN, Steam Sailors, t.1, op. cit., p. 27.
[24] : Audrey DOMINGUEZ, Histoires des noms des plantes…, op. cit., p. 16.
[25] : Dans une communication, Angélique Salaün s’est intéressée à la figure de la sauvageonne : « La sauvageonne en fantasy : figure essentialiste ou modèle éco-féministe ? ». Sa communication sera publiée sous forme d’article dans : D’INCA Elise, MAURIN Florie (dir.), Amazones et Femmes sauvages de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain, Paris, Classiques Garnier, à paraître en 2024.
[26] : Personnage non-joueur.


Illustration en tête d’article : Mélisse et Mozart, Livre des simples médicinaux de Platearius, 1401-1500, Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 623, fol. 128r. © Bibliothèque nationale de France

Pour citer cet article : Florie Maurin, « Des femmes, des plantes et de la magie. Les herboristes en fantasy jeunesse », dans Fantasy jeunesse, 16 octobre 2022, https://fantasyjeune.hypotheses.org/2836.

Pour avoir répondu à mes questions, pour sa disponibilité et ses inspirants travaux, merci à Audrey Dominguez, Docteure en Littérature et langue françaises – spécialiste du nom des plantes et de leur imaginaire.

Faut-il être extraordinaire pour être une héroïne de fantasy ? Du droit d’être quelconque

Est-il possible d’être un – voire, le – personnage féminin central d’une œuvre de fantasy sans être pétrie de pouvoirs en tous genres ? C’est en travaillant sur les héroïnes des romans de Pierre Bottero, au cours de ma thèse, que cette interrogation a commencé à se dessiner. En effet, toutes sont extraordinaires et souvent surnaturelles[1]. Rien de véritablement étonnant puisque l’auteur suit les codes du genre dans lequel il s’inscrit : la fantasy. Cela signifie-t-il, dès lors, que l’héroïsme de fantasy est nécessairement dépendant du caractère extraordinaire des personnages ?
      Nous proposerons quelques pistes d’analyse en fondant notre réflexion sur les figures féminines des œuvres. Pourquoi ? Les héros répondent eux aussi à des codes et ne sont pas exempts de ce qui se présente comme une injonction à l’extraordinaire, convenons-en[2]. En ce qu’ils sont bien plus nombreux, gageons toutefois qu’ils disposent d’une gamme d’héroïsme plus étendue, mais, surtout, le besoin des héros de faire leurs preuves nous semble moindre que celui des héroïnes qui paraissent devoir sans cesse prouver leur valeur. Avoir la première place, celle qui est traditionnellement attribuée à un personnage masculin[3] ? Certes, c’est possible, mais encore faut-il la mériter et avoir l’étoffe du héros, comme semblent l’indiquer nombre de romans proposant des héroïnes aux caractéristiques « viriles »[4]. D’un genre à l’autre, ces enjeux varient et il conviendrait que le sujet soit traité par un·e spécialiste des représentations masculines, raison pour laquelle nous nous concentrerons ici sur les héroïnes (au sens de personnages de premiers plans et/ou à l’origine de hauts faits).
      Ainsi, nous chercherons à dresser un bref panorama des protagonistes féminines en lien avec le genre de la fantasy avant de nous intéresser plus avant à la question des représentations et des modèles, en particulier lorsqu’ils sont offerts à la jeunesse. Pour finir, nous présenterons quelques romans dont les héroïnes sont, précisément, ordinaires ; une tendance qui paraît s’esquisser dans le monde du livre.

Un poncif de la fantasy (jeunesse)

      Si elles ont longtemps été de grandes oubliées[5], les héroïnes de fantasy jeunesse se développent au tournant des XXe et XXIe siècles, probablement sous l’impulsion d’À la croisée des mondes (Pullman, 1995-2000) et de sa jeune protagoniste, Lyra Belacqua. Naissent alors des élues, des enfants de la destinée dotées de dons prodigieux, des génies dont l’incroyable intelligence leur permet de se sortir de toutes les situations, des combattantes hors pair capables de défaire tous les adversaires qui se présentent à elles, de puissantes magiciennes dont les arts mystérieux peuvent sauver les mondes en péril dans lesquels elles s’inscrivent… Nul besoin de chercher longtemps pour que les premiers noms nous apparaissent : résonnent en ces lignes les histoires d’Ewilan, de Lyra, d’Ophélie, d’Alina Starkov, de Ciri et même d’Hermione Granger[6] dont les multiples talents, poussés à leur plus haut degré, la hissent vers l’extraordinaire.
      Cette aura de l’exceptionnel n’a, nous le disions, rien de surprenant en soi puisque les romans que nous avons convoqués ici appartiennent à la fantasy, un genre dans lequel les héros et les héroïnes ne sont pas exactement comme tout un chacun. En cela, ils et elles reflètent également un héritage historique et étymologique puisque est héros, initialement, « un être fabuleux, la plupart du temps d’origine mi-divine, mi-humaine, divinisé après sa mort »[7], c’est-à-dire un personnage qui est ou devient extraordinaire. Selon Florian Besson,

Les grands cycles de fantasy mettent souvent en scène un héros élu par les dieux et/ou par des prophéties. Il s’agit là d’un véritable topos, voire d’un cliché, que l’on retrouve également dans la science-fiction […] L’élu (ou l’élue) a pour principale caractéristique d’avoir été choisi par les forces du bien avant sa naissance, à son insu et, bien souvent, malgré lui. Il est le seul à pouvoir s’opposer aux forces du mal et se trouve pour cela doté de capacités extraordinaires qui prouvent son élection : pouvoirs magiques exceptionnels, talents particuliers, capacités martiales surdéveloppées.[8]

Souvent, les protagonistes féminines ne dérogent pas à cette règle et reconduisent à leur tour ce motif de l’élue ou, tout du moins, de la figure extraordinaire.

L’enjeu des représentations féminines : quels modèles ?

      Ainsi les héroïnes de fantasy, quand elles sont présentes, sont presque toujours exceptionnelles, voire surnaturelles[9]. Qu’à cela ne tienne ! me direz-vous peut-être, cela vient en grande partie du genre des romans (c’est vrai) et n’a aucune incidence (c’est moins vrai…). En effet, les représentations dans la fiction ne sont pas neutres, en particulier lorsqu’elles s’inscrivent dans des œuvres qui s’adressent à la jeunesse, une population en pleines construction et socialisation. Comme l’ont déjà montré nombre d’études, la fiction a une incidence palpable sur notre réalité : les représentations recèlent ainsi un gigantesque pouvoir. Citons, à titre d’exemple, un article d’Anne Dafflon Novelle sur l’imaginaire des enfants et les histoires qu’ils et elles sont en mesure dinventer. Voici l’une des conclusions, terrifiante : « les stéréotypes véhiculés dans la littérature enfantine ont une influence sur les propres productions des enfants »[10]. Insistons donc encore une fois sur le caractère crucial de ces enjeux et sur l’importance de représenter des personnages de tous genres, de toutes orientations sexuelles, de toutes couleurs de peaux, de tous milieux sociaux, entre autres.
      Quid des héroïnes extraordinaires ? La problématique est similaire : représenter uniquement des personnages hors du commun peut permettre une belle évasion, faire rêver, voire répondre à des désirs enfantins et réaliser des fantasmes (se fondre dans un personnage puissant capable de détruire ses opposant·e·s comme de sauver le monde peut être ô combien jouissif pour un jeune lectorat), mais il y a lieu de s’interroger sur le message transmis. Dans ces cas, il ne nous semble pas qu’un roman ou que quelques-uns permettent d’associer fondamentalement l’héroïsme au caractère extraordinaire, mais que penser lorsque l’ensemble de la production, peu ou prou, fait cette association ? Ne s’échoue-t-on pas, dès lors, sur des écueils ? Telles sont les questions que nous soulevons. Difficile en effet de ne pas en déduire qu’être hors du commun est une condition sine qua non à l’héroïsme, nécessaire pour accomplir des prouesses, nécessaire pour faire le Bien, nécessaire pour être au centre de l’attention, et c’est pour cette raison que nous parlons d’une injonction à l’extraordinaire. Lorsque ce phénomène se double (et le cas est fréquent, en particulier chez les figures féminines) d’un impératif de beauté pouvant parfois atteindre une injonction à la perfection (physique et morale), il est d’autant plus préoccupant.

Élargir l’horizon…

      Si les héroïnes ordinaires sont encore peu nombreuses en fantasy jeunesse, il nous semble toutefois distinguer une tendance[11] du monde du livre à offrir de tels personnages et à prouver que des filles et adolescentes[12] quelconques peuvent réaliser de grandes choses. Les liens longtemps tissés dans le cadre de la fantasy entre héroïsme et caractère (voire, nature) extraordinaire sont certes solides, mais pas impossibles à dénouer, si on le souhaite. Ainsi s’élargit la palette des héroïnes. Présentons-en quelques-unes, à travers trois romans :

La forêt de Yara (Aurore Gomez), publié chez Rageot en 2022, présente les aventures d’une fille de douze ans amoureuse de la nature, vivant dans les bois à l’écart du monde. Elle est l’héroïne du roman – et donne son nom au titre – mais ne présente pas de caractère extraordinaire et ce, même si certains membres de sa famille le sont. Yara les côtoient sans être elle-même dotée de pouvoirs d’aucune sorte, à son grand désarroi.

« Un univers merveilleux existait là, tout près de moi. J’y avais fait une courte incursion, à la façon des héroïnes de roman à qui il arrive des choses extraordinaires. Mais voilà, il fallait garder les pieds sur terre. Je n’étais pas l’élue, je n’avais rien de spécial, et le monde magique de la forêt […] venait de me claquer la porte au nez »

Aurore GOMEZ, La forêt de Yara, Paris, Rageot, 2022, p. 120.

Aurore Gomez, La forêt de Yara © Rageot 2022. Illustration de couverture : Baptiste Puaud.

     

Dans Bayuk (Justine Niogret), le lectorat plonge dans le bayou à la rencontre de Toma, une jeune orpheline ayant grandi à Coq-Fondu et ne connaissant que son village. Aidée d’un jeune homme et d’une prêtresse pratiquant la magie vaudou, Toma entreprendra une quête salvatrice pour se libérer d’une malédiction. La magie l’entoure, sans que la jeune fille la pratique elle-même ; les combats font rage autour d’elle, sans qu’elle présente d’aptitudes particulières aux armes. L’héroïne est une adolescente, ni plus ni moins, aux prises avec une malédiction qui la dépasse.

« Elle était terrorisée. […] Partir, surtout seule, l’emplissait d’une terreur glacée. Que ferait-elle ? Sans argent, sans armes, sans personne… Le matin même, elle s’était trouvée très adulte, mais cette nuit, cette nuit… Je voudrais être toute petite et que quelqu’un d’autre s’occupe de tout ça à ma place, pensa-t-elle »

Justine NIOGRET, Bayuk, Paris, 404 éditions, 2022, p. 59.

Justine Niogret, Bayuk © 404 éditions, 2022. Illustration de couverture : Studio Twist.

     

Confrontée à une dure réalité, Violette Hurlevent fuit dans le jardin par la fenêtre de sa chambre et découvre un monde merveilleux dont elle devient la Protectrice. Si Violette tient un rôle unique dans le Jardin, ce n’est en rien grâce à des dons particuliers, mais, semble-t-il, grâce à un heureux hasard puisqu’un passage se trouve sur la propriété familiale. Récoltant des reliques, la jeune fille certes rusée et débrouillarde, mais non extraordinaire devra veiller sur le Jardin et empêcher la redoutée Tempête de se produire.

« – Euh… excusez-moi ! On m’a dit que j’étais la nouvelle “Protectrice”, et que vous alliez tout m’expliquer. […]
– Une Protectrice… Oui, le Jardin en a besoin. Feras-tu l’affaire ? Impossible de le dire. »

Paul MARTIN, J-B BOURGOIS, Violette Hurlevent et le Jardin Sauvage, Paris, Éditions Sarbacane, 2019, p. 53.

Paul Martin et J-B Bourgois, Violette Hurlevent et le Jardin Sauvage © Éditions Sarbacane, 2019. Illustration de couverture : J-B Bourgois.


[1] : Nous montrons dans notre thèse leurs liens avec cesdites figures surnaturelles : fées, enchanteresses, divinités… (Florie MAURIN, Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses, Thèse de doctorat de l’Université Clermont Auvergne, en préparation depuis 2019.
[2] : À quelques exceptions près, bien sûr. Par exemple, Frodon, héros du Seigneur des Anneaux (Tolkien) ne semble pas posséder de pouvoirs extraordinaires, surnaturels, qui le prédestinent à accomplir sa tâche.
[3] : Sur cette question, nous renvoyons à notre précédent billet : https://fantasyjeune.hypotheses.org/591
[4] : Nous renvoyons ici à la thèse d’Angélique SALAUN : Femmes guerrières / Femmes en guerre dans la fantasy épique anglophone et francophone, Thèse de doctorat de l’Université de Rouen Normandie, 2021. Sur la masculinisation, voir en particulier les pages 194 à 201.
[5] : Voir également notre précédent billet : https://fantasyjeune.hypotheses.org/591
[6] : Nous citons les héroïnes des œuvres suivantes : La Quête d’Ewilan (Pierre Bottero), À la croisée des mondes (Philip Pullman), La Passe-miroir (Christelle Dabos), Grisha (Leigh Bardugo), Le Sorceleur (Andrzej Sapkowski) et Harry Potter (J. K. Rowling).
[7] : Isabelle PÉRIER, « Héros » dans Anne BESSON (dir.), Dictionnaire de la fantasy, Paris, Vendémiaire, 2018, p. 167.
[8] : Florian BESSON, « Élu » dans Anne BESSON (dir.), Dictionnaire de la fantasy, op. cit., p. 111.
[9] : Bien sûr, il est toujours possible de trouver des exceptions. Nous pourrions par exemple citer l’Alice de Lewis Carroll.
[10] : Anne DAFFLON NOVELLE, « Histoires inventées : quels héros et héroïnes souhaitent les garçons et les filles ? », Archives de Psychologie, vol. 70, n° 274-275, 2003, p. 149. Anne Dafflon Novelle s’appuie ici sur les études suivantes : Gray-Schlegel et Gray-Schlegel, 1995-1996 ; Trepanier-Street, Romatowski & McNair, 1990.
[11] : Le secteur tend d’ailleurs de façon plus globale à s’intéresser à la question des représentations, quelles qu’elles soient.
[12] : L’âge du lectorat correspond généralement à celui des personnages, raison pour laquelle nous parlons de filles et d’adolescentes.

Pour citer cet article : Florie Maurin, « Faut-il être extraordinaire pour être une héroïne de fantasy ? Du droit d’être quelconque », dans Fantasy jeunesse, 1 septembre 2022, https://fantasyjeune.hypotheses.org/2353.

Compte-rendu : colloque « Amazones et Femmes sauvages : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ? »

Compte-rendu co-écrit avec Elise d’Inca,
doctorante en Littérature médiévale

Du 7 au 8 avril 2022 s’est tenu à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand le colloque de jeunes chercheurs et de jeunes chercheuses « Amazones et Femmes sauvages : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ? ». La manifestation scientifique, coorganisée par Elise d’Inca (doctorante de l’Université Clermont Auvergne, CELIS) et Florie Maurin (doctorante de l’Université Clermont Auvergne, CELIS), de l’équipe « Littératures et Représentations de l’Antiquité et du Moyen Âge », s’est construite et développée autour de onze communications, rythmées par des temps d’échange.
           Le colloque qui nous a réunis fut l’aboutissement d’un projet commun, d’un projet diachronique : celui de faire dialoguer la littérature médiévale avec la culture et l’imaginaire contemporains autour du vaste sujet des figures féminines. La femme sauvage est un motif défini dans les arts et la littérature du Moyen Âge, elle tient d’abord lieu de compagne à l’homme sauvage que le tout début du XIIe siècle invente, mais ses représentations et apparitions se sont ensuite diversifiées. Plus délaissée de la critique littéraire que son compagnon masculin pendant longtemps, la femme sauvage, comme ses avatars, traverse les siècles et se trouve aujourd’hui réinterrogée, à l’instar de l’Amazone, notamment sous l’éclairage des women’s studies. Si la critique littéraire se penche peu à peu sur ces figures de femmes plus ou moins subversives[1], leur analyse reste encore à étoffer et leur présence dans l’imaginaire contemporain est à questionner. Sans vouloir enfermer ces personnages mythiques – qui se jouent par ailleurs des frontières – dans des (stéréo)types, nous souhaitons au contraire mettre en avant la grande perméabilité qui s’instaure entre elles : ces figures sont des personnages poreux aux caractéristiques mouvantes. Des interrogations communes ont ainsi émergé des différentes communications : quels dialogues se créent entre femmes sauvages et Amazones ? Quelles relations tissent ces femmes marginales avec autrui ? Dans quelle mesure les femmes velues et sauvages du Moyen Âge, comme les femmes guerrières et autres filles de Penthésilée, incarnent-elles des modèles féminins contemporains ?
           Le 7 avril, après la présentation générale du colloque par les organisatrices et Bénédicte Mathios, directrice du CELIS, quatre communications ont été entendues. Les deux premières se sont intéressées aux figures d’Amazones et de femmes sauvages en Orient et en Amérique du Sud, tandis que les deux suivantes ont pris pour sujet le Moyen Âge occidental. Toutes ont porté leur attention sur les questions de représentations culturelles et religieuses des femmes et se sont appuyées sur les topoi, les stéréotypes qui émergent et se construisent au Moyen Âge.
           Seyedeh Fatemeh Hosseini Mighan (docteure de l’Université Clermont Auvergne, CELIS) a ouvert ce colloque sur le thème suivant : « Les femmes guerrières dans le Shâhnâmeh de Ferdowsi ». Le Shâhnâmeh ou Livre des Rois, grande épopée du peuple iranien écrite par Ferdowsi au XIᵉ siècle, retrace en plus de cinquante mille vers l’histoire réelle et mythique de la Perse et met en scène plusieurs personnages féminins que Seyedeh Fatemeh Hosseini Mighan a confronté entre eux tout en les comparant à ceux des grandes épopées occidentales, notamment l’Iliade et l’Odyssée. L’intervante a également pris en compte les influences littéraires de Ferdowsi, comme les écrits du Pseudo-Callisthène, afin de montrer en quoi les figures de femmes guerrières du Shâhnâmeh diffèrent de celles de ses homologues décrites à la même période en Occident.
           Viktoriia Kokonova (doctorante d’Aix-Marseille Université, CIELAM) a ensuite présenté « Lʼ’Indienne dans les récits viatiques français du XVIIe : une nouvelle “ femme sauvage ” ? ». Elle a étudié les représentations des Indiennes dans les textes de Claude d’Abbeville et d’Yves d’Evreux, en mettant en avant la manière dont ces Indiennes s’inscrivent dans la lignée des femmes sauvages telles que le Moyen Âge les a pensées. En s’appuyant sur les aspects de nudité, de laideur, et de vieillesse des Indiennes, Viktoriia Kokonova a soulevé les questions relatives à l’opposition entre « nature » et « culture ». Elle a aussi interrogé les mécanismes culturels et sociaux qui ont transformé lʼ’Ève tentatrice en sorcière répugnante dont les missionnaires, scandalisés, décrivent les rites cannibales, et a démontré que les Amazones de ces récits viatiques sont finalement renvoyées à l’image de femmes indépendantes, ayant quitté leurs maris.
           Après un temps d’échange portant sur les deux premières interventions de l’après-midi, Elise d’Inca (doctorante de l’Université Clermont Auvergne, CELIS) a communiqué sur les figures d’Amazones dans les romans antiques du XIIe siècle. Après avoir analysé de quelle manière Camille du Roman dʼ’Énéas, Penthésilée du Roman de Troie, et les autres Amazones des romans dʼ’Alexandre s’inscrivent dans la merveille médiévale, elle a interrogé le rôle subversif de ces figures. Elle a mis en avant le fait que ces femmes guerrières tenaient un rôle stratégique au sein des narrations médiévales, soit en convergeant vers lʼ’image de la fée, soit en faisant lʼ’objet d’une véritable déconstruction littéraire et sociale par le biais d’un jeu de renversement que les auteurs du Moyen Âge ont en affection.
           Pour conclure la journée, Maline Kotetzki (doctorante de l’Université de Kiel) sʼ’est penchée sur les représentations de Lespîa dans le Wigamur, un texte du haut Moyen Âge allemand. Elle a porté son attention sur l’ambivalence du personnage incarnant à la fois lʼ’idéal dʼ’une mère aimante au cœur de la cellule familiale, à la fois la femme sauvage, animalisée, en marge de la société courtoise, et poussée à la plus grande violence par sa soif de vengeance. La chercheuse s’est aussi intéressée aux espaces investis par Lespîa, qui traduisent toute son ambiguïté, puisque celle-ci passe de la cour à l’univers marin. Ravisseuse d’un enfant, gardienne des portes, veuve et, surtout, mère, Lespîa questionne le monde courtois en lui tendant un miroir tout en offrant un nouveau visage aux femmes sauvages.
           La journée du 8 avril, dont les interventions se sont fondées sur des corpus littéraires, mais également sur des œuvres cinématographiques, sérielles et ludiques, a permis d’explorer une vaste période temporelle, en allant de la fin du XVIe siècle au domaine ultracontemporain. Les deux premières interventions de la matinée sont le fruit d’anglicistes.
           Pauline Durin (doctorante de l’Université Clermont Auvergne, IRHIM) s’est intéressée à des figures féminines hybrides, décrites comme monstrueuses, dans sa communication « La représentation animale des femmes rebelles dans le théâtre anglais de la première modernité ». En se fondant sur quatre pièces de théâtre (The Taming of the Shrew, The Tamer Tamed, The Roaring Girl et The Tragedy of Mariam), la chercheuse a non seulement étudié les représentations physiques des femmes rebelles, notamment traduites par des métaphores animales, mais a également interrogé leurs rapports à l’ordre patriarcal. Si les décrire comme bestiales permet de rétablir le patriarcat, leur réappropriation de ce motif ne permet-elle pas de le mettre en péril ?
           Rose Borel (doctorante de l’Université Bordeaux-Montaigne, CLIMAS) a ensuite présenté une étude sur l’altérité féminine dans le récit autobiographique True at First Light d’Ernest Hemingway, en opposant notamment la figure de Marie, chasseresse animalisée au caractère viril et épouse d’Hemingway, à celle de Debba, jeune indigène fétichisée et hypersexualisée à lʼ’origine des différents fantasmes impérialistes du narrateur. L’intervenante a articulé sa communication autour des questions relatives à l’altérité et au potentiel subversif des personnages, notamment en relation aux normes patriarcales et genrées. En examinant la représentation de deux figures littéraires complexes, elle a montré dans quelle mesure Marie et Debba se développent selon leur capacité ou non à menacer la virilité du narrateur et selon qu’elles reconduisent les stéréotypes de genre ou, au contraire, les font voler en éclats.
           En livrant une analyse du Chevalier des Touches, un roman historique paru en 1864, Patrick Teichmann (doctorant de l’Université de Mayence) a interrogé le personnage de Barbe de Percy lors de son intervention intitulée : « “ L’amazone de la Chouannerie ” : l’androgynie et la décadence dans Le Chevalier des Touches de Jules Barbey d’Aurevilly ». Femme guerrière par excellence, Barbe est aussi caractérisée par la répugnance qu’elle inspire et par son infécondité. En présentant cette figure virile, mais aussi exclue du nouvel ordre social après la Chouannerie, Patrick Teichmann a suggéré d’analyser la protagoniste comme une personnification de la décadence de l’aristocratie.
           Jelena Zečević (doctorante de l’Université Autonome de Barcelone) a ensuite proposé une analyse comparée de deux œuvres, un texte de Monique Wittig, et un long-métrage de Julia Ducournau en soulignant son souhait d’étudier des femmes créées par des femmes. Durant sa communication, « Les Guérillères vs Titane : de la collectivité à l’individualité », Jelena Zečević a ainsi examiné des Amazones contemporaines et leur reconfiguration à travers le personnage d’Alexia (un « je ») et de la communauté féminine (un « nous ») de Guérillères. La marginalisation de ces nouvelles femmes sauvages, leur « cou-rage » associant bravoure et violence, ainsi que leur sauvagerie, traduite par la danse et la sexualité, ont notamment retenu l’attention de la doctorante.
           L’après-midi du 8 avril a accueilli trois chercheuses qui se sont intéressées aux Amazones et femmes sauvages de l’imaginaire contemporain. Sarah Ghelam (titulaire d’un Master de l’Université Paris Nanterre) a tout d’abord examiné le pendant enfantin de ces femmes mythiques dans la littérature de jeunesse à travers l’interrogation suivante : « La fille sauvage est-elle une figure subversive de l’album jeunesse ? ». En se fondant sur trois albums (Sauvage, Hilda et la sorcière et Jamèdlavie), Sarah Ghelam a mis en lumière des personnages d’enfants sauvages vivant en retrait de la société et se soustrayant, dès lors, à ses normes genrées. Certaines, à l’image de Camélia et de Capucine, remettent également en question un modèle hétéronormatif, un phénomène qui demeure encore rare en littérature de jeunesse. En arpentant d’autres voies, marginales, les filles sauvages diversifient les modèles proposés aux jeunes lecteurs et lectrices.
           Dans sa communication intitulée « La sauvageonne en fantasy : figure essentialiste ou modèle écoféministe ? », Angélique Salaun (docteure de l’Université Rouen Normandie, CÉRÉdI) a pris pour sujet quatre héroïnes de cycles de fantasy contemporains : Ellana, Arka, Mériane et Maura. En analysant les représentations physiques, mais aussi les modes de vie de ces jeunes filles, Angélique Salaun a dégagé quelques caractéristiques des sauvageonnes tout en interrogeant leur féminisation et leur éventuelle portée politique. Faut-il voir, dans ces modèles féminins, une reconduction de stéréotypes sexistes associant les femmes à la nature ou, au contraire, peut-on appréhender les sauvageonnes comme des figures féministes, voire écoféministes ?
           Enfin, la dernière intervention, de Clémence Huguet (titulaire d’un Master de l’Université Paris Sorbonne), a fait dialoguer plusieurs médias : des œuvres littéraires et leurs adaptations en série et jeux vidéo. La contribution de la chercheuse, « Les femmes sauvages dans l’univers du Sorceleur : détour par la forêt de Brokilone », s’est ainsi fondée sur les dryades de Brokilone créées à l’origine par Andrzej Sapkowski. Clémence Huguet a ainsi souligné les liens que tissent ces femmes sylvestres avec d’autres figures mythiques, comme Diane, les fées ou les Amazones, tout en examinant leur attachement profond à la forêt, dont elles se font les gardiennes. Mais ce sont aussi les rapports sociaux qu’entretiennent les dryades avec le monde extérieur qui ont été étudiés par le biais des différents supports médiatiques proposés.
           Finalement, ce colloque a permis de mettre en évidence la grande permanence des figures de femmes sauvages et d’Amazones, tout en confrontant leurs différents aspects à travers les siècles, les disciplines et les sociétés. Les participantes et participant travaillant sur des aires géographiques et culturelles variées ont apporté des éléments d’analyse pluriels, tout en mettant en avant les évolutions littéraires et sociales des deux figures féminines. Au fil du temps, ces figures de femmes mythiques fantasmées issues de mondes lointains et inaccessibles tendent à s’incarner et à gagner leur propre individualité, leur propre personnalité. Le terme même d’amazone entre dans le langage courant pour désigner un type de femme ; son sémantisme traduisant une forme de rationalisation de la figure autrefois mythologique. Amazones et femmes sauvages déjouent toutes frontières et se métamorphosent à travers les époques où elles se fondent sous diverses apparences, conservant toutefois de nombreux topoi hérités du Moyen Âge. Leur empreinte mythique se lit tantôt dans des personnages de femmes rebelles et animales, tantôt de guerrières androgynes ou encore de fillettes et d’adolescentes déjouant les normes. Parfois devenues figures féministes, les Amazones et les femmes sauvages possèdent un potentiel subversif et continuent à symboliser des sociétés alternatives où règnent d’autres lois, à la marge.

Les actes de ce colloque feront l’objet d’une publication
aux éditions Classiques Garnier.


[1] En témoigne l’ouvrage de Bruno Boerner et Christine Ferlampin-Acher, Femmes sauvages et ensauvagées dans les arts et les lettres, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search