Le septième fils de septième fils : une figure mythique de la fantasy ?

           « Le chiffre sept n’est-il pas celui qui possède la plus grande puissance magique[1] » demande Tom Jedusor au professeur Slughorn dans Harry Potter, avant de devenir le terrible mage noir dont on n’osera prononcer le nom. Force est de constater que le jeune Voldemort a sans doute raison…
           Si le nombre 13 fait l’objet de nombreuses superstitions et serait censé porter malheur ou bonheur selon les croyances, le chiffre 7 n’a cependant rien à lui envier en termes de puissance symbolique. Que l’on songe un instant aux jours de la semaine, aux merveilles du monde ou aux péchés capitaux qu’il ordonne. Dans la Bible, il apparaît de façon récurrente et, en particulier, dans les septénaires de l’Apocalypse[2]. Nous le retrouvons aussi régulièrement dans les contes : les fées marraines de La Belle au bois dormant sont au nombre de sept, de même que les nains bien connus de Blanche-Neige, la fratrie du Petit Poucet, les chevreaux menacés par le loup ou les frères métamorphosés en corbeaux chez les Grimm ; les exemples pouvant être multipliés à loisir.
           Ce n’est pas tant le chiffre sept qu’une de ses formes d’expression spécifiques qui nous intéressera dans cet article, à travers le thème du septième fils de septième fils, c’est-à-dire du septième enfant masculin d’un père étant lui-même dans ce cas de figure au sein de sa fratrie.
           Joseph Delaney, auteur du cycle à succès L’Épouvanteur, a largement contribué à populariser cette figure mythique, en faisant de cette étrange configuration familiale la condition sine qua non pour devenir un épouvanteur, un combattant des forces obscures. C’est d’ailleurs sous le titre Le Septième Fils (Seventh Son) qu’est adaptée sa saga en film en 2014. Toutefois, le personnage du septième fils de septième fils n’est pas une création propre à Joseph Delaney, loin de là. Il apparaît en particulier dans la fantasy de la fin du XXe siècle et du tournant des années 2000, de façon plus ou moins discrète et plus ou moins reconfigurée, chez Orson Scott Card, Terry Pratchett, Anthony Horowitz, Gregory Maguire… Dans ces œuvres de fiction, le septième fils est doté de pouvoirs prodigieux, presque toujours liés à la guérison et à la perception, conformément aux croyances qui lui sont relatives dans notre monde, bien réel. En convoquant une dizaine de romans de fantasy et en tentant de remonter aux origines du mythe, nous nous proposons d’esquisser les contours de cette figure extraordinaire.

Continuer la lecture de Le septième fils de septième fils : une figure mythique de la fantasy ?

« Qu’est-ce que vous êtes ? » : la sanctification d’Alina Starkov dans Shadow and Bone

Cet article s’inscrit dans le quatorzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Identités en mouvement », issu de la journée d’études « Construction et évolution de l’identité dans les séries TV de Fantasy ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

Dissimulées, imposées, acceptées ou rejetées, les identités des personnages de la série Shadow and Bone (2021- ) se dévoilent au fil des épisodes et interrogent tant les spectateurs et spectatrices que les protagonistes. « Qu’est-ce que vous êtes ? » est notamment l’une des questions récurrentes posées à l’héroïne, Alina Starkov. D’orpheline à figure d’élue, c’est un itinéraire typique de la fantasy qui s’accomplit dans Shadow and Bone. Toutefois, la jeune femme ne devient pas seulement l’élue, mais une véritable sainte porteuse des espoirs de l’humanité : Sankta Alina.
            Entre ce qu’elle est, ce qu’elle croit ou devrait être, et ce qu’elle devient, l’héroïne est aux prises avec de nombreux questionnements intérieurs. Si la notion d’identité est pour le moins intime, elle se traduit ici extérieurement, à l’écran, notamment par le biais de l’apparence d’Alina et des costumes qu’elle revêt. Les espaces qu’elle investit sont aussi révélateurs de l’initiation qu’elle vit et qui modifie en profondeur son identité. Au moyen d’une lecture symbolique, nous chercherons à comprendre comment les fluctuations identitaires d’Alina et son devenir de sainte se traduisent visuellement aux spectateurs et spectatrices.

 

Illustration de couverture : Véronique Thill.

Cerfs blancs à l’écran : résurgences et reconfigurations d’un motif médiéval dans quelques productions de fantasy

            « Cette nuit-là, le Cerf m’a choisie, moi »[1] déclare Alina Starkov au Darkling dans la série Shadow and Bone : La Saga Grisha (Netflix, 2021) en associant l’animal à une forme d’élection quasi divine. Loin de constituer un cas isolé, cette désignation symbolique d’un héros ou d’une héroïne, bien souvent élu·e, par un cerf se retrouve aujourd’hui dans de nombreuses œuvres, que l’on pense au dieu-cerf de Princesse Mononoké (Miyazaki, 1997) ou au « patronus »[2] de Harry Potter. Sa présence assidue en fait un animal emblématique du bestiaire de la fantasy et constitue un héritage de la littérature médiévale, en particulier lorsque le cerf est de couleur blanche. En effet, ces animaux merveilleux sont disséminés dans la littérature du Moyen Âge et apparaissent, par exemple, dans la plupart des récits qui mettent en scène des fées, comme nous le verrons. Récemment, les cerfs blancs ont investi les films et séries – constituant parfois des adaptations de romans – et apparaissent sur nos écrans. C’est dans ce cadre que nous souhaitons les étudier, en raison de leur fort impact visuel. Figures majestueuses, souvent de grande taille, les cerfs blancs permettent régulièrement des jeux de contraste et contribuent à révéler, voire à renforcer, les tensions entre ténèbres et lumière. Après avoir rappelé quelques fonctions et symboliques du cerf dans la littérature médiévale, nous consacrerons cette brève étude à des scènes issues de quatre œuvres (ultra)contemporaines qui nous serviront d’exemples, deux films et deux séries : Harry Potter (Warner Bros., 2001-2011), Blanche-Neige et le Chasseur (Universal Pictures, 2012), Shadow and Bone : La Saga Grisha (Netflix, 2021) et House of the Dragon (HBO, 2022).

Continuer la lecture de Cerfs blancs à l’écran : résurgences et reconfigurations d’un motif médiéval dans quelques productions de fantasy

Dans le conte, la clef : le pouvoir libérateur des contes dans La Passe-miroir et Biotanistes

Cet article s’inscrit dans le douzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Fantasy et contes de fées ». Vous pouvez le retrouver en libre accès ici.

Résumé :

La Passe-miroir de Christelle Dabos et Biotanistes d’Anne-Sophie Devriese sont des romans de fantasy Young Adult ultracontemporains mettant en scène le futur de notre monde. Dans chacune des œuvres, des contes de fées s’offrent aux lecteurs et lectrices. Ulysse (Biotanistes) est colporteur et transmet des réécritures de contes au gré de ses voyages, tandis qu’Ophélie (La Passe-miroir) est quelques temps vice-conteuse à la cour du Seigneur Farouk. Dans ces romans, les contes deviennent des clefs. D’une part, leur fonction symbolique permet la transmission de messages cachés, voire codés, visant à faire progresser l’intrigue. D’autre part, ces histoires sont aussi des clefs dans le sens où elles visent à libérer les personnages, prisonniers de leur condition ou de leur environnement. Mais les contes semblent également attester d’un pouvoir créateur, voire démiurgique, et participent à la naissance de nouveaux mondes. Tout en interrogeant la place du conte et son fonctionnement dans la narration des romans, nous nous intéresserons aux pouvoirs libérateurs, politiques et créateurs de ces brefs récits devant amener à « renverser l’Ordre »[1].

 

DEVRIESE Anne-Sophie, Biotanistes, Chambéry, ActuSF, « Naos », 2021. © ActuSF, illustrateur : Zariel.
DABOS Christelle, La Passe-miroir, Paris, Gallimard Jeunesse, 2013-2019, t.1 Les Fiancés de l’hiver, 2013, t.2 Les Disparus du Clairdelune, 2015, t.3 La Mémoire de Babel, 2017, t.4 La Tempête des échos, 2019. © Gallimard Jeunesse, illustrateur : Laurent Gapaillard.


[1] Anne-Sophie DEVRIESE, Biotanistes, Chambéry, ActuSF, « Naos », 2021, p. 423.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search