Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Mélanie Lallet

(INA Éditions, 2020)

© INA Éditions. Illustration de couverture : Hélène Sauvagnat.

Continuer la lecture de Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Miroir, miroir, qui est la plus vaillante ? Héroïsme au féminin et princesses affranchies dans Once Upon a Time

Résumé :

À Storybrooke, la ville de la série Once Upon a Time, vivent de nombreux personnages de récits merveilleux. Les princesses y sont légion et leur histoire, comme leur représentation, subit d’importantes variations. Délaissant le rôle de « demoiselle en détresse » que l’on trouve bien souvent dans les contes et dans leurs adaptations, Emma, Blanche-Neige ou le Petit Chaperon rouge gagnent en indépendance et en liberté. Oui, mais… Les clichés ont la peau dure et les héroïnes s’inscrivent bien souvent dans des intrigues amoureuses stéréotypées qui semblent leur offrir la maternité comme seul destin possible. Entre reprises littéraires et mutations, nous nous proposons d’étudier ces figures féminines et leur itinéraire à travers deux formes : celle du conte et celle de la série.

Cet article est paru en 2022 dans le numéro 42 de la revue Iris.

  

  

Soutenance de thèse «Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses»

Le samedi 19 novembre, j’ai soutenu ma thèse de Doctorat en Langue et Littérature françaises, réalisée à l’Université Clermont Auvergne sous la direction de Mesdames Françoise Laurent et Nelly Chabrol Gagne.

 

Résumé : Le « livre-monde » de Pierre Bottero, vaste cycle de fantasy jeunesse constitué des œuvres se rapportant à l’univers de Gwendalavir (La Quête et Les Mondes d’Ewilan, Le Pacte des Marchombres, L’Autre, Les Âmes croisées, Le Chant du troll et Isayama), connaît un succès retentissant depuis le début de sa parution en France en 2003. Les figures féminines jalonnent ce cycle et viennent bouleverser la traditionnelle hégémonie masculine des œuvres phares du genre (qu’il s’agisse du Seigneur des Anneaux ou de Harry Potter). Dans les romans de l’écrivain français, les femmes sont presque toujours les héroïnes, mais aussi souvent des personnages secondaires ou, parfois, d’arrière-plan, et offrent aux (jeunes) lecteurs et lectrices une myriade de modèles auxquels s’identifier. Ces protagonistes se nomment Ewilan, Ellana, Alantha, Eejil, Shaé ou Éléa, sont d’origines et d’âges variés, et sont volontiers extraordinaires : magiciennes hors pair et guerrières émérites. Ces rôles familiers de la fantasy puisent leurs sources dans les textes de l’Antiquité et du Moyen-Âge dont héritent les romans de l’auteur. Ewilan et ses sœurs littéraires convoquent avec elles tout un imaginaire mythique et merveilleux : tour à tour fées, sorcières ou chasseresses, elles sont des femmes puissantes, Mélusine, Viviane, Médée et Amazones contemporaines. Notre étude vise à questionner ce legs et sa reconfiguration dans le cycle de l’écrivain. Le fort ancrage féminin dont témoignent les œuvres permet également d’interroger le discours véhiculé sur et par les femmes – comme ses limites – ainsi que leurs représentations tant textuelles que visuelles. La fantasy, en tant que genre potentiellement créateur d’une infinité de mondes et de possibles, est marquée du sceau de la liberté. Dans les sociétés imaginées par Pierre Bottero, les femmes semblent avoir la part belle de sorte que le cycle de Gwendalavir paraît marquer, sinon une éclosion, du moins un développement manifeste des figures féminines dans la fantasy jeunesse française.

Mots-clefs : Pierre Bottero (1964-2009) ; Fantasy ; Littératures de jeunesse ; Littératures de l’imaginaire ; Magiciennes ; Guerrières ; Fées médiévales ; Héroïnes ; Médiévalisme ; Gender Studies ; Représentations

Où sont les héroïnes ? De l’importance des représentations de personnages féminins. Le cas de la fantasy jeunesse

Hermione Granger, Tara Duncan, Ewilan Gil’ Sayan, Coraline, Lucy Pevensie… Les noms d’héroïnes de fantasy jeunesse ne semblent pas difficiles à trouver. Et pourtant, on ne cesse de lire depuis l’étude d’Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles (1973), que les personnages féminins sont sous-représentés et font l’objet de sexisme dans les livres pour la jeunesse.
     Alors, qu’en est-il aujourd’hui ? Ce constat est-il toujours d’actualité ? En fantasy, Hermione et ses amies auraient-elles, enfin, fait pencher la balance ou constituent-elles des exceptions au sein d’un champ littéraire et éditorial toujours dominé par les personnages masculins ?
     Ayant travaillé trois années sur ces thématiques durant ma thèse, en m’appuyant sur les romans de Pierre Bottero, j’ai souhaité partager mes réflexions sur ce sujet, retracer les grandes lignes de ce phénomène et proposer un bref état des lieux de l’héroïsme au féminin (vaste programme…).

Continuer la lecture de Où sont les héroïnes ? De l’importance des représentations de personnages féminins. Le cas de la fantasy jeunesse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search