L’imaginaire thanatologique de Joseph Delaney sous le signe de l’ouroboros : de vie à trépas, du trépas à la vie

Résumé :

« La mort est temporaire » déclare un personnage d’Arena 13 de Joseph Delaney. Loin de ne s’appliquer qu’à ce cycle, la citation a aussi force de loi dans les deux autres sagas convoquées, L’Épouvanteur et Aberrations. Si Arena 13 présente le futur de notre monde gouverné par de puissantes entités capables de se regénérer et de se réincarner, Aberrations explore aussi les territoires de la mort en proposant un univers dévoré par une monstrueuse brume qui ramène à la vie humains et animaux sous une forme monstrueuse. Le cycle de L’Épouvanteur, quant à lui, repose entièrement sur la destruction puisque l’objectif d’un épouvanteur est précisément de réduire à néant les créatures de l’obscur. Non seulement les antagonistes meurent et reviennent incessamment à la vie, mais les héros et héroïnes passent parfois par cette même épreuve et reviennent de l’au-delà. La mort devient féconde dans les romans en offrant une nouvelle forme de vie aux trépassés. Quel sens faut-il alors lui donner puisqu’elle ne marque pas toujours la fin d’une existence ? À une plus grande échelle, les romans permettent également d’interroger la notion de finitude. Le cycle de L’Épouvanteur et ses seize tomes reconfigurent la destruction : à un épouvanteur en succède un autre, un monstre relève son congénère et un nouveau tome vient indéfiniment et paradoxalement prolonger l’anéantissement.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search