« Qu’est-ce que vous êtes ? » : la sanctification d’Alina Starkov dans Shadow and Bone

Cet article s’inscrit dans le quatorzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Identités en mouvement », issu de la journée d’études « Construction et évolution de l’identité dans les séries TV de Fantasy ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

Dissimulées, imposées, acceptées ou rejetées, les identités des personnages de la série Shadow and Bone (2021- ) se dévoilent au fil des épisodes et interrogent tant les spectateurs et spectatrices que les protagonistes. « Qu’est-ce que vous êtes ? » est notamment l’une des questions récurrentes posées à l’héroïne, Alina Starkov. D’orpheline à figure d’élue, c’est un itinéraire typique de la fantasy qui s’accomplit dans Shadow and Bone. Toutefois, la jeune femme ne devient pas seulement l’élue, mais une véritable sainte porteuse des espoirs de l’humanité : Sankta Alina.
            Entre ce qu’elle est, ce qu’elle croit ou devrait être, et ce qu’elle devient, l’héroïne est aux prises avec de nombreux questionnements intérieurs. Si la notion d’identité est pour le moins intime, elle se traduit ici extérieurement, à l’écran, notamment par le biais de l’apparence d’Alina et des costumes qu’elle revêt. Les espaces qu’elle investit sont aussi révélateurs de l’initiation qu’elle vit et qui modifie en profondeur son identité. Au moyen d’une lecture symbolique, nous chercherons à comprendre comment les fluctuations identitaires d’Alina et son devenir de sainte se traduisent visuellement aux spectateurs et spectatrices.

 

Illustration de couverture : Véronique Thill.

Compte-rendu : Hermione Granger. Lectrice de Harry Potter

Tanguy Habrand

(Les Impressions Nouvelles, 2022)

© Les Impressions Nouvelles. Illustration de couverture : Jack Durieux.

 

 

Continuer la lecture de Compte-rendu : Hermione Granger. Lectrice de Harry Potter

Des femmes, des plantes et de la magie. Les herboristes en fantasy jeunesse

Parmi les personnages de mages, moines, chevaliers et autres guerrières typiques de la fantasy, une figure peut-être plus discrète et moins usuelle se fraye un chemin dans nos mondes imaginaires : celle de l’herboriste. Elle apparaît dans des médias variés et sur des supports pluriels, comme les jeux vidéo (Tomira dans The Witcher 3 : Wild Hunt ou l’apothicaire de Potion Craft), les bandes dessinées (la jeune héroïne de Mauve Bergamote de Flora Grimaldi et Cécile), les séries (Cassie dans Soupçon de magie), les mangas (Mao Mao dans Les Carnets de l’apothicaire d’Itsuki Nanao)… Cette prédominance des femmes dans les quelques exemples choisis nous pousse à nous interroger : la botanique serait-elle dévolue au genre féminin ? Et si oui, pourquoi ? Cette forte présence féminine traduit-elle une réalité en fiction ? Force est également de constater que la fantasy et le merveilleux au sens large semblent spécifiquement recueillir les figures d’herboristes. Dans ce genre, la botanique n’est toutefois presque jamais dénuée de magie et la littérature exploite volontiers les liens existants dans nos imaginaires entre les figures d’herboristes et de magiciennes. Ces dernières, après tout, sont régulièrement représentées comme des préparatrices de potions mélangeant poudres, phanères animaux… et plantes.
            Parle-t-on cependant d’herboristes, de botanistes, d’apothicaires, de guérisseuses ? Il est ardu de se retrouver dans l’imbroglio de ces substantifs qui s’entremêlent et dont le sens évolue bien souvent au cours des siècles. Par commodité, nous emploierons le terme d’herboriste pour désigner, conformément au sens que lui donne le complément du dictionnaire Godefroy, « celui qui connaît les vertus médicinales des arbres, plantes, etc. »[1] et, ajoutons-nous, qui les utilise, en les cueillant, les vendant, les transformant… Connaissance et utilisation, notamment dans un but thérapeutique, formeront les mots-clefs de notre définition, qui nous permettra de ne pas nous restreindre à l’individu exerçant le commerce des plantes, en particulier dans une officine.
            Après avoir donné quelques repères historiques mais surtout littéraires de ces figures, nous chercherons à dégager les caractéristiques de ces personnages et de leurs pratiques botaniques. Afin de proposer de premières pistes de réflexion, qui demandent à être approfondies, nous nous fonderons pêle-mêle sur quelques romans de fantasy jeunesse, notamment Biotanistes (Anne-Sophie Devriese, 2021), Les Héritiers de Brisaine (David Bry, 2021), L’Arpenteuse de rêves (Estelle Faye, 2021), L’Herboriste de Hoteforais (Nathalie Somers, 2020), Steam Sailors (E. S. Green, 2020-2021), L’Épouvanteur (Joseph Delaney, 2004-2022) ou encore Harry Potter (1997-2007).

Continuer la lecture de Des femmes, des plantes et de la magie. Les herboristes en fantasy jeunesse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search