L’Ouest Hurlant et la fantasy jeunesse

Avant de partir pour L’Ouest Hurlant, le festival des cultures de l’imaginaire de Rennes (4-5 mai 2024), je rédige ce billet à toute allure afin de donner quelques indications sur la présence de la fantasy jeunesse (enfant/ado/YA) au sein du festival.

 

Tout d’abord, le prix jeunesse 2024. Cette année, il a été décerné à Ariane Guézouli pour son premier roman, La Tourneuse de vent, publié chez Rageot en août 2023.

J’avais lu et recommandé ce livre à l’occasion de mes recommandations quotidiennes de fantasy jeunesse française du mois d’octobre dernier. Je remets ici ma présentation du livre :

Empêtrée dans une affaire de maléfice, Sophie tente vaille que vaille de secourir sa sœur métamorphosée en poule. Pour cela, elle part en quête de solutions et intègre une compétition pour devenir l’apprentie du Sorcier des Lumières. Un roman astucieux, au ton léger et au rythme rapide, avec de nombreuses péripéties où se perçoit vivement l’influence des contes. Des personnages colorés et une couverture à la Blackwater, que demander de plus ?

© Illustration de couverture : Antonin Faure.

 

Qu’en est-il de la fantasy jeunesse au sein de la programmation ?

Il en sera question dans différentes masterclass, conférences et tables-rondes, dont, a priori, celles-ci :

Samedi 4 mai :
Dimanche 5 mai :

Quelques animations autour de la fantasy jeunesse ont également lieu, comme les chasses au trésor d’Elfie, les jeux de rôle grandeur nature sur Le Jardin des fées, ou la projection de courts-métrages jeunesse.

Pour découvrir le reste du programme et pour avoir davantage d’informations pratiques (salles, éventuelles inscriptions, etc.) : consultez le site de L’Ouest Hurlant, rubrique « Programme ».


En ce qui concerne les invité·es, de nombreux·ses auteur·es de fantasy jeunesse – ou plus largement, d’imaginaire pour la jeunesse – seront présent·es, comme Audrey Alwett, Ariel Holzl, Isabelle Bauthian, Jolan C. Bertrand, Laëtitia Danae, Estelle Faye, Ariane Guézouli, Hermine Lefebvre, Betty Piccioli, Rutile, Tiphs, Siècle Vaëlban, Aurélie Wellenstein… Ils et elles sont également nombreux·ses sur le stand maisons d’édition du village d’exposant·es.


De mon côté, j’interviendrai lors de la table-ronde sur le Young Adult (samedi – 14h) et, bien sûr, sur celle consacrée à Pierre Bottero (dimanche – 11h30). J’assure également la modération de la masterclass d’Audrey Alwett sur la création d’univers (samedi – 17h, sur inscription) et serai présente en dédicace avec Sur les traces d’Ewilan (dir. Tom Lévêque) et Amazones et femmes sauvages de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain (co-dir. avec Elise d’Inca) tout au long du festival, entre mes activités, jusqu’au dimanche 13h30.

 

Illustration en tête d’article : © Bannière de Solenn Deléon.

Ruines, dévoration végétale et cité magique : la ville comme miroir de l’enfant dans Le chant du troll

Cet article s’inscrit dans le 23e numéro de la revue Strenæ sur le thème
« La ville et l’enfant : images, récits, espaces » (dir. Christophe Meunier)

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Le chant du troll par Pierre Bottero
© Rageot 2010. Illustration de couverture et illustrations intérieures : Gilles Francescano.

Résumé :

Roman illustré destiné à la jeunesse, Le chant du troll, de Pierre Bottero et Gilles Francescano, met en lumière le voyage d’une fillette, Léna, qui abandonne progressivement le monde des vivants pour gagner un ailleurs. En raison d’un mystérieux « basculement », l’enfant voit la ville dans laquelle elle a vécu être sauvagement envahie par la nature. Cette dévoration végétale, qui contribue à créer des fissures dans les espaces, est signifiante : elle rend compte des déchirements des personnages et, en premier lieu, de celui de Léna. Si sa ville se fracture peu à peu, la petite fille trouve toutefois une voie de salut dans une cité magique. Ce sont ces différents espaces – urbains, naturels et merveilleux – que nous nous proposons d’étudier au prisme d’une analyse symbolique, révélatrice du jeu de miroir instauré dans l’œuvre.

 

 

Le Mémorial de Babel dans La Passe-miroir : représentations et fonctions d’une bibliothèque merveilleuse

Cet article s’inscrit dans le 28e numéro de La revue de la BNU, sur le thème
« Bibliothèques et imaginaire ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

 

Dans La Passe-miroir, un cycle ultracontemporain de fantasy, une jeune femme dotée de pouvoirs surnaturels, Ophélie, se lance dans une quête identitaire et cherche à résoudre les mystères qui entourent son monde. Ce dernier est constitué d’arches – sortes d’îlots suspendus dans les airs – sur lesquelles règnent des figures tutélaires quasi divines. En arpentant différentes arches, l’héroïne permet au lectorat de découvrir une kyrielle de lieux merveilleux : villages pittoresques où l’inanimé prend vie, univers de cour constitué d’illusions, cité cosmopolite à l’architecture extraordinaire…
           Parmi ces espaces merveilleux se trouve un édifice singulier, qui constitue le cœur du monde de La Passe-miroir : le Mémorial de Babel. Ouvrant ses portes à Ophélie à partir du troisième tome, le Mémorial est une prodigieuse bibliothèque prenant la forme d’une tour s’élevant dans les nuages et surplombant la cité. Si elle est un lieu de savoir semblant idéal à première vue, la bibliothèque devient rapidement un lieu de mystères et un espace délétère où se produisent d’étranges accidents. Comprendre l’histoire de l’édifice, le plus vieux bâtiment de Babel, permet à Ophélie de comprendre son monde présent et de dénouer les fils de l’intrigue.
           Lieu des commencements et des fins, comment la bibliothèque s’érige-t-elle en pôle dans La Passe-miroir ? Après avoir étudié l’architecture imaginaire du Mémorial, nous examinerons les fonctions de cet espace marginal et sa dimension dystopique avant de nous intéresser à sa symbolique.

 

 

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Grand format littérature »).
© Gallimard Jeunesse. Illustration de Laurent Gapaillard

Ewilan souffle 20 bougies !

Que faisiez-vous en 2003 ? Peut-être fêtiez-vous le 450e anniversaire de la mort de de François Rabelais ou manifestiez-vous (déjà) contre la réforme des retraites. Peut-être découvriez-vous le nouvel album de Kyo, « Le chemin », ou vous ruiez-vous dans les salles de cinéma à la rencontre, au choix, du Monde de Nemo ou du dernier volet du Seigneur des Anneaux… Mais peut-être avez-vous aussi fait partie de ces lecteurs et lectrices qui découvraient le tout premier tome de La Quête d’Ewilan de Pierre Bottero, publié il y a désormais 20 ans.

À l’occasion de l’anniversaire de cette œuvre qui a marqué des milliers d’adolescent·es (mais pas que !) – Tom Lévêque rappelle que Pierre Bottero est le « premier auteur français de fantasy à avoir dépassé le million d’exemplaires vendus[1] » –, les éditions Rageot rééditent la trilogie : les trois romans qui la composent font chacun l’objet d’une édition collector avec des dorures et une nouvelle édition intégrale voit le jour (la précédente étant épuisée depuis longtemps) avec une couverture inédite et un jaspage de l’illustratrice Krystel. Rien de très nouveau ? Pas tout à fait, puisqu’un guide sur Pierre Bottero et sur son œuvre paraît pour célébrer cet anniversaire et rendre hommage à l’auteur.

Continuer la lecture de Ewilan souffle 20 bougies !

(Dé)constructions : ingénieures, mécaniciennes et inventrices en littératures de jeunesse

Concevoir, fabriquer, réparer : telles sont les activités de certains personnages présents dans les littératures de jeunesse. Traditionnellement, ces travaux à la fois théoriques et manuels sont associés au genre masculin[1] et l’on voit fleurir de nombreux personnages qui s’y livrent dans la fiction, à l’image de David Kostyk dans Grisha de Leigh Bardugo, du père de Tobie Loness dans le roman éponyme de Timothée de Fombelle, de Sid, le terrible voisin d’Andy dans Toy Story, de Bob le Bricoleur ou Jimmy Neutron. Ces figures se conjuguent volontiers avec d’autres, comme celle du magicien pour David Kostyk ou du savant fou pour Sid (l’expression « savante folle » est d’ailleurs bien plus rare, comme le personnage qu’elle désigne).
            Quelques figures féminines émergent toutefois dans les littératures jeunesse dont certains romans proposent des ingénieures, des mécaniciennes et des inventrices de talent. Si les termes de cette triple dénomination ne renvoient pas aux mêmes réalités, notons qu’ils dialoguent souvent entre eux dans les fictions que nous avons étudiées. Ainsi, certaines inventrices fabriquent elles-mêmes les objets qu’elles ont imaginés, des mécaniciennes réparent des machines tout en en inventant d’autres, tandis que le métier d’ingénieure se dessine devant plusieurs personnages.
            Après avoir esquissé un portrait de ces protagonistes, souvent brillantes, nous interrogerons leur capacité à subvertir les normes genrées. Par les rôles qu’elles occupent, ces figures féminines parviennent-elles finalement à déjouer les stéréotypes, à faire fi des injonctions sociales ? Notons d’ailleurs que certaines d’entre elles vont à l’encontre des règles établies dans leurs sociétés respectives et souhaitent, parfois, renverser le système en place. La question de l’égalité et des droits des femmes sous-tend d’ailleurs la plupart des romans, de façon explicite ou voilée. Les personnages d’ingénieures, de mécaniciennes et d’inventrices semblent particulièrement bien se prêter à l’incarnation de figures contestataires, elles qui transgressent déjà les normes par leurs fonctions.
            Dans le but de mettre en lumière des figures féminines marginales, qui s’extirpent des représentations traditionnelles, voire sexistes, nous examinerons sept romans contemporains, parus entre 1999 et 2022 qui appartiennent majoritairement au genre de la fantasy : Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire (Lemony Snicket), La Passe-miroir (Christelle Dabos), Les Mystères de Larispem (Lucie Pierrat-Pajot), Engrenages et Sortilèges (Adrien Tomas), Aberrations (Joseph Delaney), La Ville sans vent (Éléonore Devillepoix) et Le Club du Calmar Géant (Alex Bell).

Continuer la lecture de (Dé)constructions : ingénieures, mécaniciennes et inventrices en littératures de jeunesse

Les romans de fantasy jeunesse de 2023

Ce répertoire indique les romans de fantasy jeunesse parus en maisons d’édition françaises. Il sera mis à jour au fil de l’année et des publications. Il comprend exclusivement des parutions originales (premières éditions ou premières traductions, non les rééditions).

404 Éditions :

ActuSF :

Continuer la lecture de Les romans de fantasy jeunesse de 2023
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search