Au royaume de Morphée : les espaces concentriques du rêve dans Le Monde de Lléna et L’Arpenteuse de rêves

Forêt ancestrale ou forêt aux arbres couchés, îles bordées de fleurs ou de glace, tours protégées par des barrières de ronces ou de givre, ville arachnéenne toute de racines et de lianes… Tels sont quelques-uns des décors rêvés par les dormeuses du Monde de Lléna (2020) et de L’Arpenteuse de rêves (2021) qui illustrent prodigieusement le fait que : « Tout est possible dans les rêves »[1].
            Dans ces deux romans de fantasy jeunesse, écrits par Fabien Clavel pour le premier et par Estelle Faye pour le second, les héroïnes possèdent des pouvoirs liés à l’onirisme. Myri, le personnage principal de L’Arpenteuse, est capable de se rendre dans les songes des humains et de parcourir les lieux qu’ils imaginent. Un espace onirique est toutefois récurrent dans ce roman et accueille Myri à plusieurs reprises : la forêt des reines. Dans Le Monde de Lléna, c’est l’intégralité du monde secondaire présenté qui se révèle être un songe. L’un des personnages le formule ainsi : « la déesse Lléna a créé le monde dans lequel nous vivons. Ou plus exactement, elle le rêve »[2]. C’est dans cet espace rêvé qu’évolue un groupe de protagonistes héritant de la traditionnelle quête de fantasy consistant à sauver le monde. Et pour ce faire, les personnages, tout comme Myri, n’auront de cesse de traverser des frontières. Ces limites spatiales peuvent être celles du rêve, mais les frontières sont aussi très concrètes : barrières aquatiques ou sylvestres. Ajoutons que dans les deux romans les personnages gagnent également une tour fabuleuse au cœur de laquelle attend une figure divine.
            La forte présence de ces espaces du songe – dans lesquels se déroule une grande partie des aventures des héros et des héroïnes –, comme leur configuration, nous a interrogée. En effet, nous avons non seulement relevé le caractère itératif de quelques décors, mais aussi une disposition assez similaire. Certains lieux traduisent-ils mieux que d’autres l’onirisme ? Le royaume de Morphée a-t-il ses propres lois et sa propre géographie ? Mais aurait-il, également, son propre climat ? Dans une perspective géocritique[3], nous avons tenté d’apporter réponse à ces questions en nous fondant notamment sur la symbolique et sur les ressources de la critique de l’imaginaire[4].

Continuer la lecture de Au royaume de Morphée : les espaces concentriques du rêve dans Le Monde de Lléna et L’Arpenteuse de rêves

Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse

Résumé :

Les Chroniques du bout du monde, La Passe-miroir, La Cité du ciel et Steam Sailors sont des cycles de fantasy jeunesse ultra contemporains. Si ces romans se déroulent tous dans des mondes imaginaires différents, ils ont pourtant une caractéristique commune : leur intrigue se joue, en totalité ou en partie, dans des villes flottant dans les airs. Ces cités présentent des façons d’habiter particulières : certaines villes sont amarrées à une planète, tandis que d’autres sont construites tout à la verticale. Entre espaces surplombants et espaces surplombés, l’habiter change radicalement puisqu’un rapport de domination est instauré. Sortes de planètes Terre miniatures, ces (v)i(l)les flottantes, espaces hétérotopiques par excellence, semblent idéales et eutopiques à première vue. Mais, elles sont surtout décrépites, dangereuses et autoritaires. Pour Spic, Ophélie et Sera, découvrir la ville et y habiter, c’est aussi grandir et perdre de sa candeur car le milieu influence les personnages. En ce qu’ils habitent la ville, ceux-ci se projettent et se fondent en elle de sorte qu’il est difficile de savoir si les protagonistes sont déterminés par leur milieu ou s’ils le déterminent. Sanctaphrax, Infraville, la Citacielle, Babel, Port‑Regal, la Cité du ciel ou Kaolin : tels sont les noms de ces espaces urbains aériens investis et recréés par les auteurs contemporains pour la jeunesse que nous nous proposons d’étudier dans une triple perspective géocritique, écocritique et mésocritique.

Cet article est paru en 2022 dans l’ouvrage collectif Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine. Utopies, dystopies, hétérotopies dirigé par Maude Deschênes-Pradet et Christophe Duret.

 

Image par ImaArtist de Pixabay

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search