Ruines, dévoration végétale et cité magique : la ville comme miroir de l’enfant dans Le chant du troll

Cet article s’inscrit dans le 23e numéro de la revue Strenæ sur le thème
« La ville et l’enfant : images, récits, espaces » (dir. Christophe Meunier)

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Le chant du troll par Pierre Bottero
© Rageot 2010. Illustration de couverture et illustrations intérieures : Gilles Francescano.

Résumé :

Roman illustré destiné à la jeunesse, Le chant du troll, de Pierre Bottero et Gilles Francescano, met en lumière le voyage d’une fillette, Léna, qui abandonne progressivement le monde des vivants pour gagner un ailleurs. En raison d’un mystérieux « basculement », l’enfant voit la ville dans laquelle elle a vécu être sauvagement envahie par la nature. Cette dévoration végétale, qui contribue à créer des fissures dans les espaces, est signifiante : elle rend compte des déchirements des personnages et, en premier lieu, de celui de Léna. Si sa ville se fracture peu à peu, la petite fille trouve toutefois une voie de salut dans une cité magique. Ce sont ces différents espaces – urbains, naturels et merveilleux – que nous nous proposons d’étudier au prisme d’une analyse symbolique, révélatrice du jeu de miroir instauré dans l’œuvre.

 

 

(Dé)constructions : ingénieures, mécaniciennes et inventrices en littératures de jeunesse

Concevoir, fabriquer, réparer : telles sont les activités de certains personnages présents dans les littératures de jeunesse. Traditionnellement, ces travaux à la fois théoriques et manuels sont associés au genre masculin[1] et l’on voit fleurir de nombreux personnages qui s’y livrent dans la fiction, à l’image de David Kostyk dans Grisha de Leigh Bardugo, du père de Tobie Loness dans le roman éponyme de Timothée de Fombelle, de Sid, le terrible voisin d’Andy dans Toy Story, de Bob le Bricoleur ou Jimmy Neutron. Ces figures se conjuguent volontiers avec d’autres, comme celle du magicien pour David Kostyk ou du savant fou pour Sid (l’expression « savante folle » est d’ailleurs bien plus rare, comme le personnage qu’elle désigne).
            Quelques figures féminines émergent toutefois dans les littératures jeunesse dont certains romans proposent des ingénieures, des mécaniciennes et des inventrices de talent. Si les termes de cette triple dénomination ne renvoient pas aux mêmes réalités, notons qu’ils dialoguent souvent entre eux dans les fictions que nous avons étudiées. Ainsi, certaines inventrices fabriquent elles-mêmes les objets qu’elles ont imaginés, des mécaniciennes réparent des machines tout en en inventant d’autres, tandis que le métier d’ingénieure se dessine devant plusieurs personnages.
            Après avoir esquissé un portrait de ces protagonistes, souvent brillantes, nous interrogerons leur capacité à subvertir les normes genrées. Par les rôles qu’elles occupent, ces figures féminines parviennent-elles finalement à déjouer les stéréotypes, à faire fi des injonctions sociales ? Notons d’ailleurs que certaines d’entre elles vont à l’encontre des règles établies dans leurs sociétés respectives et souhaitent, parfois, renverser le système en place. La question de l’égalité et des droits des femmes sous-tend d’ailleurs la plupart des romans, de façon explicite ou voilée. Les personnages d’ingénieures, de mécaniciennes et d’inventrices semblent particulièrement bien se prêter à l’incarnation de figures contestataires, elles qui transgressent déjà les normes par leurs fonctions.
            Dans le but de mettre en lumière des figures féminines marginales, qui s’extirpent des représentations traditionnelles, voire sexistes, nous examinerons sept romans contemporains, parus entre 1999 et 2022 qui appartiennent majoritairement au genre de la fantasy : Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire (Lemony Snicket), La Passe-miroir (Christelle Dabos), Les Mystères de Larispem (Lucie Pierrat-Pajot), Engrenages et Sortilèges (Adrien Tomas), Aberrations (Joseph Delaney), La Ville sans vent (Éléonore Devillepoix) et Le Club du Calmar Géant (Alex Bell).

Continuer la lecture de (Dé)constructions : ingénieures, mécaniciennes et inventrices en littératures de jeunesse

Compte-rendu : Hermione Granger. Lectrice de Harry Potter

Tanguy Habrand

(Les Impressions Nouvelles, 2022)

© Les Impressions Nouvelles. Illustration de couverture : Jack Durieux.

 

 

Continuer la lecture de Compte-rendu : Hermione Granger. Lectrice de Harry Potter

Soutenance de thèse «Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses»

Le samedi 19 novembre, j’ai soutenu ma thèse de Doctorat en Langue et Littérature françaises, réalisée à l’Université Clermont Auvergne sous la direction de Mesdames Françoise Laurent et Nelly Chabrol Gagne.

 

Résumé : Le « livre-monde » de Pierre Bottero, vaste cycle de fantasy jeunesse constitué des œuvres se rapportant à l’univers de Gwendalavir (La Quête et Les Mondes d’Ewilan, Le Pacte des Marchombres, L’Autre, Les Âmes croisées, Le Chant du troll et Isayama), connaît un succès retentissant depuis le début de sa parution en France en 2003. Les figures féminines jalonnent ce cycle et viennent bouleverser la traditionnelle hégémonie masculine des œuvres phares du genre (qu’il s’agisse du Seigneur des Anneaux ou de Harry Potter). Dans les romans de l’écrivain français, les femmes sont presque toujours les héroïnes, mais aussi souvent des personnages secondaires ou, parfois, d’arrière-plan, et offrent aux (jeunes) lecteurs et lectrices une myriade de modèles auxquels s’identifier. Ces protagonistes se nomment Ewilan, Ellana, Alantha, Eejil, Shaé ou Éléa, sont d’origines et d’âges variés, et sont volontiers extraordinaires : magiciennes hors pair et guerrières émérites. Ces rôles familiers de la fantasy puisent leurs sources dans les textes de l’Antiquité et du Moyen-Âge dont héritent les romans de l’auteur. Ewilan et ses sœurs littéraires convoquent avec elles tout un imaginaire mythique et merveilleux : tour à tour fées, sorcières ou chasseresses, elles sont des femmes puissantes, Mélusine, Viviane, Médée et Amazones contemporaines. Notre étude vise à questionner ce legs et sa reconfiguration dans le cycle de l’écrivain. Le fort ancrage féminin dont témoignent les œuvres permet également d’interroger le discours véhiculé sur et par les femmes – comme ses limites – ainsi que leurs représentations tant textuelles que visuelles. La fantasy, en tant que genre potentiellement créateur d’une infinité de mondes et de possibles, est marquée du sceau de la liberté. Dans les sociétés imaginées par Pierre Bottero, les femmes semblent avoir la part belle de sorte que le cycle de Gwendalavir paraît marquer, sinon une éclosion, du moins un développement manifeste des figures féminines dans la fantasy jeunesse française.

Mots-clefs : Pierre Bottero (1964-2009) ; Fantasy ; Littératures de jeunesse ; Littératures de l’imaginaire ; Magiciennes ; Guerrières ; Fées médiévales ; Héroïnes ; Médiévalisme ; Gender Studies ; Représentations

Faut-il être extraordinaire pour être une héroïne de fantasy ? Du droit d’être quelconque

Est-il possible d’être un – voire, le – personnage féminin central d’une œuvre de fantasy sans être pétrie de pouvoirs en tous genres ? C’est en travaillant sur les héroïnes des romans de Pierre Bottero, au cours de ma thèse, que cette interrogation a commencé à se dessiner. En effet, toutes sont extraordinaires et souvent surnaturelles[1]. Rien de véritablement étonnant puisque l’auteur suit les codes du genre dans lequel il s’inscrit : la fantasy. Cela signifie-t-il, dès lors, que l’héroïsme de fantasy est nécessairement dépendant du caractère extraordinaire des personnages ?
      Nous proposerons quelques pistes d’analyse en fondant notre réflexion sur les figures féminines des œuvres. Pourquoi ? Les héros répondent eux aussi à des codes et ne sont pas exempts de ce qui se présente comme une injonction à l’extraordinaire, convenons-en[2]. En ce qu’ils sont bien plus nombreux, gageons toutefois qu’ils disposent d’une gamme d’héroïsme plus étendue, mais, surtout, le besoin des héros de faire leurs preuves nous semble moindre que celui des héroïnes qui paraissent devoir sans cesse prouver leur valeur. Avoir la première place, celle qui est traditionnellement attribuée à un personnage masculin[3] ? Certes, c’est possible, mais encore faut-il la mériter et avoir l’étoffe du héros, comme semblent l’indiquer nombre de romans proposant des héroïnes aux caractéristiques « viriles »[4]. D’un genre à l’autre, ces enjeux varient et il conviendrait que le sujet soit traité par un·e spécialiste des représentations masculines, raison pour laquelle nous nous concentrerons ici sur les héroïnes (au sens de personnages de premiers plans et/ou à l’origine de hauts faits).
      Ainsi, nous chercherons à dresser un bref panorama des protagonistes féminines en lien avec le genre de la fantasy avant de nous intéresser plus avant à la question des représentations et des modèles, en particulier lorsqu’ils sont offerts à la jeunesse. Pour finir, nous présenterons quelques romans dont les héroïnes sont, précisément, ordinaires ; une tendance qui paraît s’esquisser dans le monde du livre.

Continuer la lecture de Faut-il être extraordinaire pour être une héroïne de fantasy ? Du droit d’être quelconque

Rêveuses et personnages oniriques dans Le Monde de Lléna et L’Arpenteuse de rêves

À l’image de Max abandonnant sa chambre d’enfant pour le pays des Maximonstres dans l’album de Maurice Sendak (1963), nombreux sont les personnages des littératures de jeunesse à gagner le monde des rêves[1]. Comme l’indique Christiane Connan-Pintado :

Voyage et rêve nourrissent la littérature depuis Homère et les deux thématiques se trouvent régulièrement intriquées […]. Ce tressage connaît une fortune remarquable dans les livres pour la jeunesse depuis que Lewis Carroll a entraîné Alice « au pays des merveilles » et « de l’autre côté du miroir ».[2]

            Comme Alice, les jeunes protagonistes se réveillent régulièrement au terme de leurs aventures et le lectorat comprend dès lors qu’elles n’étaient que le fruit de l’imagination des héros et héroïnes. La fantasy jeunesse, qui repose bien souvent sur la magie et qui est friande de mondes secondaires, exploite volontiers le thème du rêve. Et l’on comprend aisément pourquoi : d’une part, ces mondes où tout semble possible (grâce à la magie, notamment) sont similaires aux mondes oniriques qui regorgent de ce même potentiel ; d’autre part, le thème du voyage, remarqué ci-avant par Christiane Connan-Pintado, se prête particulièrement bien au genre de la fantasy dont la structure canonique est celle de la quête, induisant précisément un voyage. Au terme de leur parcours, nul besoin de réveiller les personnages de fantasy : leurs aventures sont admissibles, elles peuvent avoir « véritablement » eu lieu en raison même du genre des œuvres.
            Ainsi, dans L’Arpenteuse de rêves (2021) d’Estelle Faye, l’héroïne, Myri, possède le pouvoir de se rendre dans les rêves des uns et des autres. Si le corps de la jeune femme demeure à Claren, la ville dans laquelle se déroule le récit, Myri gagne mentalement une pluralité de mondes puisqu’à chaque dormeur, à chaque rêve, correspond un univers. Dans ces mondes oniriques, elle incarne alors une sorte de double d’elle-même, d’autre elle, et est capable non seulement de se mouvoir et d’agir à sa guise, mais également de ramener dans la réalité des objets rêvés.
            Le Monde de Lléna (2020) de Fabien Clavel met quant à lui en scène l’acte d’écriture et développe deux récits, qui finissent par se rejoindre (sur le modèle de L’Histoire sans fin[3]) : celui d’un auteur qui « entreprend l’écriture d’un roman de fantasy en s’inspirant de sa fille, Léna »[4] et celui dudit roman de fantasy dans lequel un groupe de protagonistes vient en aide à une déesse (Lléna, avec deux « l ») pour sauver leur monde. Au rythme des chapitres alternent alors un monde primaire, celui de l’écrivain, et un monde secondaire dans lequel les rêves ont une place prépondérante.
            Alors que le sommeil se caractérise par une cessation de l’activité, par un état de repos et d’immobilité, les rêveuses, paradoxalement, agissent, font, créent, voire combattent durant cette phase. Ce sont ces figures étonnantes, qui semblent par ailleurs mélanger les modèles des magiciennes et des guerrières, que nous avons souhaité mettre en lumière dans cette étude de deux romans français de fantasy jeunesse. De façon plus large, notre réflexion proposera un panorama des protagonistes, généralement féminines, liées au monde du rêve : non seulement celles qui le parcourent et le manipulent, mais aussi celles qui le régissent, qui le représentent ou qui y vivent. Ouvrons désormais les portes de corne et d’ivoire[5] pour pénétrer, aux côtés des dormeuses, dans le royaume des songes.

Continuer la lecture de Rêveuses et personnages oniriques dans Le Monde de Lléna et L’Arpenteuse de rêves

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search