Ruines, dévoration végétale et cité magique : la ville comme miroir de l’enfant dans Le chant du troll

Cet article s’inscrit dans le 23e numéro de la revue Strenæ sur le thème
« La ville et l’enfant : images, récits, espaces » (dir. Christophe Meunier)

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Le chant du troll par Pierre Bottero
© Rageot 2010. Illustration de couverture et illustrations intérieures : Gilles Francescano.

Résumé :

Roman illustré destiné à la jeunesse, Le chant du troll, de Pierre Bottero et Gilles Francescano, met en lumière le voyage d’une fillette, Léna, qui abandonne progressivement le monde des vivants pour gagner un ailleurs. En raison d’un mystérieux « basculement », l’enfant voit la ville dans laquelle elle a vécu être sauvagement envahie par la nature. Cette dévoration végétale, qui contribue à créer des fissures dans les espaces, est signifiante : elle rend compte des déchirements des personnages et, en premier lieu, de celui de Léna. Si sa ville se fracture peu à peu, la petite fille trouve toutefois une voie de salut dans une cité magique. Ce sont ces différents espaces – urbains, naturels et merveilleux – que nous nous proposons d’étudier au prisme d’une analyse symbolique, révélatrice du jeu de miroir instauré dans l’œuvre.

 

 

Le septième fils de septième fils : une figure mythique de la fantasy ?

           « Le chiffre sept n’est-il pas celui qui possède la plus grande puissance magique[1] » demande Tom Jedusor au professeur Slughorn dans Harry Potter, avant de devenir le terrible mage noir dont on n’osera prononcer le nom. Force est de constater que le jeune Voldemort a sans doute raison…
           Si le nombre 13 fait l’objet de nombreuses superstitions et serait censé porter malheur ou bonheur selon les croyances, le chiffre 7 n’a cependant rien à lui envier en termes de puissance symbolique. Que l’on songe un instant aux jours de la semaine, aux merveilles du monde ou aux péchés capitaux qu’il ordonne. Dans la Bible, il apparaît de façon récurrente et, en particulier, dans les septénaires de l’Apocalypse[2]. Nous le retrouvons aussi régulièrement dans les contes : les fées marraines de La Belle au bois dormant sont au nombre de sept, de même que les nains bien connus de Blanche-Neige, la fratrie du Petit Poucet, les chevreaux menacés par le loup ou les frères métamorphosés en corbeaux chez les Grimm ; les exemples pouvant être multipliés à loisir.
           Ce n’est pas tant le chiffre sept qu’une de ses formes d’expression spécifiques qui nous intéressera dans cet article, à travers le thème du septième fils de septième fils, c’est-à-dire du septième enfant masculin d’un père étant lui-même dans ce cas de figure au sein de sa fratrie.
           Joseph Delaney, auteur du cycle à succès L’Épouvanteur, a largement contribué à populariser cette figure mythique, en faisant de cette étrange configuration familiale la condition sine qua non pour devenir un épouvanteur, un combattant des forces obscures. C’est d’ailleurs sous le titre Le Septième Fils (Seventh Son) qu’est adaptée sa saga en film en 2014. Toutefois, le personnage du septième fils de septième fils n’est pas une création propre à Joseph Delaney, loin de là. Il apparaît en particulier dans la fantasy de la fin du XXe siècle et du tournant des années 2000, de façon plus ou moins discrète et plus ou moins reconfigurée, chez Orson Scott Card, Terry Pratchett, Anthony Horowitz, Gregory Maguire… Dans ces œuvres de fiction, le septième fils est doté de pouvoirs prodigieux, presque toujours liés à la guérison et à la perception, conformément aux croyances qui lui sont relatives dans notre monde, bien réel. En convoquant une dizaine de romans de fantasy et en tentant de remonter aux origines du mythe, nous nous proposons d’esquisser les contours de cette figure extraordinaire.

Continuer la lecture de Le septième fils de septième fils : une figure mythique de la fantasy ?

Le Mémorial de Babel dans La Passe-miroir : représentations et fonctions d’une bibliothèque merveilleuse

Cet article s’inscrit dans le 28e numéro de La revue de la BNU, sur le thème
« Bibliothèques et imaginaire ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

 

Dans La Passe-miroir, un cycle ultracontemporain de fantasy, une jeune femme dotée de pouvoirs surnaturels, Ophélie, se lance dans une quête identitaire et cherche à résoudre les mystères qui entourent son monde. Ce dernier est constitué d’arches – sortes d’îlots suspendus dans les airs – sur lesquelles règnent des figures tutélaires quasi divines. En arpentant différentes arches, l’héroïne permet au lectorat de découvrir une kyrielle de lieux merveilleux : villages pittoresques où l’inanimé prend vie, univers de cour constitué d’illusions, cité cosmopolite à l’architecture extraordinaire…
           Parmi ces espaces merveilleux se trouve un édifice singulier, qui constitue le cœur du monde de La Passe-miroir : le Mémorial de Babel. Ouvrant ses portes à Ophélie à partir du troisième tome, le Mémorial est une prodigieuse bibliothèque prenant la forme d’une tour s’élevant dans les nuages et surplombant la cité. Si elle est un lieu de savoir semblant idéal à première vue, la bibliothèque devient rapidement un lieu de mystères et un espace délétère où se produisent d’étranges accidents. Comprendre l’histoire de l’édifice, le plus vieux bâtiment de Babel, permet à Ophélie de comprendre son monde présent et de dénouer les fils de l’intrigue.
           Lieu des commencements et des fins, comment la bibliothèque s’érige-t-elle en pôle dans La Passe-miroir ? Après avoir étudié l’architecture imaginaire du Mémorial, nous examinerons les fonctions de cet espace marginal et sa dimension dystopique avant de nous intéresser à sa symbolique.

 

 

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Grand format littérature »).
© Gallimard Jeunesse. Illustration de Laurent Gapaillard

Ewilan souffle 20 bougies !

Que faisiez-vous en 2003 ? Peut-être fêtiez-vous le 450e anniversaire de la mort de de François Rabelais ou manifestiez-vous (déjà) contre la réforme des retraites. Peut-être découvriez-vous le nouvel album de Kyo, « Le chemin », ou vous ruiez-vous dans les salles de cinéma à la rencontre, au choix, du Monde de Nemo ou du dernier volet du Seigneur des Anneaux… Mais peut-être avez-vous aussi fait partie de ces lecteurs et lectrices qui découvraient le tout premier tome de La Quête d’Ewilan de Pierre Bottero, publié il y a désormais 20 ans.

À l’occasion de l’anniversaire de cette œuvre qui a marqué des milliers d’adolescent·es (mais pas que !) – Tom Lévêque rappelle que Pierre Bottero est le « premier auteur français de fantasy à avoir dépassé le million d’exemplaires vendus[1] » –, les éditions Rageot rééditent la trilogie : les trois romans qui la composent font chacun l’objet d’une édition collector avec des dorures et une nouvelle édition intégrale voit le jour (la précédente étant épuisée depuis longtemps) avec une couverture inédite et un jaspage de l’illustratrice Krystel. Rien de très nouveau ? Pas tout à fait, puisqu’un guide sur Pierre Bottero et sur son œuvre paraît pour célébrer cet anniversaire et rendre hommage à l’auteur.

Continuer la lecture de Ewilan souffle 20 bougies !

C’est la rentrée ! On retourne à l’école… de magie ?

En cette période de rentrée, je vous propose de retourner à l’école. Pas dans n’importe laquelle toutefois : au cœur des établissements où l’on apprend la magie. Il s’agit d’un lieu fréquent de la fantasy, en particulier de la fantasy jeunesse puisque ce genre orienté prend souvent pour héros et héroïnes des adolescent·es précisément en âge de fréquenter une école. Si Poudlard, l’école de magie de Harry Potter, est sûrement la plus connue, ouvrons les portes de quelques autres :

Continuer la lecture de C’est la rentrée ! On retourne à l’école… de magie ?

« Qu’est-ce que vous êtes ? » : la sanctification d’Alina Starkov dans Shadow and Bone

Cet article s’inscrit dans le quatorzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Identités en mouvement », issu de la journée d’études « Construction et évolution de l’identité dans les séries TV de Fantasy ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

Dissimulées, imposées, acceptées ou rejetées, les identités des personnages de la série Shadow and Bone (2021- ) se dévoilent au fil des épisodes et interrogent tant les spectateurs et spectatrices que les protagonistes. « Qu’est-ce que vous êtes ? » est notamment l’une des questions récurrentes posées à l’héroïne, Alina Starkov. D’orpheline à figure d’élue, c’est un itinéraire typique de la fantasy qui s’accomplit dans Shadow and Bone. Toutefois, la jeune femme ne devient pas seulement l’élue, mais une véritable sainte porteuse des espoirs de l’humanité : Sankta Alina.
            Entre ce qu’elle est, ce qu’elle croit ou devrait être, et ce qu’elle devient, l’héroïne est aux prises avec de nombreux questionnements intérieurs. Si la notion d’identité est pour le moins intime, elle se traduit ici extérieurement, à l’écran, notamment par le biais de l’apparence d’Alina et des costumes qu’elle revêt. Les espaces qu’elle investit sont aussi révélateurs de l’initiation qu’elle vit et qui modifie en profondeur son identité. Au moyen d’une lecture symbolique, nous chercherons à comprendre comment les fluctuations identitaires d’Alina et son devenir de sainte se traduisent visuellement aux spectateurs et spectatrices.

 

Illustration de couverture : Véronique Thill.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search