Ruines, dévoration végétale et cité magique : la ville comme miroir de l’enfant dans Le chant du troll

Cet article s’inscrit dans le 23e numéro de la revue Strenæ sur le thème
« La ville et l’enfant : images, récits, espaces » (dir. Christophe Meunier)

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Le chant du troll par Pierre Bottero
© Rageot 2010. Illustration de couverture et illustrations intérieures : Gilles Francescano.

Résumé :

Roman illustré destiné à la jeunesse, Le chant du troll, de Pierre Bottero et Gilles Francescano, met en lumière le voyage d’une fillette, Léna, qui abandonne progressivement le monde des vivants pour gagner un ailleurs. En raison d’un mystérieux « basculement », l’enfant voit la ville dans laquelle elle a vécu être sauvagement envahie par la nature. Cette dévoration végétale, qui contribue à créer des fissures dans les espaces, est signifiante : elle rend compte des déchirements des personnages et, en premier lieu, de celui de Léna. Si sa ville se fracture peu à peu, la petite fille trouve toutefois une voie de salut dans une cité magique. Ce sont ces différents espaces – urbains, naturels et merveilleux – que nous nous proposons d’étudier au prisme d’une analyse symbolique, révélatrice du jeu de miroir instauré dans l’œuvre.

 

 

Le Mémorial de Babel dans La Passe-miroir : représentations et fonctions d’une bibliothèque merveilleuse

Cet article s’inscrit dans le 28e numéro de La revue de la BNU, sur le thème
« Bibliothèques et imaginaire ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

 

Dans La Passe-miroir, un cycle ultracontemporain de fantasy, une jeune femme dotée de pouvoirs surnaturels, Ophélie, se lance dans une quête identitaire et cherche à résoudre les mystères qui entourent son monde. Ce dernier est constitué d’arches – sortes d’îlots suspendus dans les airs – sur lesquelles règnent des figures tutélaires quasi divines. En arpentant différentes arches, l’héroïne permet au lectorat de découvrir une kyrielle de lieux merveilleux : villages pittoresques où l’inanimé prend vie, univers de cour constitué d’illusions, cité cosmopolite à l’architecture extraordinaire…
           Parmi ces espaces merveilleux se trouve un édifice singulier, qui constitue le cœur du monde de La Passe-miroir : le Mémorial de Babel. Ouvrant ses portes à Ophélie à partir du troisième tome, le Mémorial est une prodigieuse bibliothèque prenant la forme d’une tour s’élevant dans les nuages et surplombant la cité. Si elle est un lieu de savoir semblant idéal à première vue, la bibliothèque devient rapidement un lieu de mystères et un espace délétère où se produisent d’étranges accidents. Comprendre l’histoire de l’édifice, le plus vieux bâtiment de Babel, permet à Ophélie de comprendre son monde présent et de dénouer les fils de l’intrigue.
           Lieu des commencements et des fins, comment la bibliothèque s’érige-t-elle en pôle dans La Passe-miroir ? Après avoir étudié l’architecture imaginaire du Mémorial, nous examinerons les fonctions de cet espace marginal et sa dimension dystopique avant de nous intéresser à sa symbolique.

 

 

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Grand format littérature »).
© Gallimard Jeunesse. Illustration de Laurent Gapaillard

C’est la rentrée ! On retourne à l’école… de magie ?

En cette période de rentrée, je vous propose de retourner à l’école. Pas dans n’importe laquelle toutefois : au cœur des établissements où l’on apprend la magie. Il s’agit d’un lieu fréquent de la fantasy, en particulier de la fantasy jeunesse puisque ce genre orienté prend souvent pour héros et héroïnes des adolescent·es précisément en âge de fréquenter une école. Si Poudlard, l’école de magie de Harry Potter, est sûrement la plus connue, ouvrons les portes de quelques autres :

Continuer la lecture de C’est la rentrée ! On retourne à l’école… de magie ?

« Qu’est-ce que vous êtes ? » : la sanctification d’Alina Starkov dans Shadow and Bone

Cet article s’inscrit dans le quatorzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Identités en mouvement », issu de la journée d’études « Construction et évolution de l’identité dans les séries TV de Fantasy ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

Dissimulées, imposées, acceptées ou rejetées, les identités des personnages de la série Shadow and Bone (2021- ) se dévoilent au fil des épisodes et interrogent tant les spectateurs et spectatrices que les protagonistes. « Qu’est-ce que vous êtes ? » est notamment l’une des questions récurrentes posées à l’héroïne, Alina Starkov. D’orpheline à figure d’élue, c’est un itinéraire typique de la fantasy qui s’accomplit dans Shadow and Bone. Toutefois, la jeune femme ne devient pas seulement l’élue, mais une véritable sainte porteuse des espoirs de l’humanité : Sankta Alina.
            Entre ce qu’elle est, ce qu’elle croit ou devrait être, et ce qu’elle devient, l’héroïne est aux prises avec de nombreux questionnements intérieurs. Si la notion d’identité est pour le moins intime, elle se traduit ici extérieurement, à l’écran, notamment par le biais de l’apparence d’Alina et des costumes qu’elle revêt. Les espaces qu’elle investit sont aussi révélateurs de l’initiation qu’elle vit et qui modifie en profondeur son identité. Au moyen d’une lecture symbolique, nous chercherons à comprendre comment les fluctuations identitaires d’Alina et son devenir de sainte se traduisent visuellement aux spectateurs et spectatrices.

 

Illustration de couverture : Véronique Thill.

Appel à contributions : Seuils et lieux de passage

Pour son 15e numéro, la revue Fantasy Art and Studies lance un appel à articles sur le thème des seuils et des lieux de passage dans la fantasy.
N’hésitez pas à transmettre une proposition !

Un appel à textes et illustrations sur ce même thème est également disponible ici.

 

Traverser des mondes est récurrent pour les personnages de la Fantasy et, plus particulièrement, de la Low Fantasy (sous-genre fortement exploité par les littératures de jeunesse dans lequel les intrigues se déroulent en totalité ou en partie dans notre monde quotidien). Les œuvres de ce genre sont aussi nombreuses à faire voyager les héros d’un espace à un autre par le biais de portes, de tunnels, de fenêtres, de portails ou de moyens de transport spécifiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Seuils et lieux de passage

Se perdre pour se (re)trouver : géographie et géométrie de l’errance dans Le Pacte des Marchombres

« Le doute est une force. Une vraie et belle force. Veille simplement qu’elle te pousse toujours en avant. »[1]

           

Dès les premières pages de la trilogie, lorsque Ellana et ses parents cherchent un lieu où s’établir, jusqu’au terme du dernier roman qui voit la jeune femme partir au loin avec son fils et son cheval, Le Pacte des Marchombres de Pierre Bottero regorge d’images d’errance. De prime abord, ce motif semble difficilement s’accorder avec la fantasy, un genre où l’impératif de la quête fait loi, car qui dit quête, dit nécessairement but à atteindre. Quid de l’errance dans ce cas ?
            Notons que la notion d’errance n’est pas étymologiquement synonyme de vague déambulation dénuée d’objectif. « Errer » proviendrait, d’après Olivier Bertrand et Silvère Menegaldo, de deux verbes latins : iterare et errare. Si l’un « signifiait en latin “voyager” et a donné en français errer à partir du Xe s. », l’autre a le sens de « “faire fausse route” […] “se tromper” »[2]. L’évolution de ces deux termes aboutit à un unique verbe en français moderne qui garde la trace des deux sens mentionnés, du « sème du mouvement et de l’égarement »[3], d’où l’une des principales définitions modernes du terme : « [a]ller d’un côté et de l’autre sans but ni direction précise »[4].
            Dans Le Pacte, l’héroïne, Ellana n’erre que rarement « sans but ni direction précise ». Véritable figure de nomade, elle voyage de façon quasi perpétuelle, guidée par un objectif : retrouver des traces de ses parents, convoyer des sphères magiques, atteindre une montagne sacrée, etc. Si les points de chute de la jeune fille sont clairement définis, la route pour les atteindre s’avère souvent plus complexe à discerner. Avant de découvrir la cité des mercenaires, de gagner le Rentaï, de devenir marchombre[5], Ellana et les personnages qui l’accompagnent parfois peuvent se perdre en chemin, « faire fausse route », car le voyage est aussi l’occasion de s’égarer. Les périples d’Ellana sont largement décrits dans les trois tomes de la trilogie et confirment les propos de Jacques Baudou qui voit en la fantasy « une littérature de la pérégrination »[6].
            Toutefois, l’errance ne se traduit pas seulement par le voyage et le mouvement, elle est aussi plus discrète et intérieure. L’héroïne se perd volontiers dans les méandres de sa pensée et de ses souvenirs : que deviennent ses pères adoptifs ? Est-elle une vraie marchombre ? Est-il raisonnable de s’attacher aux individus ? Et l’errance est aussi celle du cœur car entre Nillem, l’apprenti marchombre, et Hurj, le guerrier thül, son cœur balance dans le deuxième tome. Ses errements psychologiques et amoureux s’apparentent alors à des moments de doute.
            Dans une perspective symbolique et en utilisant les ressources de la critique de l’imaginaire[7], nous chercherons à interroger les différentes errances de l’héroïne, leur esthétique, leur symbolique, mais aussi, et peut-être surtout, leur sens. Quels sont les environnements propices à l’errance et à la perdition ? Les égarements tant physiques que psychologiques ont-ils leurs propres lieux, leurs propres formes ? On erre « comme une âme en peine » nous dit l’expression en insistant sur la tristesse et le désœuvrement supposés être l’apanage des créatures fantomatiques. Toutefois, loin d’être négatives, effrayantes, stériles ou paralysantes, les errances d’Ellana sont au contraire valorisées et se présentent comme des épreuves ô combien nécessaires. C’est après avoir voyagé dans le désert qu’Ellana devient pleinement marchombre, après s’être perdue dans les roselières qu’elle se retrouve enfin.

Continuer la lecture de Se perdre pour se (re)trouver : géographie et géométrie de l’errance dans Le Pacte des Marchombres

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search