Le Mémorial de Babel dans La Passe-miroir : représentations et fonctions d’une bibliothèque merveilleuse

Cet article s’inscrit dans le 28e numéro de La revue de la BNU, sur le thème
« Bibliothèques et imaginaire ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

 

Dans La Passe-miroir, un cycle ultracontemporain de fantasy, une jeune femme dotée de pouvoirs surnaturels, Ophélie, se lance dans une quête identitaire et cherche à résoudre les mystères qui entourent son monde. Ce dernier est constitué d’arches – sortes d’îlots suspendus dans les airs – sur lesquelles règnent des figures tutélaires quasi divines. En arpentant différentes arches, l’héroïne permet au lectorat de découvrir une kyrielle de lieux merveilleux : villages pittoresques où l’inanimé prend vie, univers de cour constitué d’illusions, cité cosmopolite à l’architecture extraordinaire…
           Parmi ces espaces merveilleux se trouve un édifice singulier, qui constitue le cœur du monde de La Passe-miroir : le Mémorial de Babel. Ouvrant ses portes à Ophélie à partir du troisième tome, le Mémorial est une prodigieuse bibliothèque prenant la forme d’une tour s’élevant dans les nuages et surplombant la cité. Si elle est un lieu de savoir semblant idéal à première vue, la bibliothèque devient rapidement un lieu de mystères et un espace délétère où se produisent d’étranges accidents. Comprendre l’histoire de l’édifice, le plus vieux bâtiment de Babel, permet à Ophélie de comprendre son monde présent et de dénouer les fils de l’intrigue.
           Lieu des commencements et des fins, comment la bibliothèque s’érige-t-elle en pôle dans La Passe-miroir ? Après avoir étudié l’architecture imaginaire du Mémorial, nous examinerons les fonctions de cet espace marginal et sa dimension dystopique avant de nous intéresser à sa symbolique.

 

 

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Grand format littérature »).
© Gallimard Jeunesse. Illustration de Laurent Gapaillard

Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse

Résumé :

Les Chroniques du bout du monde, La Passe-miroir, La Cité du ciel et Steam Sailors sont des cycles de fantasy jeunesse ultra contemporains. Si ces romans se déroulent tous dans des mondes imaginaires différents, ils ont pourtant une caractéristique commune : leur intrigue se joue, en totalité ou en partie, dans des villes flottant dans les airs. Ces cités présentent des façons d’habiter particulières : certaines villes sont amarrées à une planète, tandis que d’autres sont construites tout à la verticale. Entre espaces surplombants et espaces surplombés, l’habiter change radicalement puisqu’un rapport de domination est instauré. Sortes de planètes Terre miniatures, ces (v)i(l)les flottantes, espaces hétérotopiques par excellence, semblent idéales et eutopiques à première vue. Mais, elles sont surtout décrépites, dangereuses et autoritaires. Pour Spic, Ophélie et Sera, découvrir la ville et y habiter, c’est aussi grandir et perdre de sa candeur car le milieu influence les personnages. En ce qu’ils habitent la ville, ceux-ci se projettent et se fondent en elle de sorte qu’il est difficile de savoir si les protagonistes sont déterminés par leur milieu ou s’ils le déterminent. Sanctaphrax, Infraville, la Citacielle, Babel, Port‑Regal, la Cité du ciel ou Kaolin : tels sont les noms de ces espaces urbains aériens investis et recréés par les auteurs contemporains pour la jeunesse que nous nous proposons d’étudier dans une triple perspective géocritique, écocritique et mésocritique.

Cet article est paru en 2022 dans l’ouvrage collectif Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine. Utopies, dystopies, hétérotopies dirigé par Maude Deschênes-Pradet et Christophe Duret.

 

Image par ImaArtist de Pixabay

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search