Miroir, miroir, qui est la plus vaillante ? Héroïsme au féminin et princesses affranchies dans Once Upon a Time

Résumé :

À Storybrooke, la ville de la série Once Upon a Time, vivent de nombreux personnages de récits merveilleux. Les princesses y sont légion et leur histoire, comme leur représentation, subit d’importantes variations. Délaissant le rôle de « demoiselle en détresse » que l’on trouve bien souvent dans les contes et dans leurs adaptations, Emma, Blanche-Neige ou le Petit Chaperon rouge gagnent en indépendance et en liberté. Oui, mais… Les clichés ont la peau dure et les héroïnes s’inscrivent bien souvent dans des intrigues amoureuses stéréotypées qui semblent leur offrir la maternité comme seul destin possible. Entre reprises littéraires et mutations, nous nous proposons d’étudier ces figures féminines et leur itinéraire à travers deux formes : celle du conte et celle de la série.

Cet article est paru en 2022 dans le numéro 42 de la revue Iris.

  

  

Dans le conte, la clef : le pouvoir libérateur des contes dans La Passe-miroir et Biotanistes

Cet article s’inscrit dans le douzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Fantasy et contes de fées ». Vous pouvez le retrouver en libre accès ici.

Résumé :

La Passe-miroir de Christelle Dabos et Biotanistes d’Anne-Sophie Devriese sont des romans de fantasy Young Adult ultracontemporains mettant en scène le futur de notre monde. Dans chacune des œuvres, des contes de fées s’offrent aux lecteurs et lectrices. Ulysse (Biotanistes) est colporteur et transmet des réécritures de contes au gré de ses voyages, tandis qu’Ophélie (La Passe-miroir) est quelques temps vice-conteuse à la cour du Seigneur Farouk. Dans ces romans, les contes deviennent des clefs. D’une part, leur fonction symbolique permet la transmission de messages cachés, voire codés, visant à faire progresser l’intrigue. D’autre part, ces histoires sont aussi des clefs dans le sens où elles visent à libérer les personnages, prisonniers de leur condition ou de leur environnement. Mais les contes semblent également attester d’un pouvoir créateur, voire démiurgique, et participent à la naissance de nouveaux mondes. Tout en interrogeant la place du conte et son fonctionnement dans la narration des romans, nous nous intéresserons aux pouvoirs libérateurs, politiques et créateurs de ces brefs récits devant amener à « renverser l’Ordre »[1].

 

DEVRIESE Anne-Sophie, Biotanistes, Chambéry, ActuSF, « Naos », 2021. © ActuSF, illustrateur : Zariel.
DABOS Christelle, La Passe-miroir, Paris, Gallimard Jeunesse, 2013-2019, t.1 Les Fiancés de l’hiver, 2013, t.2 Les Disparus du Clairdelune, 2015, t.3 La Mémoire de Babel, 2017, t.4 La Tempête des échos, 2019. © Gallimard Jeunesse, illustrateur : Laurent Gapaillard.


[1] Anne-Sophie DEVRIESE, Biotanistes, Chambéry, ActuSF, « Naos », 2021, p. 423.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search