Le Mémorial de Babel dans La Passe-miroir : représentations et fonctions d’une bibliothèque merveilleuse

Cet article s’inscrit dans le 28e numéro de La revue de la BNU, sur le thème
« Bibliothèques et imaginaire ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

 

Dans La Passe-miroir, un cycle ultracontemporain de fantasy, une jeune femme dotée de pouvoirs surnaturels, Ophélie, se lance dans une quête identitaire et cherche à résoudre les mystères qui entourent son monde. Ce dernier est constitué d’arches – sortes d’îlots suspendus dans les airs – sur lesquelles règnent des figures tutélaires quasi divines. En arpentant différentes arches, l’héroïne permet au lectorat de découvrir une kyrielle de lieux merveilleux : villages pittoresques où l’inanimé prend vie, univers de cour constitué d’illusions, cité cosmopolite à l’architecture extraordinaire…
           Parmi ces espaces merveilleux se trouve un édifice singulier, qui constitue le cœur du monde de La Passe-miroir : le Mémorial de Babel. Ouvrant ses portes à Ophélie à partir du troisième tome, le Mémorial est une prodigieuse bibliothèque prenant la forme d’une tour s’élevant dans les nuages et surplombant la cité. Si elle est un lieu de savoir semblant idéal à première vue, la bibliothèque devient rapidement un lieu de mystères et un espace délétère où se produisent d’étranges accidents. Comprendre l’histoire de l’édifice, le plus vieux bâtiment de Babel, permet à Ophélie de comprendre son monde présent et de dénouer les fils de l’intrigue.
           Lieu des commencements et des fins, comment la bibliothèque s’érige-t-elle en pôle dans La Passe-miroir ? Après avoir étudié l’architecture imaginaire du Mémorial, nous examinerons les fonctions de cet espace marginal et sa dimension dystopique avant de nous intéresser à sa symbolique.

 

 

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Grand format littérature »).
© Gallimard Jeunesse. Illustration de Laurent Gapaillard

« Qu’est-ce que vous êtes ? » : la sanctification d’Alina Starkov dans Shadow and Bone

Cet article s’inscrit dans le quatorzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Identités en mouvement », issu de la journée d’études « Construction et évolution de l’identité dans les séries TV de Fantasy ».

Vous pouvez le retrouver intégralement en libre accès ici.

Résumé :

Dissimulées, imposées, acceptées ou rejetées, les identités des personnages de la série Shadow and Bone (2021- ) se dévoilent au fil des épisodes et interrogent tant les spectateurs et spectatrices que les protagonistes. « Qu’est-ce que vous êtes ? » est notamment l’une des questions récurrentes posées à l’héroïne, Alina Starkov. D’orpheline à figure d’élue, c’est un itinéraire typique de la fantasy qui s’accomplit dans Shadow and Bone. Toutefois, la jeune femme ne devient pas seulement l’élue, mais une véritable sainte porteuse des espoirs de l’humanité : Sankta Alina.
            Entre ce qu’elle est, ce qu’elle croit ou devrait être, et ce qu’elle devient, l’héroïne est aux prises avec de nombreux questionnements intérieurs. Si la notion d’identité est pour le moins intime, elle se traduit ici extérieurement, à l’écran, notamment par le biais de l’apparence d’Alina et des costumes qu’elle revêt. Les espaces qu’elle investit sont aussi révélateurs de l’initiation qu’elle vit et qui modifie en profondeur son identité. Au moyen d’une lecture symbolique, nous chercherons à comprendre comment les fluctuations identitaires d’Alina et son devenir de sainte se traduisent visuellement aux spectateurs et spectatrices.

 

Illustration de couverture : Véronique Thill.

Miroir, miroir, qui est la plus vaillante ? Héroïsme au féminin et princesses affranchies dans Once Upon a Time

Résumé :

À Storybrooke, la ville de la série Once Upon a Time, vivent de nombreux personnages de récits merveilleux. Les princesses y sont légion et leur histoire, comme leur représentation, subit d’importantes variations. Délaissant le rôle de « demoiselle en détresse » que l’on trouve bien souvent dans les contes et dans leurs adaptations, Emma, Blanche-Neige ou le Petit Chaperon rouge gagnent en indépendance et en liberté. Oui, mais… Les clichés ont la peau dure et les héroïnes s’inscrivent bien souvent dans des intrigues amoureuses stéréotypées qui semblent leur offrir la maternité comme seul destin possible. Entre reprises littéraires et mutations, nous nous proposons d’étudier ces figures féminines et leur itinéraire à travers deux formes : celle du conte et celle de la série.

Cet article est paru en 2022 dans le numéro 42 de la revue Iris.

  

  

L’imaginaire thanatologique de Joseph Delaney sous le signe de l’ouroboros : de vie à trépas, du trépas à la vie

Résumé :

« La mort est temporaire » déclare un personnage d’Arena 13 de Joseph Delaney. Loin de ne s’appliquer qu’à ce cycle, la citation a aussi force de loi dans les deux autres sagas convoquées, L’Épouvanteur et Aberrations. Si Arena 13 présente le futur de notre monde gouverné par de puissantes entités capables de se regénérer et de se réincarner, Aberrations explore aussi les territoires de la mort en proposant un univers dévoré par une monstrueuse brume qui ramène à la vie humains et animaux sous une forme monstrueuse. Le cycle de L’Épouvanteur, quant à lui, repose entièrement sur la destruction puisque l’objectif d’un épouvanteur est précisément de réduire à néant les créatures de l’obscur. Non seulement les antagonistes meurent et reviennent incessamment à la vie, mais les héros et héroïnes passent parfois par cette même épreuve et reviennent de l’au-delà. La mort devient féconde dans les romans en offrant une nouvelle forme de vie aux trépassés. Quel sens faut-il alors lui donner puisqu’elle ne marque pas toujours la fin d’une existence ? À une plus grande échelle, les romans permettent également d’interroger la notion de finitude. Le cycle de L’Épouvanteur et ses seize tomes reconfigurent la destruction : à un épouvanteur en succède un autre, un monstre relève son congénère et un nouveau tome vient indéfiniment et paradoxalement prolonger l’anéantissement.

 

Dans le conte, la clef : le pouvoir libérateur des contes dans La Passe-miroir et Biotanistes

Cet article s’inscrit dans le douzième numéro de la revue Fantasy Art and Studies, sur le thème « Fantasy et contes de fées ». Vous pouvez le retrouver en libre accès ici.

Résumé :

La Passe-miroir de Christelle Dabos et Biotanistes d’Anne-Sophie Devriese sont des romans de fantasy Young Adult ultracontemporains mettant en scène le futur de notre monde. Dans chacune des œuvres, des contes de fées s’offrent aux lecteurs et lectrices. Ulysse (Biotanistes) est colporteur et transmet des réécritures de contes au gré de ses voyages, tandis qu’Ophélie (La Passe-miroir) est quelques temps vice-conteuse à la cour du Seigneur Farouk. Dans ces romans, les contes deviennent des clefs. D’une part, leur fonction symbolique permet la transmission de messages cachés, voire codés, visant à faire progresser l’intrigue. D’autre part, ces histoires sont aussi des clefs dans le sens où elles visent à libérer les personnages, prisonniers de leur condition ou de leur environnement. Mais les contes semblent également attester d’un pouvoir créateur, voire démiurgique, et participent à la naissance de nouveaux mondes. Tout en interrogeant la place du conte et son fonctionnement dans la narration des romans, nous nous intéresserons aux pouvoirs libérateurs, politiques et créateurs de ces brefs récits devant amener à « renverser l’Ordre »[1].

 

DEVRIESE Anne-Sophie, Biotanistes, Chambéry, ActuSF, « Naos », 2021. © ActuSF, illustrateur : Zariel.
DABOS Christelle, La Passe-miroir, Paris, Gallimard Jeunesse, 2013-2019, t.1 Les Fiancés de l’hiver, 2013, t.2 Les Disparus du Clairdelune, 2015, t.3 La Mémoire de Babel, 2017, t.4 La Tempête des échos, 2019. © Gallimard Jeunesse, illustrateur : Laurent Gapaillard.


[1] Anne-Sophie DEVRIESE, Biotanistes, Chambéry, ActuSF, « Naos », 2021, p. 423.

Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse

Résumé :

Les Chroniques du bout du monde, La Passe-miroir, La Cité du ciel et Steam Sailors sont des cycles de fantasy jeunesse ultra contemporains. Si ces romans se déroulent tous dans des mondes imaginaires différents, ils ont pourtant une caractéristique commune : leur intrigue se joue, en totalité ou en partie, dans des villes flottant dans les airs. Ces cités présentent des façons d’habiter particulières : certaines villes sont amarrées à une planète, tandis que d’autres sont construites tout à la verticale. Entre espaces surplombants et espaces surplombés, l’habiter change radicalement puisqu’un rapport de domination est instauré. Sortes de planètes Terre miniatures, ces (v)i(l)les flottantes, espaces hétérotopiques par excellence, semblent idéales et eutopiques à première vue. Mais, elles sont surtout décrépites, dangereuses et autoritaires. Pour Spic, Ophélie et Sera, découvrir la ville et y habiter, c’est aussi grandir et perdre de sa candeur car le milieu influence les personnages. En ce qu’ils habitent la ville, ceux-ci se projettent et se fondent en elle de sorte qu’il est difficile de savoir si les protagonistes sont déterminés par leur milieu ou s’ils le déterminent. Sanctaphrax, Infraville, la Citacielle, Babel, Port‑Regal, la Cité du ciel ou Kaolin : tels sont les noms de ces espaces urbains aériens investis et recréés par les auteurs contemporains pour la jeunesse que nous nous proposons d’étudier dans une triple perspective géocritique, écocritique et mésocritique.

Cet article est paru en 2022 dans l’ouvrage collectif Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine. Utopies, dystopies, hétérotopies dirigé par Maude Deschênes-Pradet et Christophe Duret.

 

Image par ImaArtist de Pixabay

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search