Le septième fils de septième fils : une figure mythique de la fantasy ?

           « Le chiffre sept n’est-il pas celui qui possède la plus grande puissance magique[1] » demande Tom Jedusor au professeur Slughorn dans Harry Potter, avant de devenir le terrible mage noir dont on n’osera prononcer le nom. Force est de constater que le jeune Voldemort a sans doute raison…
           Si le nombre 13 fait l’objet de nombreuses superstitions et serait censé porter malheur ou bonheur selon les croyances, le chiffre 7 n’a cependant rien à lui envier en termes de puissance symbolique. Que l’on songe un instant aux jours de la semaine, aux merveilles du monde ou aux péchés capitaux qu’il ordonne. Dans la Bible, il apparaît de façon récurrente et, en particulier, dans les septénaires de l’Apocalypse[2]. Nous le retrouvons aussi régulièrement dans les contes : les fées marraines de La Belle au bois dormant sont au nombre de sept, de même que les nains bien connus de Blanche-Neige, la fratrie du Petit Poucet, les chevreaux menacés par le loup ou les frères métamorphosés en corbeaux chez les Grimm ; les exemples pouvant être multipliés à loisir.
           Ce n’est pas tant le chiffre sept qu’une de ses formes d’expression spécifiques qui nous intéressera dans cet article, à travers le thème du septième fils de septième fils, c’est-à-dire du septième enfant masculin d’un père étant lui-même dans ce cas de figure au sein de sa fratrie.
           Joseph Delaney, auteur du cycle à succès L’Épouvanteur, a largement contribué à populariser cette figure mythique, en faisant de cette étrange configuration familiale la condition sine qua non pour devenir un épouvanteur, un combattant des forces obscures. C’est d’ailleurs sous le titre Le Septième Fils (Seventh Son) qu’est adaptée sa saga en film en 2014. Toutefois, le personnage du septième fils de septième fils n’est pas une création propre à Joseph Delaney, loin de là. Il apparaît en particulier dans la fantasy de la fin du XXe siècle et du tournant des années 2000, de façon plus ou moins discrète et plus ou moins reconfigurée, chez Orson Scott Card, Terry Pratchett, Anthony Horowitz, Gregory Maguire… Dans ces œuvres de fiction, le septième fils est doté de pouvoirs prodigieux, presque toujours liés à la guérison et à la perception, conformément aux croyances qui lui sont relatives dans notre monde, bien réel. En convoquant une dizaine de romans de fantasy et en tentant de remonter aux origines du mythe, nous nous proposons d’esquisser les contours de cette figure extraordinaire.

Continuer la lecture de Le septième fils de septième fils : une figure mythique de la fantasy ?

(Dé)constructions : ingénieures, mécaniciennes et inventrices en littératures de jeunesse

Concevoir, fabriquer, réparer : telles sont les activités de certains personnages présents dans les littératures de jeunesse. Traditionnellement, ces travaux à la fois théoriques et manuels sont associés au genre masculin[1] et l’on voit fleurir de nombreux personnages qui s’y livrent dans la fiction, à l’image de David Kostyk dans Grisha de Leigh Bardugo, du père de Tobie Loness dans le roman éponyme de Timothée de Fombelle, de Sid, le terrible voisin d’Andy dans Toy Story, de Bob le Bricoleur ou Jimmy Neutron. Ces figures se conjuguent volontiers avec d’autres, comme celle du magicien pour David Kostyk ou du savant fou pour Sid (l’expression « savante folle » est d’ailleurs bien plus rare, comme le personnage qu’elle désigne).
            Quelques figures féminines émergent toutefois dans les littératures jeunesse dont certains romans proposent des ingénieures, des mécaniciennes et des inventrices de talent. Si les termes de cette triple dénomination ne renvoient pas aux mêmes réalités, notons qu’ils dialoguent souvent entre eux dans les fictions que nous avons étudiées. Ainsi, certaines inventrices fabriquent elles-mêmes les objets qu’elles ont imaginés, des mécaniciennes réparent des machines tout en en inventant d’autres, tandis que le métier d’ingénieure se dessine devant plusieurs personnages.
            Après avoir esquissé un portrait de ces protagonistes, souvent brillantes, nous interrogerons leur capacité à subvertir les normes genrées. Par les rôles qu’elles occupent, ces figures féminines parviennent-elles finalement à déjouer les stéréotypes, à faire fi des injonctions sociales ? Notons d’ailleurs que certaines d’entre elles vont à l’encontre des règles établies dans leurs sociétés respectives et souhaitent, parfois, renverser le système en place. La question de l’égalité et des droits des femmes sous-tend d’ailleurs la plupart des romans, de façon explicite ou voilée. Les personnages d’ingénieures, de mécaniciennes et d’inventrices semblent particulièrement bien se prêter à l’incarnation de figures contestataires, elles qui transgressent déjà les normes par leurs fonctions.
            Dans le but de mettre en lumière des figures féminines marginales, qui s’extirpent des représentations traditionnelles, voire sexistes, nous examinerons sept romans contemporains, parus entre 1999 et 2022 qui appartiennent majoritairement au genre de la fantasy : Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire (Lemony Snicket), La Passe-miroir (Christelle Dabos), Les Mystères de Larispem (Lucie Pierrat-Pajot), Engrenages et Sortilèges (Adrien Tomas), Aberrations (Joseph Delaney), La Ville sans vent (Éléonore Devillepoix) et Le Club du Calmar Géant (Alex Bell).

Continuer la lecture de (Dé)constructions : ingénieures, mécaniciennes et inventrices en littératures de jeunesse

Se perdre pour se (re)trouver : géographie et géométrie de l’errance dans Le Pacte des Marchombres

« Le doute est une force. Une vraie et belle force. Veille simplement qu’elle te pousse toujours en avant. »[1]

           

Dès les premières pages de la trilogie, lorsque Ellana et ses parents cherchent un lieu où s’établir, jusqu’au terme du dernier roman qui voit la jeune femme partir au loin avec son fils et son cheval, Le Pacte des Marchombres de Pierre Bottero regorge d’images d’errance. De prime abord, ce motif semble difficilement s’accorder avec la fantasy, un genre où l’impératif de la quête fait loi, car qui dit quête, dit nécessairement but à atteindre. Quid de l’errance dans ce cas ?
            Notons que la notion d’errance n’est pas étymologiquement synonyme de vague déambulation dénuée d’objectif. « Errer » proviendrait, d’après Olivier Bertrand et Silvère Menegaldo, de deux verbes latins : iterare et errare. Si l’un « signifiait en latin “voyager” et a donné en français errer à partir du Xe s. », l’autre a le sens de « “faire fausse route” […] “se tromper” »[2]. L’évolution de ces deux termes aboutit à un unique verbe en français moderne qui garde la trace des deux sens mentionnés, du « sème du mouvement et de l’égarement »[3], d’où l’une des principales définitions modernes du terme : « [a]ller d’un côté et de l’autre sans but ni direction précise »[4].
            Dans Le Pacte, l’héroïne, Ellana n’erre que rarement « sans but ni direction précise ». Véritable figure de nomade, elle voyage de façon quasi perpétuelle, guidée par un objectif : retrouver des traces de ses parents, convoyer des sphères magiques, atteindre une montagne sacrée, etc. Si les points de chute de la jeune fille sont clairement définis, la route pour les atteindre s’avère souvent plus complexe à discerner. Avant de découvrir la cité des mercenaires, de gagner le Rentaï, de devenir marchombre[5], Ellana et les personnages qui l’accompagnent parfois peuvent se perdre en chemin, « faire fausse route », car le voyage est aussi l’occasion de s’égarer. Les périples d’Ellana sont largement décrits dans les trois tomes de la trilogie et confirment les propos de Jacques Baudou qui voit en la fantasy « une littérature de la pérégrination »[6].
            Toutefois, l’errance ne se traduit pas seulement par le voyage et le mouvement, elle est aussi plus discrète et intérieure. L’héroïne se perd volontiers dans les méandres de sa pensée et de ses souvenirs : que deviennent ses pères adoptifs ? Est-elle une vraie marchombre ? Est-il raisonnable de s’attacher aux individus ? Et l’errance est aussi celle du cœur car entre Nillem, l’apprenti marchombre, et Hurj, le guerrier thül, son cœur balance dans le deuxième tome. Ses errements psychologiques et amoureux s’apparentent alors à des moments de doute.
            Dans une perspective symbolique et en utilisant les ressources de la critique de l’imaginaire[7], nous chercherons à interroger les différentes errances de l’héroïne, leur esthétique, leur symbolique, mais aussi, et peut-être surtout, leur sens. Quels sont les environnements propices à l’errance et à la perdition ? Les égarements tant physiques que psychologiques ont-ils leurs propres lieux, leurs propres formes ? On erre « comme une âme en peine » nous dit l’expression en insistant sur la tristesse et le désœuvrement supposés être l’apanage des créatures fantomatiques. Toutefois, loin d’être négatives, effrayantes, stériles ou paralysantes, les errances d’Ellana sont au contraire valorisées et se présentent comme des épreuves ô combien nécessaires. C’est après avoir voyagé dans le désert qu’Ellana devient pleinement marchombre, après s’être perdue dans les roselières qu’elle se retrouve enfin.

Continuer la lecture de Se perdre pour se (re)trouver : géographie et géométrie de l’errance dans Le Pacte des Marchombres

Des femmes, des plantes et de la magie. Les herboristes en fantasy jeunesse

Parmi les personnages de mages, moines, chevaliers et autres guerrières typiques de la fantasy, une figure peut-être plus discrète et moins usuelle se fraye un chemin dans nos mondes imaginaires : celle de l’herboriste. Elle apparaît dans des médias variés et sur des supports pluriels, comme les jeux vidéo (Tomira dans The Witcher 3 : Wild Hunt ou l’apothicaire de Potion Craft), les bandes dessinées (la jeune héroïne de Mauve Bergamote de Flora Grimaldi et Cécile), les séries (Cassie dans Soupçon de magie), les mangas (Mao Mao dans Les Carnets de l’apothicaire d’Itsuki Nanao)… Cette prédominance des femmes dans les quelques exemples choisis nous pousse à nous interroger : la botanique serait-elle dévolue au genre féminin ? Et si oui, pourquoi ? Cette forte présence féminine traduit-elle une réalité en fiction ? Force est également de constater que la fantasy et le merveilleux au sens large semblent spécifiquement recueillir les figures d’herboristes. Dans ce genre, la botanique n’est toutefois presque jamais dénuée de magie et la littérature exploite volontiers les liens existants dans nos imaginaires entre les figures d’herboristes et de magiciennes. Ces dernières, après tout, sont régulièrement représentées comme des préparatrices de potions mélangeant poudres, phanères animaux… et plantes.
            Parle-t-on cependant d’herboristes, de botanistes, d’apothicaires, de guérisseuses ? Il est ardu de se retrouver dans l’imbroglio de ces substantifs qui s’entremêlent et dont le sens évolue bien souvent au cours des siècles. Par commodité, nous emploierons le terme d’herboriste pour désigner, conformément au sens que lui donne le complément du dictionnaire Godefroy, « celui qui connaît les vertus médicinales des arbres, plantes, etc. »[1] et, ajoutons-nous, qui les utilise, en les cueillant, les vendant, les transformant… Connaissance et utilisation, notamment dans un but thérapeutique, formeront les mots-clefs de notre définition, qui nous permettra de ne pas nous restreindre à l’individu exerçant le commerce des plantes, en particulier dans une officine.
            Après avoir donné quelques repères historiques mais surtout littéraires de ces figures, nous chercherons à dégager les caractéristiques de ces personnages et de leurs pratiques botaniques. Afin de proposer de premières pistes de réflexion, qui demandent à être approfondies, nous nous fonderons pêle-mêle sur quelques romans de fantasy jeunesse, notamment Biotanistes (Anne-Sophie Devriese, 2021), Les Héritiers de Brisaine (David Bry, 2021), L’Arpenteuse de rêves (Estelle Faye, 2021), L’Herboriste de Hoteforais (Nathalie Somers, 2020), Steam Sailors (E. S. Green, 2020-2021), L’Épouvanteur (Joseph Delaney, 2004-2022) ou encore Harry Potter (1997-2007).

Continuer la lecture de Des femmes, des plantes et de la magie. Les herboristes en fantasy jeunesse

Cerfs blancs à l’écran : résurgences et reconfigurations d’un motif médiéval dans quelques productions de fantasy

            « Cette nuit-là, le Cerf m’a choisie, moi »[1] déclare Alina Starkov au Darkling dans la série Shadow and Bone : La Saga Grisha (Netflix, 2021) en associant l’animal à une forme d’élection quasi divine. Loin de constituer un cas isolé, cette désignation symbolique d’un héros ou d’une héroïne, bien souvent élu·e, par un cerf se retrouve aujourd’hui dans de nombreuses œuvres, que l’on pense au dieu-cerf de Princesse Mononoké (Miyazaki, 1997) ou au « patronus »[2] de Harry Potter. Sa présence assidue en fait un animal emblématique du bestiaire de la fantasy et constitue un héritage de la littérature médiévale, en particulier lorsque le cerf est de couleur blanche. En effet, ces animaux merveilleux sont disséminés dans la littérature du Moyen Âge et apparaissent, par exemple, dans la plupart des récits qui mettent en scène des fées, comme nous le verrons. Récemment, les cerfs blancs ont investi les films et séries – constituant parfois des adaptations de romans – et apparaissent sur nos écrans. C’est dans ce cadre que nous souhaitons les étudier, en raison de leur fort impact visuel. Figures majestueuses, souvent de grande taille, les cerfs blancs permettent régulièrement des jeux de contraste et contribuent à révéler, voire à renforcer, les tensions entre ténèbres et lumière. Après avoir rappelé quelques fonctions et symboliques du cerf dans la littérature médiévale, nous consacrerons cette brève étude à des scènes issues de quatre œuvres (ultra)contemporaines qui nous serviront d’exemples, deux films et deux séries : Harry Potter (Warner Bros., 2001-2011), Blanche-Neige et le Chasseur (Universal Pictures, 2012), Shadow and Bone : La Saga Grisha (Netflix, 2021) et House of the Dragon (HBO, 2022).

Continuer la lecture de Cerfs blancs à l’écran : résurgences et reconfigurations d’un motif médiéval dans quelques productions de fantasy

Faut-il être extraordinaire pour être une héroïne de fantasy ? Du droit d’être quelconque

Est-il possible d’être un – voire, le – personnage féminin central d’une œuvre de fantasy sans être pétrie de pouvoirs en tous genres ? C’est en travaillant sur les héroïnes des romans de Pierre Bottero, au cours de ma thèse, que cette interrogation a commencé à se dessiner. En effet, toutes sont extraordinaires et souvent surnaturelles[1]. Rien de véritablement étonnant puisque l’auteur suit les codes du genre dans lequel il s’inscrit : la fantasy. Cela signifie-t-il, dès lors, que l’héroïsme de fantasy est nécessairement dépendant du caractère extraordinaire des personnages ?
      Nous proposerons quelques pistes d’analyse en fondant notre réflexion sur les figures féminines des œuvres. Pourquoi ? Les héros répondent eux aussi à des codes et ne sont pas exempts de ce qui se présente comme une injonction à l’extraordinaire, convenons-en[2]. En ce qu’ils sont bien plus nombreux, gageons toutefois qu’ils disposent d’une gamme d’héroïsme plus étendue, mais, surtout, le besoin des héros de faire leurs preuves nous semble moindre que celui des héroïnes qui paraissent devoir sans cesse prouver leur valeur. Avoir la première place, celle qui est traditionnellement attribuée à un personnage masculin[3] ? Certes, c’est possible, mais encore faut-il la mériter et avoir l’étoffe du héros, comme semblent l’indiquer nombre de romans proposant des héroïnes aux caractéristiques « viriles »[4]. D’un genre à l’autre, ces enjeux varient et il conviendrait que le sujet soit traité par un·e spécialiste des représentations masculines, raison pour laquelle nous nous concentrerons ici sur les héroïnes (au sens de personnages de premiers plans et/ou à l’origine de hauts faits).
      Ainsi, nous chercherons à dresser un bref panorama des protagonistes féminines en lien avec le genre de la fantasy avant de nous intéresser plus avant à la question des représentations et des modèles, en particulier lorsqu’ils sont offerts à la jeunesse. Pour finir, nous présenterons quelques romans dont les héroïnes sont, précisément, ordinaires ; une tendance qui paraît s’esquisser dans le monde du livre.

Continuer la lecture de Faut-il être extraordinaire pour être une héroïne de fantasy ? Du droit d’être quelconque

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search