Où sont les héroïnes ? De l’importance des représentations de personnages féminins. Le cas de la fantasy jeunesse

Hermione Granger, Tara Duncan, Ewilan Gil’ Sayan, Coraline, Lucy Pevensie… Les noms d’héroïnes de fantasy jeunesse ne semblent pas difficiles à trouver. Et pourtant, on ne cesse de lire depuis l’étude d’Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles (1973), que les personnages féminins sont sous-représentés et font l’objet de sexisme dans les livres pour la jeunesse.
     Alors, qu’en est-il aujourd’hui ? Ce constat est-il toujours d’actualité ? En fantasy, Hermione et ses amies auraient-elles, enfin, fait pencher la balance ou constituent-elles des exceptions au sein d’un champ littéraire et éditorial toujours dominé par les personnages masculins ?
     Ayant travaillé trois années sur ces thématiques durant ma thèse, en m’appuyant sur les romans de Pierre Bottero, j’ai souhaité partager mes réflexions sur ce sujet, retracer les grandes lignes de ce phénomène et proposer un bref état des lieux de l’héroïsme au féminin (vaste programme…).

Les personnages féminins des littératures de jeunesse

Quelques chiffres et études…

     Avant de m’intéresser plus spécifiquement au cas de la fantasy jeunesse, je vous propose de jeter un œil au domaine englobant des littératures de jeunesse dans lequel peuvent s’inscrire les littératures de l’imaginaire. La raison en est simple : la plupart des études sur le sujet des représentations de personnages féminins dans des œuvres destinées à un jeune public ne se fonde pas sur un genre particulier (comme la fantasy), mais traite des littératures de jeunesse en général. Mentionnons le fait que quelques études, toutefois, prennent pour sujet une forme particulière de ce champ littéraire : l’album.
     Commençons par quelques chiffres pour appréhender ces représentations d’un point de vue quantitatif, tout d’abord :

D’après Séverine Ferrière et Christine Morin-Messabel, « [l]e masculin est sur-représenté sous toutes ses formes. Les études montrent que les héros masculins sont deux fois plus représentés que les héroïnes. Ce rapport est de 1 sur 10 pour les albums s’adressant aux tout-petits »[1] (2014)

Anne Dafflon Novelle, quant à elle, analyse 1613 livres publiés en 1997 à destination d’un jeune public et répertoriés par Livres Hebdo. Voici ses conclusions :

« La différence est nette. 827 livres (51.3 %) racontent l’histoire d’un héros et 398 livres (24.7 %) relatent l’histoire d’une héroïne. Le rapport entre le nombre de livres avec un personnage principal de sexe masculin et avec un personnage de sexe féminin est de 2.1. Par ailleurs 186 livres (11.5 %) comprennent des héros des deux sexes et il reste 202 histoires (12.5 %) pour lesquelles l’identification du sexe du héros n’est pas possible avec les indications données dans la notice de Livres Hebdo »[2] (2002)

S’étant intéressée aux albums, mais aussi à la presse enfantine, Sylvie Cromer écrit en 2010 :

« l’humanité fictive n’a jamais vraiment deux sexes, le masculin est toujours hégémonique, la minorisation numérique du féminin systématique. Au mieux, les personnages de sexe féminin atteignent 40 % de la population. Quels que soient les calculs, la parité n’est jamais atteinte, a fortiori l’inversion de dominance sexuée n’est jamais observée. Il en découle des univers homosexués, pour l’essentiel masculins »[3] (2010)

Pour rappel, l’omniprésence masculine est tant marquée dans les littératures de jeunesse comme dans les manuels scolaires, et accompagnée de sexisme, que l’UNESCO propose dès 1986 une grille d’analyse destinée aux enseignant·e·s. La voici :

MICHEL Andrée, Non aux stéréotypes ! Vaincre le sexisme dans les livres pour enfants et les manuels scolaires, Unesco, 1986.

Représentations des figures féminines

     Si les individus de genre féminin sont sous-représentés dans les littératures de jeunesse, ajoutons qu’ils sont aussi vecteurs d’une kyrielle de stéréotypes. Ainsi, les femmes occupent bien souvent des espaces clos et domestiques ; adoptent des comportements censés être l’apanage du genre féminin (elles sont calmes, obéissantes, douces, empathiques… et font montre d’une certaine aptitude à fondre en larmes) ; les mères se consacrent régulièrement à leur foyer et, lorsqu’elles travaillent, occupent certaines catégories de métiers (ceux du care, par exemple) ;  elles jouent aussi, ordinairement, des rôles passifs. Éternelles secondes, elles attendent dans l’ombre, n’investissent que peu l’espace public ou l’espace de l’aventure puisque l’aventure, quoi qu’il en soit, ne leur est pas destinée. Ici réside, bien sûr, le modèle de Pénélope et de la plupart des princesses de contes telles Blanche-Neige, la Belle au bois dormant, etc.

« les “ places ” traditionnelles du féminin sont faites d’immobilité et de fixité »[4]

Pierre Péju, 1997

     Ajoutons que la représentation physique des personnages féminins interroge tant elle semble gravée dans le marbre : blondes, blanches, dotées de jupes et de robes, les petites filles proviendraient-elles d’un même moule ? La beauté est également une règle absolue, sans doute en partie héritée des contes de fées. Après tout, rappelons-nous la sempiternelle question de la marâtre de Blanche-Neige : « Petit miroir, petit miroir chéri, quelle est la plus belle de tout le pays ? ».
     Sur ces sujets, les ressources sont nombreuses, mais pour plus de détails, je renvoie sans hésiter à la thèse d’Hélène Montardre : L’image des personnages féminins dans la littérature de jeunesse française contemporaine de 1975 à 1995. Je complèterai cette référence par des études plus récentes en fin d’article.
     La représentation des personnages féminins en littérature constitue un enjeu majeur et peut-être d’autant plus lorsque cette littérature s’adresse à un jeune public en construction. En effet, comment envisager ce qui n’est pas montré, ce qui n’est pas dit ?

« Make something unspeakable and you make it unthinkable »[5]

Joanna Russ, 1995

     Recélant un véritable pouvoir, la fiction véhicule des représentations, reconduit ou brise des stéréotypes, offre des modèles aux jeunes lecteurs et lectrices qui, dès lors, les intériorisent. Son rôle n’est donc pas à négliger puisque la littérature a un impact dans notre réalité : Anne Dafflon Novelle montre par exemple dans une de ses études l’influence que peuvent avoir ces modèles sur l’imagination d’enfants amenés à inventer une histoire[6].

Alice, Fifi, Julie, Matilda et autres Mimi Cracra…

     Réjouissons-nous, des éclaircies se dessinent dans ce ciel orageux et certains personnages féminins font contrepoint à ce tableau de stéréotypes que nous avons peint. Elles sont minoritaires, mais quelques petites filles, aux grands noms, proposent une autre voie et se soustraient – parfois en partie seulement – à certaines normes.

     Dès le XIXe siècle, Alice est l’héroïne du roman de Lewis Carroll, elle investit divers espaces, vit des aventures (en rêve, certes) et fait entendre sa voix. De son côté, Fifi Brindacier, alias Pippi Långstrump, balaie d’un grand revers de main les stéréotypes qui collent à la peau des petites filles : elle est courageuse, forte, dotée d’un caractère bien trempé, elle possède un véritable pouvoir et une grande autonomie d’action. Elle se rebelle, se dérobe aux normes et offre aux jeunes lecteurs et lectrices un modèle d’héroïsme au féminin qui trouvera une postérité dans d’autres personnages de petites filles. L’audacieuse Mimi Cracra paraît par exemple en hériter, d’autant plus lorsqu’elle est représentée avec des tresses dressées sur sa tête. Nous pourrions aussi mentionner Matilda, la jeune héroïne de Roald Dahl, caractérisée par son intelligence hors du commun, sa débrouillardise et ses pouvoirs extraordinaires qui lui permettent d’agir sur les évènements. Du côté des albums, citons Julie (1976), qui dérange les normes et refuse les assignations :

Gravure de John Tenniel, 1865.

«  – Tu sais, moi, tout le monde me dit que je suis un vrai garçon manqué…
Les gens disent que les filles, ça doit faire comme les filles, les garçons, ça doit faire comme les garçons !…
On n’a pas le droit de faire un geste de travers…
Tiens, c’est comme si on était chacun dans son bocal !…
[…]
Les cornifilles dans un bocal, les cornigarçons dans un autre, et les garfilles, on ne sait pas où les mettre !…
Moi, je crois qu’on peut être fille et garçon, les deux à la fois si on veut… Tant pis pour les étiquettes
… On a le droit ! »[7]

Christian Bruel, Anne Galland, Anne Bozellec, Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon. © Éditions Être, 2009.

     La liste est non exhaustive et nous pourrions trouver bien d’autres exemples de petites filles ou d’adolescentes qui occupent la place centrale d’une œuvre en déjouant aussi parfois les stéréotypes genrés. Gardons toutefois à l’esprit qu’il s’agit d’une population minoritaire et que ces personnages, bien que présents, demeurent rares dans l’ensemble des publications destinées à un jeune lectorat.

Et la fantasy jeunesse ?

Éléments de définition

     En tant que genre littéraire et champ éditorial, la fantasy jeunesse présente, comme son nom l’indique, des caractéristiques issues de sa double filiation, au genre de la fantasy, d’une part, et au domaine des littératures de jeunesse, d’autre part.
     Cette association n’a cependant rien d’étonnant puisque la fantasy entretient, depuis ses origines, des liens étroits avec ces littératures et le monde de l’enfance. Elle hérite, entre autres, du merveilleux des contes – qui se destinent fréquemment à un jeune public. Les précurseurs du genre, comme Lewis Carroll, George MacDonald ou Rudyard Kipling, écrivent pour la jeunesse et font des enfants les héros et héroïnes de leurs romans. De fait, l’enfance constitue un des thèmes principaux, que celle-ci soit impétueuse comme celle de Pinocchio ou éternelle comme celle de Peter Pan. Ajoutons que ceux qu’on a l’habitude de désigner comme pères fondateurs de la fantasy, J. R. R. Tolkien et C. S. Lewis, destinent certaines de leurs œuvres à la jeunesse, tel est le cas du Hobbit ou des Chroniques de Narnia.
     De façon concrète, comment se traduit l’appartenance d’un livre à la fantasy jeunesse ? D’un point de vue éditorial, tout d’abord, ce type d’œuvres s’inscrit dans des collections dédiées à un lectorat enfant, adolescent ou jeune adulte (Gallimard Jeunesse, Bayard Jeunesse, « Naos » chez ActuSF…) et/ou est publié dans des maisons d’édition jeunesse (Rageot, Gulf stream, Milan, etc.). En tant que publications destinées à la jeunesse, les livres de ce genre sont encadrés par la loi du 16 juillet 1949. Comme de nombreuses œuvres de fantasy « adulte », ces romans peuvent adopter la forme du cycle et s’inscrire ainsi sur la durée, à l’instar d’Harry Potter ou de L’Epouvanteur. Nous retrouvons de nombreux poncifs de fantasy, de littératures de jeunesse, voire des topoi communs à ces deux domaines : le jeune âge du héros ou de l’héroïne, qui est fréquemment orphelin·e, le thème de l’élu·e, le motif de la quête (qui revêt volontiers un aspect initiatique), etc. Ce qui est peut-être spécifique au genre de la fantasy jeunesse est, comme l’ont remarqué Silène Edgar et Anne Besson, le syncrétisme des romans qui convoquent et entremêlent à loisir des mythes très divers et, ce faisant, témoignent d’une certaine hybridité :

« Le recours syncrétique aux mythes de tout type, mêlés sans distinction d’époque ou d’origine géographique et croisés avec des références plus contemporaines, est même considéré par Anne Besson comme un possible trait distinctif de la fantasy jeunesse. »[8]

Le phénomène Lyra

     Force est de constater que la fantasy jeunesse ne constitue pas un refuge où les héroïnes sont pléthoriques et vivent mille et une aventures à l’abri du sexisme : ce genre connaît, au contraire, les mêmes carences en termes de représentation que la littérature de jeunesse en général. Prenons quelques exemples :
     Si plusieurs héroïnes arpentent les contrées de Narnia, elles sont entourées de héros (l’inverse n’étant pas systématique) et le cycle de C. S. Lewis a, par ailleurs, été qualifié de sexiste en raison, notamment, du triste destin de Susan, condamnée à demeurer dans le monde primaire, les frontières de Narnia étant fermées à la « belle plante » en raison de son devenir femme et de son goût pour « les bas de Nylon, les rouges à lèvres et les invitations »[9].
     Pensons encore à deux œuvres marquantes de fantasy jeunesse : L’Histoire sans fin de Michael Ende et l’immanquable Harry Potter de J. K. Rowling. Dans le premier, les deux héros sont des garçons, Bastien et Atréyu, la Petite Impératrice attendant désespérément dans sa tour que le premier vienne lui offrir un nom[10]. L’heptalogie de Rowling se centre, elle aussi, sur un héros : Harry, l’élu. Hermione, comme Ginny ou le Professeur McGonagall, semblent toujours demeurer, quant à elles, dans l’ombre d’un grand homme malgré leurs évidentes compétences.
     L’œuvre qui semble finalement ouvrir la voie aux héroïnes en fantasy jeunesse me paraît être À la croisée des mondes, de Philip Pullman, publiée entre 1995 et 2000. Les nombreux personnages féminins de Pullman, comme les sorcières, Marisa Coulter ou Mary Malone, mériteraient à eux seuls une analyse approfondie. Je me contenterai ici de signaler la façon dont est présentée l’héroïne, sorte d’enfant sauvage :

« Par bien des côtés, Lyra était une barbare. Ce qu’elle aimait par-dessus tout, c’était escalader les toits du Collège avec Roger, le marmiton, son meilleur ami, et cracher des noyaux de prune sur la tête des Érudits qui passaient en dessous, ou imiter les ululements de la chouette derrière une fenêtre, pendant que se déroulait un cours ; ou encore courir à toute allure dans les rues étroites de la ville, voler des pommes sur le marché, ou livrer bataille. »[11]

Philip Pullman, 1995

La jeune Lyra Belacqua, une protagoniste intrépide, aventureuse, rebelle, rompt avec de nombreux stéréotypes de genre, par son rôle, son caractère et son portrait physique. Ce phénomène est également souligné par Isabelle Smadja dans Le Temps des filles :

« faire d’une petite fille l’héroïne audacieuse et combative d’un roman d’aventures qui se situe en pleine époque médiévale et qui la transportera à l’autre bout de l’univers, c’est bien transgresser la règle qui veut que ce soient aux garçons et aux hommes de vivre des aventures guerrières et d’explorer le monde, tandis que les femmes et les filles doivent rester au foyer »[12]

Qu’en est-il, en France, au XXIe siècle ?

Pierre Bottero et le cycle de Gwendalavir

     Si Philip Pullman marque la fantasy jeunesse avec sa jeune Lyra, en proposant une héroïne forte et audacieuse aux jeunes lecteurs et lectrices, en France, c’est Pierre Bottero qui paraît jouer un rôle similaire en construisant un vaste cycle dont les romans sont liés, de près ou de loin, au monde imaginaire de Gwendalavir (La Quête et Les Mondes d’Ewilan, Le Pacte des Marchombres, L’Autre, Les Âmes croisées).
     Dans Les Éveilleurs de Pauline Alphen, la protagoniste clame haut et fort sa déception de ne trouver dans les livres que des héros ou ce qu’elle nomme les « PP » : les « princesses passives »[13]. Afin de satisfaire son élève et son besoin d’identification à des personnages féminins qui sortent des schémas convenus, son précepteur lui propose deux trilogies : À la croisée des mondes et La Quête d’Ewilan. L’autrice place ainsi sur un même plan les deux œuvres, et pour cause : comme Lyra, la jeune Ewilan est l’héroïne d’un cycle de fantasy jeunesse, voyage dans et au-delà d’un monde, et est une figure d’élue.
      Ewilan est une magicienne qui n’hésite pas à défier l’autorité et à se rebeller contre les règles arbitraires, mais elle est loin d’être la seule figure féminine d’importance de l’univers botterien. En effet, l’écrivain développe, dans tous ses romans de fantasy (2003-2010), de nombreux personnages féminins et place toujours les femmes au centre de ses romans. Bien que celles-ci ne soient pas exemptes de stéréotypes (j’aurai l’occasion d’y revenir ailleurs), les protagonistes permettent aux jeunes lecteurs et lectrices qui croisent leur route de rencontrer des femmes courageuses, intelligentes, éprises de liberté, foncièrement actives, mais aussi décisionnaires. Sous les traits de magiciennes ou de guerrières, parfois des deux, apparaissent ces héroïnes : elles se nomment Ellana, Erylis, Shaé ou encore Nawel.

« – Je fais ce que je veux ! […] Où je veux, comme je veux et quand je veux ! Compris ? »[14]

Ewilan à Salim dans L’Île du destin, Pierre Bottero, 2003

Esquisse d’une fresque : celle des nouvelles héroïnes

     Il semblerait que l’enjeu des représentations, ici celles des femmes en littératures de jeunesse et en fantasy, ait trouvé une certaine résonnance : il suscite en tout cas de plus en plus de recherches dans le milieu universitaire, mais paraît également alimenter la réflexion de nombreux·ses auteurs et autrices, professionnel·le·s du livre comme de l’édition.
     Afin d’ébaucher les premiers contours d’un panorama d’œuvres de fantasy jeunesse mettant en lumière les héroïnes, je vous propose, pour conclure, quelques titres commentés. J’ai choisi de m’en tenir au domaine français, aujourd’hui riche de romans de ce genre :

  • Les Âmes croisées de Pierre Bottero (2009) : La Quête d’Ewilan ou Ellana, plus connus, auraient tout aussi bien trouvé leur place dans cette liste, mais Les Âmes croisées est le roman de Bottero qui propose l’héroïne subvertissant le plus les normes genrées. Il s’agit d’une anti-héroïne qui connaîtra une évolution drastique en cherchant à se détacher de son héritage maternel. Son apprentissage de guerrière la fera évoluer dans une société où le genre n’a que peu d’importance et tend à être gommé.
  • Les Éveilleurs de Pauline Alphen (2009-2013) : un cycle proposant de suivre plusieurs héroïnes et héros – dont des aventurières, des guerrières, des érudites – qui traite notamment de la place des personnages féminins en tenant un discours métalittéraire.
  • La Passe-miroir de Christelle Dabos (2013-2019) : développant une vaste galerie de figures féminines, La Passe-miroir dépeint plusieurs modèles de société (dont une société matriarcale) et suit les aventures d’une héroïne, Ophélie, allant à l’encontre de certaines normes, notamment physiques. Une héroïne qui semble de prime abord ne pas en avoir l’étoffe au regard, précisément, des codes établis et qui bouscule, dès lors, nos attentes et habitudes de lecture.
  • La Ville sans vent d’Éléonore Devillepoix (2020) : plusieurs personnages féminins d’importance dans ce cycle de deux romans, dont l’héroïne, Arka. L’héritage et la reconfiguration du mythe amazonien permet entre autres d’interroger les modèles de société choisis (modèle patriarcal / matriarcal). Notons aussi que l’héroïne ne s’inscrit pas dans un schéma amoureux, ce qui demeure relativement rare.
  • Bordeterre de Julia Thévenot (2020) : une grande mosaïque de figures féminines se dessine dans ce roman de fantasy flirtant avec la dystopie. L’héroïne, Inès – qui se travestit par ailleurs en garçon durant la plus grande partie du roman –, hérite beaucoup de Lyra (À la croisée des mondes) : très active, dotée d’un fort tempérament, elle est insolente, bagarreuse et protège une figure masculine, son frère (à la façon de Lyra protégeant Roger). Plusieurs autres personnages sont suivis en parallèle, dont des femmes révolutionnaires.
  • Biotanistes d’Anne-Sophie Devriese (2021) : dans le futur, les femmes ont pris le pouvoir et ont instauré une rigide société matriarcale. L’autrice, par ailleurs féministe, remanie la figure mythique de la sorcière, lui offre de nouveaux pouvoirs et de nouveaux visages en la faisant évoluer sur une Terre désertique, en grande souffrance d’un point de vue écologique. Jouant à quelques reprises avec les contes traditionnels, Anne-Sophie Devriese utilise un processus d’inversion pour réécrire ces histoires. Sous sa plume naissent alors une Barbe-Bleue ou un Beau dormant…
  • L’Arpenteuse de rêves d’Estelle Faye (2021) : si ce roman se focalise sur une héroïne adolescente, Myri, il est aussi traversé par de nombreuses autres figures féminines. Le thème de la sororité, finalement peu fréquent, est ici fondamental. Ajoutons que l’autrice propose une héroïne lesbienne, ce qui est suffisamment rare en fantasy jeunesse pour être souligné, et permet, par là même, de diversifier les représentations de personnages féminins. Mais pas seulement ! Lélio, un des personnages principaux masculins, déroge lui aussi aux normes genrées.

Les titres cités ne forment aujourd’hui qu’une goutte d’eau parmi ceux qu’il aurait été possible de mentionner… ce qui en dit long, finalement, sur l’évolution de la fantasy jeunesse et de ses personnages féminins, toujours plus nombreux.

Pour continuer à s’informer…

Pour celles et ceux qui souhaiteraient creuser davantage ces questions, voici pêle-mêle quelques ressources bibliographiques sur les sujets évoqués, en plus des références en notes :

BAUDELOT Christian, ESTABLET Roger, Quoi de neuf chez les filles ? Entre stéréotypes et libertés, Paris, Éditions Nathan, 2007.

CLERMONT Philippe, BAZIN Laurent, HENKY Danièle (dir.), Esthétiques de la distinction : gender et mauvais genres en littérature de jeunesse, Berne, Peter Lang, 2013.

CHABROL GAGNE Nelly, Filles d’albums : les représentations du féminin dans l’album, Le Puy‑en‑Velay, L’atelier du poisson soluble, 2011.

CONNAN‑PINTADO Christiane, BÉHOTÉGUY Gilles (dir.), Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse : France 1945-2012, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2014.

DÉTREZ, Christine, «  Les princes et princesses de la littérature adolescente aujourd’hui. Analyses et impressions de lecture », La Lettre de l’enfance et de l’adolescence, no 82, 2010, p. 75­‑82.

GIANINI BELOTTI Elena, Du côté des petites filles, trad. par le collectif de traduction des Éditions des femmes, Paris, Éditions des femmes Antoinette Fouque, 1976.

MONTARDRE Hélène, L’Image des personnages féminins dans la littérature de jeunesse française contemporaine de 1975 à 1995, Villeneuve-d’Ascq, ANRT Diffusion, 1999.

PÉJU Pierre, La Petite Fille dans la forêt des contes, Paris, Robert Laffont, 2006.

SMADJA Isabelle, Le Temps des filles, Paris, Presses Universitaires de France, 2004.


[1] FERRIÈRE Sandrine et MORIN-MESSABEL Christine, « Contre-stéréotypes et développement de l’identité de genre : impacts des lectures d’albums en maternelle », dans CONNAN‑PINTADO Christiane, BÉHOTÉGUY Gilles (dir.), Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse : France 1945-2012, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2014, p. 225-252.
[2] DAFFLON NOVELLE Anne, « La littérature enfantine francophone en 1997. Inventaire des héros et héroïnes proposés aux enfants », Revue suisse des sciences de l’éducation, n° 24, 2002, p. 309-326.
[3] CROMER Sylvie, « Le Masculin n’est pas un sexe : prémices du sujet neutre dans la presse et le théâtre pour enfants », Cahiers du Genre, n° 49, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 97‑115.
[4] PÉJU Pierre, La Petite Fille dans la forêt des contes, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 127.
[5] RUSS Joanna, « What Can a Heroine Do ? or Why Women Can’t Write », dans To Write Like a Woman : Essays in Feminism and Science Fiction, Bloomington, Indiana University Press, 1995.
[6] DAFFLON NOVELLE Anne, « Histoires inventées : quels héros et héroïnes souhaitent les garçons et les filles ? », Archives de Psychologie, vol. 70, n° 274-275, 2003, p. 147-171.
[7] BRUEL Christian, BOZELLEC Anne, avec la collaboration de GALLAND Annie, Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, Paris, Les livres du sourire qui mord, 1976.
[8] EDGAR Silène, « Jeunesse », dans Anne BESSON, Dictionnaire de la fantasy, Paris, Vendémiaire, 2018, p. 211.
[9] C. S. LEWIS, Le Monde de Narnia, trad. par C. Dutheil de la Rochère, A.‑M. Dalmais, P. Morgaut, Paris, Gallimard Jeunesse, 2005, p. 839.
[10] D’autres personnages féminins sont présents, comme Ygramul, Morla ou la magicienne Xayide, mais il s’agit de monstres ou de terribles antagonistes ; la femme gnome comme Dame Aiuola sont des personnages pour le moins stéréotypés, tandis que la mère de Bastien est décédée et donc, absente du récit.
[11] PULLMAN Philip, À la croisée des mondes : L’Intégrale, trad. par J. Esch, Paris, Gallimard Jeunesse, 2007, p. 37.
[12] SMADJA Isabelle, Le Temps des filles, Paris, Presses Universitaires de France, 2004, p. 115.
[13] ALPHEN Pauline, Les Éveilleurs, t.1 Salicande, Paris, Hachette, 2009, p. 32.
[14] BOTTERO Pierre, La Quête d’Ewilan, t.3 L’Île du destin, Paris, Rageot, 2003, p. 270.





 



Citer ce billet
Florie Maurin (2022, 1 juin). Où sont les héroïnes ? De l’importance des représentations de personnages féminins. Le cas de la fantasy jeunesse. Fantasy jeunesse. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ookm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search