Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Mélanie Lallet

(INA Éditions, 2020)

© INA Éditions. Illustration de couverture : Hélène Sauvagnat.

    

Fruit d’une thèse en Sciences de l’Information et de la Communication soutenue en 2017, Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés est un ouvrage stimulant de 262 pages prenant pour sujets de nombreuses séries animées françaises destinées à la jeunesse et diffusées de 1950 à nos jours.
           En s’appuyant sur les Gender, Queer et Cultural Studies, l’autrice propose de parcourir ces séries de façon chronologique pour appréhender un enjeu crucial, celui des rôles et représentations genrés, en se focalisant plus particulièrement sur les personnages féminins. La division du livre en grandes périodes du dessin animé permet de saisir de façon très claire l’évolution des figures féminines et l’ouvrage ne manque pas de didactisme. Si le public cible est sans doute les chercheurs et chercheuses, Libérées, délivrées ? est d’un abord facile et peut viser un public plus large. Il ne manquera pas de séduire les amateurs et amatrices de ces médias, comme les néophytes en la matière.
           À travers des dessins animés phares, comme Bonne nuit les petits, Les Mystérieuses cités dor, Marsupilami, Totally Spies, Les Zinzins de l’espace ou encore Titeuf, Mélanie Lallet propose une étude fine des « rapports de pouvoir animés »[1]. On peut apprécier particulièrement les analyses des reprises de certaines séries dont les personnages reviennent sur nos écrans, parfois après de longues années (par exemple : Lucky Luke / Les Nouvelles Aventures de Lucky Luke). Ces analyses mettent en lumière les oscillations de certaines séries − et de leurs diffuseurs et réalisateur·rices − qui paraissent parfois faire un pas en avant et deux pas en arrière dans la façon dont ils et elles représentent les personnages féminins.
           La première partie de l’ouvrage, plutôt théorique, présente les différentes notions qui seront abordées et le positionnement de l’autrice. La deuxième, qui constitue plus de la moitié du volume, expose le corpus et les choix de sa composition tout en proposant des études statistiques ponctuelles et très révélatrices. De l’absence de figures féminines à leurs représentations stéréotypées, comme demoiselles en détresse ou mamans en devenir, les résultats de cette analyse sont tout à fait préoccupants, quoique pas véritablement surprenants puisqu’ils rejoignent ceux des études menées sur les littératures de jeunesse[2]. C’est avec un examen de quelques séries « girl power » et de leurs personnages féminins autres, s’inscrivant en marge des normes, que la deuxième partie se clôt en laissant (peut-être) présager un avenir meilleur. Enfin, la brève dernière partie est une enquête ethnographique réalisée auprès de professionnel·le·s de l’animation qui permet de mieux saisir le fonctionnement de ce milieu et ses contraintes.
           Souhaitons qu’une future étude des dessins animés puisse prolonger la réflexion et continuer à nous montrer non seulement une émergence, mais également un foisonnement de nouvelles héroïnes aux identités plus complexes, plus nuancées, plus justes. La voie est ouverte…

      

« Cette tendance à réduire le féminin à la présence d’un ou quelques personnages secondaires isolés dans un univers masculin correspond à ce que l’on désigne parfois par le “syndrome de la Schtroumpfette”. Pour autant, des changements positifs peuvent être constatés au fil du temps, en particulier la percée des héroïnes à partir des années 2000. »

Mélanie Lallet, Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés, Bry-sur-Marne, INA Éditions, 2020, p. 71. 

          


Pour continuer à s’informer…

DAFFLON NOVELLE Anne (dir.), Filles-garçons. Socialisation différenciée ?, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2006.

Genre en séries : cinéma, télévision, médias : revue semestrielle en libre accès créée en 2015 et éditée par les Presses Universitaires de Bordeaux. URL : https://journals.openedition.org/ges/

INNESS Sherrie A., Tough Girls. Women Warriors and Wonder Women in Popular Culture, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1999.

MONTARDRE Hélène, L’Image des personnages féminins dans la littérature de jeunesse française contemporaine de 1975 à 1995, Villeneuve-d’Ascq, ANRT Diffusion, 1999.


[1] : Nous reprenons ici les termes du sous-titre de l’ouvrage.
[2] : Voir, notamment, les études de Sylvie Cromer, Isabelle Cromer, Carole Brugeilles ou Anne Dafflon Novelle. Citons, par exemple : Carole Brugeilles, Isabelle Cromer et Sylvie Cromer, « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, vol. 57, n° 2, 2002, p. 261-292.

    



		

Citer ce billet
Florie Maurin (2023, 14 mars). Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés. Fantasy jeunesse. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ool9

Une réflexion sur « Compte-rendu : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés »

  1. Bonjour,
    Je vous découvre grâce au réseau Mastodon. Votre travail est intéressant, vraiment.
    Merci aussi pour ce conseil de lecture. Toutefois le fait de limiter le thème au dessins animés français m’interpelle car les dessins animés américains et japonais ont été très présents en France et ont apporté, eux aussi, leurs représentations des héroïnes. Du fait de ce biais je ne suis pas sur de partager la phrase sur les années 2000.
    cdt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search