(Dé)constructions : ingénieures, mécaniciennes et inventrices en littératures de jeunesse

Concevoir, fabriquer, réparer : telles sont les activités de certains personnages présents dans les littératures de jeunesse. Traditionnellement, ces travaux à la fois théoriques et manuels sont associés au genre masculin[1] et l’on voit fleurir de nombreux personnages qui s’y livrent dans la fiction, à l’image de David Kostyk dans Grisha de Leigh Bardugo, du père de Tobie Loness dans le roman éponyme de Timothée de Fombelle, de Sid, le terrible voisin d’Andy dans Toy Story, de Bob le Bricoleur ou Jimmy Neutron. Ces figures se conjuguent volontiers avec d’autres, comme celle du magicien pour David Kostyk ou du savant fou pour Sid (l’expression « savante folle » est d’ailleurs bien plus rare, comme le personnage qu’elle désigne).
            Quelques figures féminines émergent toutefois dans les littératures jeunesse dont certains romans proposent des ingénieures, des mécaniciennes et des inventrices de talent. Si les termes de cette triple dénomination ne renvoient pas aux mêmes réalités, notons qu’ils dialoguent souvent entre eux dans les fictions que nous avons étudiées. Ainsi, certaines inventrices fabriquent elles-mêmes les objets qu’elles ont imaginés, des mécaniciennes réparent des machines tout en en inventant d’autres, tandis que le métier d’ingénieure se dessine devant plusieurs personnages.
            Après avoir esquissé un portrait de ces protagonistes, souvent brillantes, nous interrogerons leur capacité à subvertir les normes genrées. Par les rôles qu’elles occupent, ces figures féminines parviennent-elles finalement à déjouer les stéréotypes, à faire fi des injonctions sociales ? Notons d’ailleurs que certaines d’entre elles vont à l’encontre des règles établies dans leurs sociétés respectives et souhaitent, parfois, renverser le système en place. La question de l’égalité et des droits des femmes sous-tend d’ailleurs la plupart des romans, de façon explicite ou voilée. Les personnages d’ingénieures, de mécaniciennes et d’inventrices semblent particulièrement bien se prêter à l’incarnation de figures contestataires, elles qui transgressent déjà les normes par leurs fonctions.
            Dans le but de mettre en lumière des figures féminines marginales, qui s’extirpent des représentations traditionnelles, voire sexistes, nous examinerons sept romans contemporains, parus entre 1999 et 2022 qui appartiennent majoritairement au genre de la fantasy : Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire (Lemony Snicket), La Passe-miroir (Christelle Dabos), Les Mystères de Larispem (Lucie Pierrat-Pajot), Engrenages et Sortilèges (Adrien Tomas), Aberrations (Joseph Delaney), La Ville sans vent (Éléonore Devillepoix) et Le Club du Calmar Géant (Alex Bell).

Entre piles de livres et tas de boulons

            Qu’elles soient désignées comme étant « mécamens »[2], « inventrice »[3], « inventeuse »[4], « ingénieure mécanicienne »[5] ou « technicienne »[6], les figures féminines du corpus attestent toutes d’un savoir-faire manuel leur permettant de mener à bien les tâches qui leur sont confiées, voire de réaliser de véritables prouesses. Dans Aberrations, la jeune Click, présentée comme une chercheuse, fait des expériences et fabrique notamment des objets pour lutter contre des créatures monstrueuses. Violette Baudelaire, l’aînée des orphelins dans les romans de Lemony Snicket, se caractérise également par sa propension à inventer. À partir de presque rien, Violette fait des merveilles. Son cerveau et ses mains lui permettent ainsi régulièrement de venir au secours de sa fratrie, comme lorsqu’elle doit délivrer sa petite sœur enfermée en haut d’une tour :

Pour commencer, elle avait décroché la tringle à rideaux, l’avait cassée en deux (non sans peine), puis elle avait savamment tordu chacun des deux morceaux de métal (en s’écorchant joliment les mains dans la manœuvre). Après quoi, décrochant le sous-verre du portrait d’œil qui ornait le mur, elle en avait arraché le crochet pour relier entre elles les deux demi-tringles et former une espèce d’araignée crochue. […] Violette venait de réinventer le grappin, cet instrument muni de crochets et parfois utilisé pour grimper au flanc des bâtiments

Lemony Snicket, Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire : Intégrale 1, t.1, Paris, Nathan, 2008, p. 107-108.

            Dotées d’époustouflantes capacités, les inventrices et ingénieures sont nombreuses à être qualifiées de génies et à se démarquer par leur intelligence pratique. Celles qui étudient, comme Grise (Engrenages et Sortilèges) ou Pyrrha (La Ville sans vent), atteignent le haut des classements en convoquant la figure archétypique de « la première de la classe ». Leur goût pour les livres rappelle quelque peu d’autres figures féminines célèbres, comme Matilda de Roald Dahl ou Hermione de J. K. Rowling. Par exemple, Grise (Engrenages et Sortilèges) absorbe « l’intégralité du programme avant même le début de l’année »[7] pour obtenir les meilleures notes possible et intégrer la Commanderie du Cadran, l’université d’ingénierie. Des manuels et traités fictifs en lien avec la mécanique sont ainsi cités dans les romans – Les Rouages de la mécamancie[8], Vingt types de complications horlogères expliquées au passionné[9] – et les bibliothèques sont régulièrement investies par les personnages. En introduction du numéro Ces petites filles qui lisent des Cahiers Robinson, Justine Breton explique que

grâce à leurs lectures, [les personnages] bénéficient de connaissances supérieures, aptes à leur ouvrir toutes les portes et à éviter tous les dangers […] Toutefois, c’est aussi à cause de leurs lectures, qui représentent souvent leur seule activité ou leur seul moyen d’évasion, que les jeunes lectrices issues des romans et des films se trouvent isolées

Justine Breton, Ces petites filles qui lisent, Cahiers Robinson, n° 51, 2022, p. 7.

Dans les œuvres de notre corpus, la lecture n’est pas la seule activité des personnages : au contraire, elle sert de support à une autre activité (ingénierie, mécanique, etc.) qu’elle enrichit. Il ne s’agit pas pour les personnages de s’évader, mais bien de s’ancrer encore davantage dans le réel, d’améliorer leurs travaux pratiques grâce à ces « connaissances supérieures ». Cependant, comme le remarque la critique, les protagonistes sont en effet touchées par la solitude. Leur intelligence hors norme, leur dévouement extrême envers leur passion et certaines situations particulières[10] les isolent. Bien qu’elle soit généralement temporaire, la solitude apparaît comme le prix à payer pour être douée de talents prodigieux. Elle constitue également un topos des littératures de jeunesse et de la fantasy qui proposent régulièrement des figures d’orphelin·es, d’élu·es, de champion·nes séparées du commun des mortels, presque par essence.
            En investissant une sphère techn(olog)ique traditionnellement masculine, les ingénieures, mécaniciennes et inventrices transgressent une frontière et s’infiltrent dans une brèche. Cette présence dans des rôles atypiques du genre féminin n’est cependant pas leur seule manière de subvertir les normes sociales.

Déconstruire des stéréotypes pièce par pièce

            Souvent dotées de salopettes et autres tenues idoines à l’exercice des travaux mécaniques, les personnages ne répondent que peu aux injonctions sociales relatives à leur apparence physique. Le côté pratique l’emporte sur la valeur esthétique et les vêtements, qui sont « l’un des lieux centraux de la construction sociale de la différence des sexes »[11] permettent en partie de déjouer les normes genrées.
            Dans Engrenages et Sortilèges, Grise est vêtue, comme tous les apprentis ingénieurs sans distinction de genre, d’ « une chemise et une salopette en drap solide, cousue de multiples poches »[12]. La tenue d’Ursula est similaire dans Le Club du Calmar Géant où les uniformes d’ingénieurs sont ainsi constitués : « un T-shirt blanc, une salopette et des bottes »[13]. Ici aussi, le côté pratique des salopettes est souligné : « leurs nombreuses poches […] permettaient de transporter des clés à molette, tournevis, rubans adhésifs, lampes-torches et autres trucs et bidules utiles »[14]. Ces vêtements « de travail » portés par les mécaniciennes restent rarement immaculés et ces dernières sont souvent décrites comme couvertes de suie et de cambouis. Cet aspect participe à mettre à distance les représentations de filles parfaites, à la mise soignée, caractérisées par une pureté qui leur serait inhérente. L’apparence d’Ursula lui est toutefois vertement reprochée par sa gouvernante, garante de la bonne tenue de la jeune fille, dans tous les sens du terme : « La gouvernante […] passait son temps à lui reprocher de ne pas s’être brossé les cheveux ou d’avoir les mains noires »[15]. Dans Les Mystères de Larispem, l’héroïne, Liberté, porte une jupe (et une trousse à outils), précisément parce qu’elle est originaire du vieux pays, où « on n’avait pas les idées féministes de Larispem »[16], tandis que les larispemoises optent pour les pantalons. Et si un ruban, qui est un accessoire traditionnellement féminin, est utilisé par Violette dans les romans de Lemony Snicket, c’est en raison de son caractère utilitaire :

Quiconque la connaissait aurait deviné qu’elle cogitait ferme, car elle avait noué ses longs cheveux d’un ruban afin de bien dégager ses yeux. Violette était très douée pour inventer les engins les plus farfelus ; son esprit fourmillait souvent de schémas compliqués avec force poulies, leviers ou engrenages, et elle refusait de se laisser distraire par quelque chose d’aussi trivial que des cheveux dans les yeux.

Lemony Snicket, Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire, op. cit., p. 12-13.

Seules Pyrrha et en partie Ursula, qui accessoirise parfois son uniforme, semblent prêter une attention particulière à leurs tenues. Pour la première, il s’agit peut-être d’affirmer sa place dans un univers masculin, en soulignant sa « féminité », du moins en se conformant aux représentations féminines traditionnelles. En effet, il est dit qu’au « début de son disciplinat, Pyrrha était un garçon manqué […] À l’époque, personne ne l’aurait qualifiée de “jolie”. Elle avait passé cinq ans à prouver à la communauté des mages que les filles y avaient leur place »[17]. En performant une féminité conventionnelle, Pyrrha marque sa différence avec les autres protagonistes, masculins, et affirme visuellement la présence de son genre au sein d’un monde d’hommes.
            Si les vêtements peuvent participer à traduire un genre, il en est de même pour certains comportements. Dans La Passe-miroir, c’est non seulement la tenue de la mécanicienne Gaëlle (un uniforme de machiniste et une casquette) qui la détache d’une certaine forme de féminité, mais aussi ses gestes, sa manière d’être et d’occuper l’espace : elle fume, jure, crache par terre et « se mouch[e] le nez dans sa manche. Avec sa dégaine d’ouvrier et son regard dédaigneux, il était difficile de la croire noble »[18]. Proche de Gaëlle, la Mère Hildegarde, architecte et inventrice, sème également un certain trouble :

C’était une antiquité parfaitement hideuse. D’épais cheveux poivre, une peau bistre, une robe à pois de mauvais goût, un cigare planté dans un sourire goguenard, elle dénotait au milieu des nobles pâles qui l’environnaient. […] La Mère Hildegarde paraissait prendre un plaisir souverain à voir les gens se détourner dès qu’ils croisaient son regard, puis à les interpeller par leur nom d’une voix gutturale.

Christelle Dabos, La Passe-miroir, t.1, Paris, Gallimard Jeunesse, 2013, p. 359.

Et l’autrice d’ajouter dans le deuxième tome, au sujet d’Hildegarde : « il était impossible de déterminer au premier coup d’œil s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme »[19]. Les deux personnages de Christelle Dabos adoptent des comportements et occupent des places contre-stéréotypiques[20], de fait, ils bousculent les normes de la société du Clairdelune, l’un des espaces de La Passe-miroir.
            Enfin, en ce qu’elles sont actives et aventurières, les protagonistes déjouent les stéréotypes qui associent les personnages féminins à un espace limité, souvent domestique, dans les littératures de jeunesse[21]. Dans Les Mystères de Larispem, Liberté, dont le nom est révélateur, « parcour[t] la ville tout au long de la journée »[22] en raison de son travail de technicienne ; Ursula part à l’aventure à bord d’un sous-marin dans Le Club du Calmar Géant ; le héros d’Aberrations découvre quant à lui le caractère intrépide de Click, qui n’est pas « de ces savants qui se contentent de recherches théoriques, mais de ceux qui risquent réellement leur vie »[23]… L’héroïsme de Grise et sa capacité d’action sont abordés dans Engrenages et Sortilèges. Alors que l’adolescente est frustrée et se sent passive, son compagnon lui rétorque : « Tu as enseveli deux criminels sous une pluie de livres et assommé un troisième à coup d’automate […] Ce n’est pas ce que j’appelle être passive. Tu t’es occupée presque seule de notre libération »[24].
            Le pouvoir subversif et libérateur des ingénieures, mécaniciennes et inventrices se lit également, dans certains romans, à une échelle plus large, lorsqu’il participe à bouleverser l’ordre en place.

Des héroïnes engagées : atteindre et jouir de l’égalité

            Dans Le Club du Calmar Géant, Ursula est ingénieure, mais se rêve en exploratrice. Son projet se heurte cependant à des règles sexistes et si « les autres clubs acceptaient désormais les femmes parmi leurs membres. Seul le Club du Calmar Géant s’accrochait obstinément aux règles traditionnelles »[25]. La jeune fille, dont l’existence même est transgressive (elle est mi-humaine, mi-sirène), va à l’encontre du système en place en dépit de son jeune âge et devient, grâce à sa volonté et à un concours de circonstances, une exploratrice.
            Pyrrha, la mécamens de La Ville sans vent, lutte quant à elle ardemment pour les droits des femmes qui ne peuvent, par exemple, devenir ingénieures ou hautes fonctionnaires. Elle accepte ainsi d’aider un ami haut placé politiquement en échange de son engagement à « mettre à niveau les hommes et les femmes dans cette ville […] Cela faisait des années que Pyrrha s’insurgeait contre l’infantilisation juridique et sociale des Hyperboréennes »[26]. La jeune femme lutte tout d’abord pour devenir la disciple d’un mage et est la première femme à le devenir. Puis, elle accède au pouvoir en remportant les élections et en devenant le nouveau Basileus, c’est-à-dire la gouvernante d’Hyperborée : là encore, elle se fait précurseure.
            Dans La Passe-miroir, Gaëlle revendique une égalité sociale puisque les sans-pouvoirs ­– qui ne descendent pas des esprits de famille, sorte de divinités, et qui sont dénués de pouvoirs surnaturels – sont opprimés par les différents Clans en possédant. Elle se moque ainsi de son compagnon Renard :

Ça veut monter une grève, ça veut contester, ça veut revendiquer… et ça se fait dessus devant le premier aristo venu. Comment veux-tu qu’on renverse Dieu si on n’est pas fichus de faire la révolution à quelques marquis ? Il en dit quoi, monsieur le syndicaliste ? T’es conscient que le simple fait de t’afficher avec moi, ça te fait passer pour un traître ?

Christelle Dabos, La Passe-miroir, t.3, Paris, Gallimard Jeunesse, 2017, p. 139.

            La révolution qu’évoque Gaëlle dans La Passe-miroir a bel et bien eu lieu dans Les Mystères de Larispem, un récit de fantasy uchronique, et a même doublement eu lieu puisqu’à la Révolution française succède une « Seconde Révolution » en 1875 qui fait de Paris une Cité-État (Larispem). Sont jetées hors de celle-ci « les familles trop riches ou trop nobles »[27]. La Seconde Révolution survient avant la naissance de Liberté et lui permet de jouir d’une certaine égalité, alors qu’en France, « elle avait le choix entre se mettre à la couture ou attendre et se marier »[28]. Pour survivre à Larispem, Liberté se livre à des activités illégales, son travail de technicienne ne lui permettant pas de subvenir à ses besoins. Elle se fait alors parfois « maraudeuse » et cambriole notamment les anciennes demeures d’aristocrates.
            Il est intéressant de remarquer que quelques romans de notre corpus proposent des systèmes politiques où le pouvoir est détenu par des femmes, le phénomène étant suffisamment rare pour être souligné : une Présidente gouverne Larispem, Pyrrha prend la tête d’Hyperborée dans La Ville sans vent, comme nous l’avons vu, tandis que deux femmes se partagent le pouvoir de Celumbre dans Engrenages et Sortilèges. L’une gouverne la ville de façon officielle, l’autre est la reine des voleurs et trône sur les bas-fonds.

            Figures volontiers contestataires, qui déjouent certains stéréotypes de genre, les ingénieures, mécaniciennes et inventrices permettent de renouveler les figures féminines des littératures de jeunesse. Drastiquement éloignées des personnages de princesses, elles ne s’approchent aussi que peu des figures de guerrières de plus en plus fréquentes dans la fantasy. Elles se battent, parfois, mais avec d’autres armes : mécaniques, politiques, mais aussi magiques. En effet, magie et science s’opposent rarement dans les romans[29] : Pyrrha est une mage, Click est Fey, Ursula est en partie sirène, Gaëlle est Nihiliste, et Liberté Sœur du Sang. La plupart d’entre elles possèdent donc bien des pouvoirs surnaturels et témoignent d’une tendance des auteurs et autrices à entrecroiser les deux figures, d’ingénieure, d’inventrice ou de mécanicienne, d’une part, et de magicienne, d’autre part. Plusieurs des personnages que nous avons étudiés flirtent aussi volontiers avec d’autres figures archétypiques : la scientifique (comme Click ou Violette) et la voleuse (comme Liberté ou Grise). Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire est très certainement le cycle dans lequel la figure d’inventrice qu’incarne Violette déjoue le moins les normes genrées et l’ordre politique. Il s’agit également de l’œuvre la plus ancienne de notre corpus, ce qui est à prendre en considération, et la seule à ne pas relever de la fantasy : l’imaginaire permet peut-être davantage de s’affranchir des normes et d’inventer d’autres possibles, en particulier sociopolitiques. Violette est, quoi qu’il en soit, un personnage marquant des littératures de jeunesse, issue d’une œuvre ayant gagné le rang des « classiques » pour la jeunesse ; il y a fort à parier qu’elle ait inspiré des figures qui lui sont postérieures.
            Si nous avons ici mis en lumière quelques personnages d’ingénieures et mécaniciennes, dans un effet de loupe, ne nous y trompons pas : ces dernières demeurent rares au sein des littératures de jeunesse. Elles apparaissent parfois de manière éparse dans d’autres supports médiatiques, comme les films, les séries ou les jeux vidéo, à l’image d’Audrey Ramírez dans Atlantide, l’empire perdu (2001), de Jinx dans Arcane (2021), de Stella dans Spiritfarer (2020) ou de Raze dans Valorant (2020). D’autres les rejoindront peut-être et permettront alors d’élargir l’éventail des personnages féminins, de diversifier les modèles, de proposer d’autres représentations.


 

[1] : Certains métiers sont associés à ces activités, comme celui d’ingénieur, et sont très majoritairement investis par les hommes. Voir : Françoise Vouillot, Les métiers ont-ils un sexe ?, Paris, Belin, 2014. Dans la littérature, l’étude d’Elsa Le Saux-Pénault et de Cendrine Marro, réalisée sur des albums jeunesse (« Le sexisme des albums jeunesse à l’école primaire toujours d’actualité ? », 2018) montre par exemple que les personnages masculins pratiquent bien davantage les « activités intellectuelles » ou les activités « construit, fabrique, bricole » que les personnages féminins. Ils sont aussi, approximativement, six fois plus nombreux que les personnages féminins à être « créatif[s], imaginatif[s], inventif[s] ».
[2] : Éléonore Devillepoix, La ville sans vent, t.1, Paris, Hachette, 2020, p. 201. Pyrrha est ainsi désignée.
[3] : Lemony Snicket, Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire : intégrale 1, Paris, Nathan, 2008, p. 121. Le terme qualifie Violette.
[4] : Alex Bell, Le Club du Calmar géant, t.1, trad. par F. Fiore, Paris, Gallimard Jeunesse, « Folio junior », 2023, p. 229. Jada est désignée comme une inventeuse.
[5] : Ibid., p. 348. Ursula est ainsi nommée.
[6] : Lucie Pierrat-Pajot, Les Mystères de Larispem, t.1, Paris, Gallimard Jeunesse, « Pôle fiction », 2018, p. 215. Liberté est désignée par ce terme.
[7] : Adrien Tomas, Engrenages et Sortilèges, Paris, Rageot, 2019, p. 31.
[8] : Éléonore Devillepoix, La ville sans vent, op. cit., p. 90.
[9] : Lucie Pierrat-Pajot, Les Mystères de Larispem, op. cit., p. 40.
[10] : Violette, par exemple, est isolée avec son frère et sa sœur chez le comte Olaf pour des raisons indépendantes de sa volonté puisque les enfants sont retenus captifs par leur tuteur.
[11] : Pascal Barbier, Lucie Bargel, Amélie Beaumont, Muriel Darmon et Lucile Dumont, « Vêtement », dans Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, 2021, p. 807.
[12] : Adrien Tomas, Engrenages et Sortilèges, op. cit., p. 77.
[13] : Alex Bell, Le Club du Calmar géant, op. cit., p. 134.
[14] : Idem.
[15] : Alex Bell, Le Club du Calmar géant, op. cit., p. 19.
[16] : Lucie Pierrat-Pajot, Les Mystères de Larispem, op. cit., p. 226.
[17] : Éléonore Devillepoix, La Ville sans vent, op. cit., p. 319.
[18] : Christelle Dabos, La Passe-miroir, t.2, Paris, Gallimard Jeunesse, 2015, p. 394.
[19] : Ibid., p. 116.
[20] : « Dans le cas des contre-stéréotypes de sexe, si un comportement ou un trait de personnalité est considéré comme stéréotypique des hommes, il sera alors considéré comme contre-stéréotypique des femmes. » (Laurence Reeb et al., « Contre-stéréotypes de sexe et littérature de jeunesse », Bulletin de psychologie, n° 556, 2018/4, p. 727-737).
[21] : Voir : Isabelle Smadja, Le Temps des filles, Paris, Presses Universitaires de France, 2004 ; ou Hélène Montardre, L’Image des personnages féminins dans la littérature de jeunesse française contemporaine de 1975 à 1995, Villeneuve-d’Ascq, ANRT Diffusion, 1999.
[22] : Lucie Pierrat-Pajot, Les Mystères de Larispem, op. cit., p. 23.
[23] : Joseph Delaney, Aberrations, t.1, Paris, Bayard Jeunesse, 2019, p. 202.
[24] : Adrien Tomas, Engrenages et Sortilèges, Paris, Rageot, 2019, p. 86.
[25] : Alex Bell, Le Club du Calmar géant, op. cit., p. 11.
[26] : Éléonore Devillepoix, La Ville sans vent, op. cit., p. 91.
[27] : Lucie Pierrat-Pajot, Les Mystères de Larispem, op. cit., p. 23.
[28] : Ibid., p. 226.
[29] : L’opposition se perçoit surtout dans Engrenages et Sortilèges où les « gratte-rouille » méprisent les mages et vice versa.

 


Illustration en tête d’article : Image by Freepik








OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florie Maurin (30 mars 2023). (Dé)constructions : ingénieures, mécaniciennes et inventrices en littératures de jeunesse. Fantasy jeunesse. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oola


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search