Soutenance de thèse «Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses»

Le samedi 19 novembre, j’ai soutenu ma thèse de Doctorat en Langue et Littérature françaises, réalisée à l’Université Clermont Auvergne sous la direction de Mesdames Françoise Laurent et Nelly Chabrol Gagne.

 

Résumé : Le « livre-monde » de Pierre Bottero, vaste cycle de fantasy jeunesse constitué des œuvres se rapportant à l’univers de Gwendalavir (La Quête et Les Mondes d’Ewilan, Le Pacte des Marchombres, L’Autre, Les Âmes croisées, Le Chant du troll et Isayama), connaît un succès retentissant depuis le début de sa parution en France en 2003. Les figures féminines jalonnent ce cycle et viennent bouleverser la traditionnelle hégémonie masculine des œuvres phares du genre (qu’il s’agisse du Seigneur des Anneaux ou de Harry Potter). Dans les romans de l’écrivain français, les femmes sont presque toujours les héroïnes, mais aussi souvent des personnages secondaires ou, parfois, d’arrière-plan, et offrent aux (jeunes) lecteurs et lectrices une myriade de modèles auxquels s’identifier. Ces protagonistes se nomment Ewilan, Ellana, Alantha, Eejil, Shaé ou Éléa, sont d’origines et d’âges variés, et sont volontiers extraordinaires : magiciennes hors pair et guerrières émérites. Ces rôles familiers de la fantasy puisent leurs sources dans les textes de l’Antiquité et du Moyen-Âge dont héritent les romans de l’auteur. Ewilan et ses sœurs littéraires convoquent avec elles tout un imaginaire mythique et merveilleux : tour à tour fées, sorcières ou chasseresses, elles sont des femmes puissantes, Mélusine, Viviane, Médée et Amazones contemporaines. Notre étude vise à questionner ce legs et sa reconfiguration dans le cycle de l’écrivain. Le fort ancrage féminin dont témoignent les œuvres permet également d’interroger le discours véhiculé sur et par les femmes – comme ses limites – ainsi que leurs représentations tant textuelles que visuelles. La fantasy, en tant que genre potentiellement créateur d’une infinité de mondes et de possibles, est marquée du sceau de la liberté. Dans les sociétés imaginées par Pierre Bottero, les femmes semblent avoir la part belle de sorte que le cycle de Gwendalavir paraît marquer, sinon une éclosion, du moins un développement manifeste des figures féminines dans la fantasy jeunesse française.

Mots-clefs : Pierre Bottero (1964-2009) ; Fantasy ; Littératures de jeunesse ; Littératures de l’imaginaire ; Magiciennes ; Guerrières ; Fées médiévales ; Héroïnes ; Médiévalisme ; Gender Studies ; Représentations



Citer ce billet
Florie Maurin (2022, 21 novembre). Soutenance de thèse «Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses». Fantasy jeunesse. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ool3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search