Décès de Joseph Delaney

Il était le père de cycles de fantasy jeunesse à succès parmi lesquels trônent L’Épouvanteur ou encore Aberrations ; Joseph Delaney s’est éteint mardi 16 août 2022 à l’âge de 77 ans.

« Les rêves façonnent souvent mes livres, y compris mes cauchemars… »[1]

L’écrivain britannique publie son premier livre en 1997, un roman de fantasy, Mercer’s Whore, non traduit en français à ce jour. Puis vient le cycle de L’Épouvanteur, constitué de 16 romans[2] (2004-2017), écrit en parallèle de nouvelles et d’un autre cycle, Arena 13 (2015-2017). Aberrations (2018-2019) constituera ensuite le nouveau projet de l’auteur, puis viendra Frère Wulf (2020-2021) qui prolongera encore le vaste cycle de L’Épouvanteur. Ce dernier a également inspiré un film, en 2014, Le Septième Fils, réalisé par Sergueï Bodrov.
           Ses romans, publiés chez Bayard Jeunesse et traduits par Marie-Hélène Delval, appartiennent pour la plupart à la dark fantasy pour la jeunesse, bien qu’Arena 13 tisse également des liens avec la science-fiction. Les cycles de l’écrivain sont horrifiques et les ambiances dans lesquelles sont plongés les (jeunes) lecteurs et lectrices sont régulièrement glauques, voire macabres.
           Les mondes de Joseph Delaney sont ténébreux, une menace latente y plane – qu’il s’agisse de l’obscur ou du Shole, un brouillard dévorant. Ils sont aussi arpentés par des monstres et créatures fantastiques issus de différents folklores et mythologies (gobelins, sirènes, kelpies, élémentaux…). Le bestiaire est si foisonnant que l’auteur a précisément rédigé un livre les recensant, intitulé Le Bestiaire de l’Épouvanteur[3] qui étend encore l’univers tout en brouillant les frontières fictionnelles puisque le Bestiaire, une œuvre fictive mentionnée dans L’Épouvanteur prend place dans notre réalité (le jeu est similaire à celui d’Harry Potter / Les Animaux fantastiques).
           Les jeunes héros parcourent des territoires en péril et affrontent le Mal qui y sévit. Mais les sombres récits de Joseph Delaney sont aussi des romans d’initiation dans lesquels les protagonistes débutent un apprentissage : Tom Ward, comme Wulf, deviennent épouvanteurs, Crafty est enrôlé pour être une Mouche de porte, Leif apprend à devenir un combattant Min… De fait, le rapport de maître à élève est central dans les romans.
           S’ils sont inquiétants et lugubres, les univers de L’Épouvanteur, d’Aberrations ou de Frère Wulf sont aussi pleinement investis par la magie, que cristallise en premier lieu le personnage emblématique de l’épouvanteur.
           Imaginé par Joseph Delaney, l’épouvanteur conjugue les figures traditionnelles du mage et du guerrier (et d’autant plus dès lors que Tom acquiert une épée). Il s’agit d’un individu exceptionnel par sa lignée – le septième fils d’un septième fils – qui voue sa vie à combattre l’obscur, c’est-à-dire le Mal, s’incarnant par exemple dans la plupart des sorcières et des gobelins. Ses armes traditionnelles – le sel, la limaille de fer, le bâton de sorbier et la chaîne d’argent – font signe, avec un grand syncrétisme, vers d’autres figures mythiques, (comme les chasseurs de vampire) tout en s’appuyant sur la symbolique et les superstitions. Grâce à ces attributs, l’écrivain construit une figure qui devient dès lors éminemment reconnaissable.
           Les romans de Joseph Delaney, ces « histoire[s] à ne pas lire la nuit »[4], ont certainement fasciné autant qu’elles ont fait trembler nombre de (jeunes) lecteurs et lectrices à travers le monde. Surtout, elles ont fait lire : 4,5 millions d’exemplaires ont été vendus en France et à l’international selon Livres Hebdo[5].

Avec son épouvanteur et ses mondes ténébreux, Joseph Delaney aura marqué la fantasy jeunesse. Souhaitons qu’il repose en paix, dans le jardin ouest de Chipenden[6].


[1] : « Dreams often shape my books and I include my nightmares… » (Delaney Joseph, « Source of Inspiration », URL : www.josephdelaneyauthor.com/author-info/source-of-inspiration/ [consulté le 23 mai 2021]). Nous traduisons.
[2] : 16 romans pour les éditions françaises qui réunissent en un même cycle les tomes de The Wardstone Chronicles (13 romans) et The Starblade Chronicles (3 romans).
[3] : Joseph DELANEY, Le Bestiaire de l’Épouvanteur, trad. par M.-H. Delval, Montrouge, Bayard Jeunesse, 2013. Pour plus d’informations à ce sujet, voir l’article que nous avons co-écrit : Florie MAURIN, Elise d’INCA, « Les bestiaires fantastiques aujourd’hui : le renouvellement d’un genre dans les univers d’Harry Potter, L’Épouvanteur et Les Chroniques de Spiderwick », Pensées vives, n° 1, 2021, p. 243-267. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03446736/document
[4] : Indication présente sur les quatrièmes de couverture de L’Épouvanteur.
[5] : https://www.livreshebdo.fr/article/deces-de-lecrivain-joseph-delaney-auteur-de-la-serie-jeunesse-lepouvanteur (consulté le 19 août 2022).
[6] : Il s’agit d’une référence à la maison de l’Épouvanteur dans le cycle du même nom. Le jardin ouest est toujours décrit comme le plus agréable.

 



		

Citer ce billet
Florie Maurin (2022, 19 août). Décès de Joseph Delaney. Fantasy jeunesse. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ookw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search