En quête des albums jeunesse de fantasy (3) : quand des auteur·e·s de SFFF écrivent un album

Article Co-écrit avec Sarah Ghelam,
chercheuse en littérature jeunesse

Ce billet, le troisième sur le sujet des « albums jeunesse de fantasy », s’inscrit dans la continuité de ceux publiés sur le carnet Genre de l’édition : Représentations en littérature jeunesse et est le fruit d’un travail de recherche collaboratif avec Sarah Ghelam. Si les deux premiers billets vous sont inconnus, je ne peux que vous inviter à en prendre connaissance (ici et ici) pour suivre l’évolution de cette réflexion dans laquelle s’ancrent, entre autres, les interrogations suivantes : existe-t-il des albums de jeunesse qui pourraient être qualifiés de « fantasy » et appartenir à ce genre ? Quels seraient les critères pour définir le genre de tels albums ? Ceux que l’on applique aux romans / séries / films / jeux sont-ils efficients ?
            Quoi qu’il en soit, il semble qu’une certaine frilosité à employer le terme de « fantasy » pour caractériser ce type de production jeunesse qu’est l’album apparaisse, a minima dans le milieu éditorial. Au fil de nos recherches, nous avons découvert quelques albums qui sont le fruit d’écrivain·e·s ayant par ailleurs écrit des romans de fantasy, un phénomène qui a suscité tout notre intérêt. Ces autrices et auteurs, par ailleurs familiers du genre, réemploient-ils des codes qui lui sont typiques ? Retrouve-t-on des liens avec le reste de leur production SFFF[1] ? C’est ce que nous souhaitions découvrir.

La première aube d’Estelle Faye et Antonin Faure

            Sol et Luna, le jeune héros et la jeune héroïne de La première aube, vivent « sous un immense dôme de pierre » en raison de la dangerosité – pensent-ils – de l’environnement extérieur peuplé de « monstres d’écume qui sortaient de la mer » et de « monstres d’étoiles qui descendaient du ciel, pour dévorer les humains ». En trouvant une clef, les enfants sortent tout de même de leur huis-clos, poussés par la curiosité, et découvrent le monde extérieur, correspondant à notre réalité. Ils jouent, observent, profitent de la vie au grand air et un gardien de phare leur apprend que seule la peur a poussé les habitant·e·s à se confiner sous un dôme.

FAYE Estelle, FAURE Antonin, La première aube, Nathan, 2022. © Nathan, illustrateur : Antonin Faure.

            Si Estelle Faye est une autrice de SFFF dont les œuvres s’inscrivent dans différents genres de l’imaginaire, comme la science-fiction, la fantasy ou l’uchronie, qu’en est-il de cet album ? Nous retrouvons la présence d’un espace aquatique, ici le bord de l’océan, un élément dûment exploité par l’autrice (que l’on songe aux Seigneurs de Bohen ou, plus récemment, au monde humide et suintant de L’Arpenteuse de rêves), mais ce cadre n’est pas propre à un genre particulier. En revanche, le dôme dans lequel les habitant·e·s vivent en vase clos peut convoquer le souvenir de la dystopie tandis que l’île (le dôme se trouve sur « une petite île, au milieu d’un grand océan ») renvoie volontiers aux utopies dont elle est le décor privilégié. Mais de l’un à l’autre, il n’y a qu’un pas. Selon Laurent Bazin, « toute utopie porte en elle les germes d’une dystopie potentielle »[2]. Cet environnement contrôlé, où la vérité est dissimulée au nom d’un bien-être collectif, peut aisément rappeler des œuvres dystopiques comme Le Passeur de Lois Lowry. L’album semble également être influencé par le conte, il débute d’ailleurs par la formule traditionnelle « Il était une fois », et nous pourrions voir un écho de « Barbe Bleue » dans le motif de la clef qui paraît avoir été laissée à Sol intentionnellement et qui s’accompagne de la tentation d’une transgression de l’interdit.

FAYE Estelle, FAURE Antonin, La première aube, Nathan, 2022. © Nathan, illustrateur : Antonin Faure.

Quid de la fantasy ? Seul le motif du passage entre deux « mondes » nous paraît faire signe vers ce genre. De façon plus étendue, l’album, dont l’intrigue ne repose en rien sur des ressorts magiques (les monstres sont finalement inexistants), puise dans quelques motifs liés aux genres de l’imaginaire, sans qu’ils soient suffisamment prégnants pour colorer parfaitement les pages des teintes de la dystopie, de la fantasy ou du conte. Il ne s’agit, en définitive, que de nuances d’une grande et même palette, celle de l’imaginaire, que l’autrice utilise par petites touches.

La bulle de Timothée de Fombelle et Éloïse Scherrer

            Principalement connu pour ses œuvres de littérature de jeunesse, Timothée de Fombelle propose quelques romans s’inscrivant dans le grand domaine des littératures de l’imaginaire, dont certains appartiennent à la fantasy ou flirtent avec. Tels sont les cas de Tobie Lolness ou du Livre de Perle, par exemple. L’album La bulle, illustré par Éloïse Scherrer (dont le travail repose en grande partie sur l’imaginaire et le merveilleux[3]) et publié en 2015 chez Gallimard Jeunesse, paraît pouvoir être lui aussi rattaché au genre de la fantasy, et peut-être plus encore que les autres romans de l’auteur…
            En effet, l’album reprend de nombreux motifs typiques d’une fantasy que l’on pourrait qualifier de « traditionnelle »[4]. La jeune Misha est depuis toujours surplombée par « ça », une immense bulle noire qui plane au-dessus d’elle et qui est attachée à son corps par un fil sans qu’elle puisse s’en défaire. Mais une nuit, armée d’une épée et accompagnée de son ours en peluche, elle pénètre à l’intérieur de cette bulle obscure et atterrit dans un monde secondaire, au sein d’une forêt. Auprès d’un arbre, elle découvre un cheval, qui semble l’attendre, ainsi que diverses pièces d’armures qu’elle revêt. Devenue guerrière, Misha se met en quête et une dimension épique se dessine : elle voyage à travers d’étranges forêts et des grottes souterraines « jusqu’aux dernières limites du royaume ». Là-bas, une brume noire se forme autour d’elle et se transforme en un monstre terrifiant aux allures draconiques doté de crocs redoutables, de pics acérés, et de multiples yeux. Misha fuit tout d’abord, avant d’affronter sa peur en face, désarmée. La petite fille pose ses mains sur la créature et la magie opère : le monstre se transforme en une pléthore d’animaux fabuleux, blancs et lumineux. Misha regagne alors sa chambre, délivrée de la bulle noire et métamorphosée intérieurement.
            Il s’agit ici d’une low fantasy[5] qui présente le passage d’un monde primaire, notre réalité, à un monde secondaire médiévaliste. Le cadre spatio-temporel est typique du genre, et tout un bestiaire fantastique peuple le monde de la bulle, comme le montre la double-page suivante :

FOMBELLE Timothée (De), SCHERRER Éloïse, La bulle, Gallimard Jeunesse, 2015. © Gallimard Jeunesse, illustratrice : Éloïse Scherrer.

Ajoutons que la jeune guerrière semble pratiquer une forme de magie : elle est non seulement en mesure de traverser une frontière pour gagner un monde parallèle, mais elle est également représentée, face à la créature, bras écartés, auréolée de lumière, comme si elle s’apprêtait à user d’un pouvoir fabuleux. Puis, elle métamorphose le monstre en appliquant ses mains sur lui. 

FOMBELLE Timothée (De), SCHERRER Éloïse, La bulle, Gallimard Jeunesse, 2015. © Gallimard Jeunesse, illustratrice : Éloïse Scherrer.

Et une fois sa quête accomplie – car il s’agit bien d’une quête, en dépit du fait que personne ne lui demande de l’accomplir et que le mot ne soit pas employé –, une quête intime à forte valeur initiatique, la petite fille réintègre son espace quotidien, à l’image des enfants Pevensie de Narnia ou de Bastien dans L’Histoire sans fin.

Isayama de Pierre Bottero et Jean-Louis Thouard

            Publié en 2007 chez Milan Jeunesse, Isayama est le fruit de la collaboration d’un auteur, Pierre Bottero, et d’un illustrateur, Jean-Louis Thouard, qui narrent et représentent les aventures du jeune Kwaï dont le rêve est d’escalader une montagne mythique, Isayama.
            Célèbre pour ses cycles de fantasy jeunesse (La Quête d’Ewilan, Le Pacte des Marchombres…), Pierre Bottero a déjà collaboré avec l’illustrateur, en amont de cet album, puisque Jean-Louis Thouard est le créateur des cartes de Gwendalavir qui ornent les cycles susmentionnés, mais a également illustré les couvertures originelles de ces mêmes romans. De fait, cette œuvre commune qu’est l’album Isayama présente plus d’un trait qui permet de la rattacher à l’univers construit par Pierre Bottero dans ses autres œuvres et fait retentir aux oreilles du lectorat les résonances de la fantasy.

BOTTERO Pierre, THOUARD Jean‑Louis, Isayama, Toulouse, Milan Jeunesse, 2007. © Milan Jeunesse, illustrateur : Jean-Louis Thouard.

            Tout d’abord, remarquons que les aventures de Kwaï se déroulent dans un monde pré-technologique, semble-t-il préindustriel, et médiévaliste où les individus se déplacent à dos de chevaux ou de chameaux, parfois armés d’épées. Le village du petit garçon se caractérise par un style asiatique et plus précisément, pensons-nous, mongol, comme le suggèrent l’architecture des bâtiments, les vêtements des habitant·e·s, le relief du paysage, la yourte dans laquelle vit l’enfant ou la présence des chameaux. Environnement naturel et temporalité tournée vers le passé se prêtent volontiers à l’établissement d’un monde de fantasy « traditionnel »[6].

BOTTERO Pierre, THOUARD Jean‑Louis, Isayama, Toulouse, Milan Jeunesse, 2007. © Milan Jeunesse, illustrateur : Jean-Louis Thouard.

            De plus, comme la plupart des héros de ce genre, Kwaï poursuit une quête : « se percher sur la tête d’Isayama ». Aucune noire entité ne se met en travers de la route de l’enfant et il ne s’agit pas ici de sauver un / des monde(s), comme dans de nombreuses œuvres phares du genre, mais le motif de la quête ne peut que raviver le souvenir de la fantasy.
            Si elle n’est pas prépondérante et ne détermine pas le monde inventé par Pierre Bottero, la magie plane toutefois au-dessus de Kwaï et de son entourage. Iuna, l’arrière-grand-mère du garçon, qui l’élève, meurt à l’âge vénérable de 129 ans, ce qui ne manque pas d’interroger la nature humaine de cette figure maternelle semblant d’ailleurs s’adresser à Kwaï par-delà les rivages de la mort à la fin de l’album. Enfin, l’auteur rend également concrète une métaphore dans les pages du livre : à travers la voix de Iuna, il explique que l’enfant doit cultiver un « grain de folie » pour parvenir à escalader la falaise abrupte. S’extrayant d’un sens figuré, le « grain de folie » devient bien concret pour Kwaï qui « le cueillit avec précaution tout au fond de lui et, avec tendresse, l’appliqua contre la semelle de ses chaussures. […] Grâce au petit grain de folie, ses pieds adhéraient parfaitement là où même la neige ne tenait pas ». Quoi d’autre que la magie pour faire éclore ce grain métaphorique ?
            En dernier lieu, évoquons l’appartenance d’Isayama au grand cycle de Gwendalavir botterien qui nous permet de resserrer encore davantage les liens entre l’album et le genre de la fantasy. Écrivain soucieux de faire dialoguer ses œuvres, Pierre Bottero se plaît à tisser un fin maillage reliant ses romans, ses mondes, ses héros et héroïnes les un·e·s aux autres. Isayama ne fait pas exception à la règle, en dépit de sa forme originale (il s’agit du seul album de l’auteur[7]) et de sa destination à un public enfantin[8]. Plusieurs éléments permettent en effet de relier l’album au cycle de Gwendalavir. Mentionnons-en quelques-uns : les consonances onomastiques et toponymiques en -aï [aj] qui constituent de vrais clins d’œil à l’univers alavirien foisonnant de ces noms propres (Kwaï fait ainsi écho à Kur N’Raï, Hurindaï, Valingaï ou Envaï) ; Isayama rappelle Isaya, la mère d’Ellana dans Le Pacte des Marchombres (un personnage fortement lié, également, à une montagne fabuleuse) ; la « taverne d’Oncha » du village de Kwaï devient « les ruines d’Oncha » dans Les Âmes croisées ; les « marches de Glace » que l’enfant aperçoit du haut de la montagne sont précisément indiquées sur la carte de Gwendalavir[9] présente peu ou prou dans l’intégralité des romans du cycle…
            Ainsi, non seulement Isayama est écrit par un auteur de fantasy et illustré par un artiste ayant donné sa topographie et ses couleurs au monde de Gwendalavir, mais l’album regorge également de caractéristiques typiques du genre tout en se rattachant à des romans de fantasy jeunesse. Composite, le cycle fondé par Pierre Bottero se rit des frontières – celles des genres, celles des formes –, privilégie l’unité de l’ensemble sans se soucier des catégories éditoriales ou littéraires[10], et offre un vaste univers de fantasy, dont l’une des composantes est bien un album.

Conclusion

            Dans le premier billet de cette série, l’album avait été défini comme « la seule forme de littérature d’enfance et de jeunesse qui ne doit rien – ou si peu – aux genres développés dans la culture des adultes »[11]. Pour autant, sans qu’il y ait de marquage éditorial « album fantasy », et même s’ils ne sont pas étudiés de cette façon, les albums jeunesse sont des objets qui ont été investis par des auteur·e·s de SFFF. L’objet de littérature jeunesse qu’est l’album s’est construit en parallèle de romans de l’imaginaire qui se sont développés, entre autres, dans la culture des adultes, fantasy comprise. Pour autant, il a pu être investi à la fois par des auteur·e·s de SFFF qui ont utilisé des thèmes propres aux genres de l’imaginaire d’une part, mais aussi par des auteur·e·s qui ont écrit et illustré des albums qui ne sont ni des contes, ni des réécritures mythiques. Quelques albums peuvent ainsi être appréhendés comme des œuvres relevant de la fantasy, et qualifiés de la sorte, parce qu’ils se fondent véritablement sur des topoïs propres au genre (quête, passage à un autre monde médiévaliste, etc.) sans se contenter d’en reprendre quelques motifs et de les disséminer.
            Nous avons pu démontrer en quoi les critères de caractérisation des romans de fantasy pouvaient perdre de leur pertinence quand ils étaient appliqués aux albums. À la fois parce que les albums s’inspirant de contes et autres réécritures mythico-merveilleuses peuvent reposer sur des caractéristiques similaires, mais aussi parce que l’album jeunesse possède ses propres enjeux. Par exemple, les personnages anthropomorphes peuvent être utilisés non pas pour permettre l’accès à un autre point de vue et à un autre monde (animal), mais simplement pour permettre une mise à distance afin d’aborder certains sujets (voir Rose Bombonne dans le premier billet), ou pour présenter un personnage universel aux lecteur·rice·s. 
            Ces quelques exemples nous ont permis de dégager des caractéristiques communes d’albums qui ont pu être écrits comme des textes de fantasy et/ou qui peuvent être ainsi caractérisés. À noter que les genres sont perméables et que certains albums, sans appartenir strictement au genre de la fantasy, y font référence ou entretiennent des liens avec elle.
            II n’y a pas eu, comme on aurait pu s’y attendre, un investissement important des auteur·e·s de SFFF dans les albums jeunesse, pas d’explosion post Harry Potter. Pour autant, il existe un corpus (certes réduit) d’albums relevant du genre de la fantasy et pouvant être étudiés comme tels, et un autre, plus dense, d’œuvres qui réinvestissent des motifs du genre. Ce réinvestissement peut être parcellaire lorsque les albums disséminent quelques éléments de fantasy (il paraît dès lors difficile de les considérer comme appartenant à ce genre), ou plus marqué, comme dans les albums de Ducos étudiés ou La Petite lectrice (voir billet n° 2). Finalement, tout ne semble peut-être qu’une question de dosage, mais aussi d’intention (des auteur·e·s) et de réception (du lectorat). En définitive, l’album nous paraît être un des territoires possibles de la fantasy, un territoire lointain, peu exploré, situé aux confins de son royaume. Après tout, comme l’explique Terri Windling en rendant compte de la porosité des genres de l’imaginaire :

« les territoires de la fantasy sont aussi vastes et changeants que le royaume de Faërie des anciens contes » [12].   


[1] Science-Fiction, Fantasy, Fantastique.
[2] BAZIN Laurent, La dystopie, Clermont‑Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, « L’Opportune », 2019, p. 29.
[3] Nous renvoyons à son catalogue : http://eloisescherrer.com/le-catalogue/ (consulté le 17 juin 2022).
[4] Une fantasy codifiée, héritant en droite ligne de J. R. R. Tolkien et de C. S. Lewis, et reprenant notamment les motifs typiques de high fantasy (affrontement plus ou moins manichéen avec lutte contre des forces obscures, environnement médiévaliste, figures de guerriers, dimension épique, quête à accomplir, etc.).
[5] La low fantasy « correspond aux récits (ou jeux, séries, films) se déroulant en partie dans nos realia […] et qui, de ce fait, se rapprochent davantage du genre fantastique mâtiné de merveilleux […] Par définition, toute œuvre où le monde réel communique avec un autre monde (le monde secondaire) appartient à la low fantasy, catégorie protéiforme qui englobe à peu près tout ce qui ne relève pas de la high fantasy » (Isabelle-Rachel CASTA, “High and low fantasy”, dans Anne BESSON, Dictionnaire de la fantasy, Paris, Véndémiaire, 2018., p. 174).
[6] Il s’agit de codes spatio-temporels typiques que l’on retrouve dans d’innombrables œuvres du genre, à commencer par celles de J. R. R. Tolkien ou de C. S. Lewis, même si la fantasy ne peut se réduire, bien sûr, à ces dites caractéristiques, celles-ci pouvant être transgressées, réinventées, détournées, etc.
[7] En collaboration avec Gilles Francescano, Pierre Bottero crée par ailleurs un unique roman graphique : Le Chant du troll, Paris, Rageot, 2010.
[8] Ses autres œuvres de fantasy se destinent plus particulièrement à un public adolescent.
[9] Les « marches de Glace » apparaissent sur le continent, à l’est de Gwendalavir.
[10] « un livre est une histoire, pas un genre » répond ainsi l’auteur dans une interview pour Fantastinet.com réalisée en 2007. L’interview n’est désormais plus accessible en ligne, mais il s’agit d’un précieux matériau que nous retranscrivons en annexe de notre thèse : Florie MAURIN, Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses, Thèse de doctorat de l’Université Clermont Auvergne, 2022.
[11] NIÈRES-CHEVREL Isabelle, «Album », dans Dictionnaire du Livre de Jeunesse, Éditions du cercle de la librairie, 2013, p. 15.
[12] Propos de Terri Windling cités par André-François Ruaud et Olivier Davenas, «Vers une toponymie du merveilleux», dans André-François Ruaud (dir.), Panorama illustré de la fantasy & du merveilleux, Bordeaux, Les Moutons électriques, 2018, p. 8.

© Gallimard Jeunesse, illustratrice : Éloïse Scherrer pour l’image en tête d’article extraite de La bulle.



		

Citer ce billet
Florie Maurin (2022, 28 juin). En quête des albums jeunesse de fantasy (3) : quand des auteur·e·s de SFFF écrivent un album. Fantasy jeunesse. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ookq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search